DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Hanasia, Reine des Saiyans

Écriture par Salagir

Cette histoire se passe sur la planète des Saiyans, il y a 1000 ans, bien avant que ceux-ci ne soient les videurs de planètes qui ont fait trembler la galaxie à l'époque du Roi Vegeta...
Si vous vous demandiez comment vivaient ces êtres si puissants en communauté, si vous vouliez savoir quels furent les destins des Guerriers Millénaires d'avant Broly, si les aventures d'une combattante forcenée et émotive dans un monde de brutes vous tentent, entrez dans le monde de la Saga d'Hanasia.


Partie 1 :123
Partie 2 :4567891011121314151617
Partie 3 :18192021222324252627282930313233343536373839404142
[Chapter Cover]
Partie 3, Chapitre 31.

L’armée du Froid en mouvement

 

Dans la grande salle du Trône de l'Empereur, la tension était si forte que certains guerriers capables de réduire d'un coup un pays en cendres, fixaient le sol en tremblant.

C'était rare et pas une bonne nouvelle que de voir plusieurs princes en même temps dans la salle avec leur père.

Tous avaient vu, en se procurant illégalement des copies de la vidéo, le combat de Chilled contre un être à son niveau. Elle n'était pas truquée.

Tous avaient entendu et suivi les événements récents sur les révoltes diverses. Certains avaient même laissé derrière eux un monde en guerre voire aux mains des rebelles.

Ils n'avaient pas de quoi être fiers.

Bien sûr, quelques-uns avaient de petites victoires à leur actif, mais l'état général de la situation était négatif. Il y avait des siècles que l'Empire n'avait pas été attaqué comme cela.

Les rapports arrivaient de toutes parts, tous les murs de la salle affichaient des informations diverses, de la carte de la galaxie, au défilement de brèves et d'informations. Certaines parties montraient quelques personnes par visiophone, participant à distance, en chemin vers la planète où résidait le palais de l'empereur, ou trop occupés de leur côté par les batailles pour pouvoir se déplacer.

Des gens entraient et sortaient, en permanence. Quelques guerriers étaient envoyés défendre une zone de l'univers, ou rejoindre une armée. Des conseillers de guerre prenaient de temps en temps la parole. Des brèves fusaient toutes les minutes.

Au milieu, l'empereur Blizzard qui ne disait rien, rien du tout. Le plus actif était son fils Snower, qui maniait la logistique et la stratégie de leur défense d'une main de maître.

Cela dura des heures et des heures. Snower, qui n'avait pas arrêté un instant, ne montrait pas le moindre signe de fatigue, et son père, pas le moindre signe d'ennui. Ils n'avaient pas encore renversé la situation, mais l'armée Impériale avait repris triomphalement du terrain dans beaucoup de parties de l'univers. Beaucoup de batailles gagnées, et de planètes rebelles mises au pas. Le détail que peu avaient remarqué, c'est que dans aucune bataille ou presque ne se trouvaient de guerriers rebelles puissants.

— Parmi les nombreux vaisseaux qui se posent et partent d'ici, l'un d'eux sera rempli de guerriers rebelles très puissants, pensa Dijicharate, dans l'ombre. Ils attaqueront la cour autant pour le symbole de la dégradation de la puissance de l'empire, que pour perturber le centre d'opérations.

La guerrière assassin continua de sonder autour d'elle chaque être présent et se déplaça au plafond dans les couloirs à la recherche de tout indice trahissant la présence de l'ennemi sur place. Ce n'était pas à la sécurité actuelle qu'elle allait faire confiance. Après tout, elle la contournait elle-même à chaque instant.

— Avec presque tous les Démons du Froid présents dans ce château, le groupe rebelle se fera massacrer à coup sûr. Ils le savent et leur but sera totalement kamikaze. Ils essaieront de tuer le plus d'hommes de main possible. Ils peuvent arriver aujourd'hui, demain, ou dans une semaine. Jamais je ne dois me relâcher.

Tous les guerriers et même les Démons du Froid étaient représentés par des points labellés sur une grande carte interstellaire 3D. La plupart se déplaçaient de ou vers des champs de bataille. Frosty, lui, revenait au château accompagné de Avoka. Ils avaient à eux seuls écrasé deux armées dans l'espace et mis au pas une planète, en engloutissant un continent.

Ice Kurima était représenté dans un vaisseau qui partait vers une bataille qui allait sûrement commencer dans quelques jours. Dans l'enchevêtrement de points et la complexité de toute cette logistique, il fallait être concentré et d'une grande intelligence pour remarquer que c'était absurde et que ce point était en fait totalement faux.

L'empereur se tourna alors vers son fils qui le remarqua. Ils regardèrent d'autres points qui se déplaçaient sur le mur.

— Que toute l'armée change de direction, dit Snower aux autres conseillers. Nous avons de nouvelles instructions pour les commandants, mettez-les-nous en ligne.

 

 

— Ils nous ont eus. Ils nous ont bien eus.

C'était un général rebelle qui parlait, et cela ne mettait pas du tout à l'aise le comité Tsuful.

— Cette armée était clairement dirigée vers un autre secteur, pour prêter main-forte à un avant-poste important qui en avait bien besoin. Mais en fait, ils sont partis droit vers votre planète, laissant le poste à l'abandon. Ils arriveront dans 16 heures, et nous dans 35. Vous devrez vous battre seuls durant un temps considérable.

Chiin-Lee eut un sentiment qu'elle n'avait pas eu depuis... peut-être toujours. C'était la peur de mourir, de voir son monde ravagé.

— Dites-nous tout, répondit le ministre des armées Tsuful. Ont-ils des guerriers puissants ?

— Oui. Une dizaine de très puissants et plusieurs escadrons d'élite. En ce qui concerne leurs vaisseaux et leurs armes, votre armée entière sera... largement inférieure. Pour le corps à corps, il vous faudra l'aide de vos Saiyans. À dix contre un, ils seront sûrement à égalité contre les escadrons d'élite. Mais les guerriers de la cour... Seule votre Super Saiyanne pourra les battre.

— Pourquoi... ne détruisent-ils pas notre planète d'un claquement de doigts ? Dit Chiin-Lee en tremblant.

— Ils veulent être sûrs de ce qu'ils attaquent et détruisent. Si la Super Saiyanne s'enfuit dans un vaisseau et qu'ils détruisent la planète, ils ne sauront jamais s'ils l'ont eue. De plus, ils veulent enquêter sur vous.

— C'est... bien... chuchota sans s'en rendre compte Chiin-Lee. Elle lut en diagonale les fiches des différents guerriers très puissants qui arrivaient, qui défilaient sur son petit écran.

— D'après ce que je vois sur le rapport de force, dit le ministre, nous pourrons retenir les armées, et si nous avons une bonne symbiose avec les Saiyans, leurs vaisseaux seront même facilement réduits à néant. En fait, nous pouvons nous en sortir en donnant à la Super Saiyan la mission de détruire à elle seule toute l'armée de terre, d'élite et de guerriers. Je pense qu'elle en est capable.

— Non, dit Chiin-Lee.

Tous se tournèrent vers elle. Elle fixait le bord de la table, ou son petit écran.

— Hanasia ne prendra pas part à ce combat, ou alors sans se transformer. Il ne doit pas y avoir de Super Saiyan dans cette bataille.

Tous s'étonnèrent.

— Nous avions décidé cela... avec quelques troupes rebelles... La Super Saiyanne doit au maximum rester un mystère. L'empire ne doit pas savoir où elle est et redouter au maximum qu'elle se balade dans l'espace, en quête de tuer un autre Démon du Froid.

— Nous n'avons pas le choix, dit un Tsuful. Désolé pour ce plan mais...

Chiin-Lee sourit. C'était un sourire cynique, presque un rire jaune, qui donnait une étrange impression sur son visage recouvert de sueur.

— Nous allons massacrer cette armée, sans la moindre difficulté, dit-elle. Mais pour cela nous devrons révéler une autre de nos armes secrètes, c'est tout. Nous n'aurons même pas besoin de sortir nos vaisseaux militaires.

 

Chiin-Lee rencontra au plus vite le responsable du projet qui traînait depuis des années dans les couloirs de son laboratoire scientifique. Elle lui donna une équipe immédiatement et l'ordre de déployer leur arme qu'ils avaient préparée depuis si longtemps.

— Seize heures ? C'est très peu ! Dit le responsable en pianotant sur son ordinateur pour contacter ses anciens collègues et les faire venir d'urgence.

— Nous n'avons pas le choix. C'est la guerre. Ils ne nous attendront pas. À l’heure de leur arrivée, probablement à la capitale. Il fera jour. Et ainsi pendant encore sept heures sur la plus grande partie du continent Saiyan. C'est gênant ?

— Pas du tout, pas avec notre système.

— Il est redondant ?

— Il le sera. On a installé plusieurs machines, elles peuvent tirer plusieurs fois. J'espère qu'elles ne sont pas rouillées. J'ai déjà dépêché une équipe technique pour la maintenance.

— Bien. Maintenant je dois prévenir la Reine des Saiyans.

 

Hanasia touchait du bout du doigt l'écran télé qui brillait, dans la salle cachée derrière la salle du trône du château. Elle traversait l'image de la Tsufule qui parlait, et baladait son doigt entre les oreilles de l'hologramme, toujours étonnée de voir quelqu'un qui n'était pas là.

— Ça ne vous intéresse pas ? Dit Chiin-Lee d'un air dépité.

— Si, si... mais ça n'empêche pas... Hanasia retira sa main.

— Donc ces vaisseaux qui se dirigent vers nous, sont non seulement des vaisseaux de guerre mais aussi des transporteurs de guerriers. Ils seront beaucoup plus nombreux et en moyenne plus puissant que ceux qui accompagnaient le Démon du Froid la première fois.

Hanasia, le Conseiller, et Nizouki qui était actuellement chef temporaire de l'armée de la Reine, comprirent qu'ils allaient livrer leur première grande bataille.

— Enfin de l'action contre les envahisseurs, fit Hanasia. Il y aura un autre Démon du Froid ?

— Pas à notre connaissance. Mais certains des guerriers présents seront de très loin plus fort que vos meilleurs guerriers, vous exclue. Et l'armée est d'élite. Si vous les combattez, vous perdrez beaucoup de vos membres. En plus, vous n'êtes pas habitués à vous battre contre les armes de leurs vaisseaux. Nous ne voulons pas d'un massacre.

— Nous n'avons pas peur de la mort, dit le Conseiller. Nous sommes plus nombreux qu'eux, non ? Une belle partie du peuple Saiyan peut être présente sur le champ de bataille dans seize heures, si vous envoyez un message magique directement.

— Et puis la Reine peut être sur le champ de bataille en quelques minutes où qu'il soit, et massacrer l'armée entière toute seule j'imagine, dit Nizouki.

— Justement, nous voudrions l'éviter. Répondit Chiin-Lee. Elle expliqua l'intérêt de cacher sa présence et ses pouvoirs.

— Tant pis pour votre plan, dit Hanasia. Je ne vais pas laisser mes Saiyans mourir pour vous faire plaisir. Je me transformerai quand même.

— Attendez, ma Reine, dit Chiin-Lee. Je ne vous ai pas tout dit. Nous avons une arme secrète, et je suis sûr que votre peuple gagnera cette bataille sans que vous agissiez, et ce, les doigts dans le nez.

— Ah bon ?

Chiin-Lee expliqua en détail aux Saiyans le plan qui sera dévoilé au prochain chapitre, bien que je pense que vous l'avez déjà tous deviné. Ils furent impressionnés et Hanasia accepta de rester à l'écart et ne pas se transformer en Super Saiyanne, mais rappela qu'elle le ferait quand même si c'était nécessaire.

La réunion se finit et des messagers Saiyans partirent à grande vitesse dans tous les villages pour annoncer le plan des Tsufuls. Ces derniers avaient effectivement des moyens de parler à tous les villages en peu de temps avec quelques robots télévidéos disséminés sur le continent, mais ils pensaient à raison que les villageois n'y accorderaient pas leur confiance. De plus, révéler que les Tsufuls étaient déjà partout chez eux ne leur ferait pas plaisir.

— Ça va être terrible, commenta Chiin-Lee à un collègue, une fois la communication terminée. Une alliance magnifique des Tsufuls et des Saiyans.

— Excusez-moi, Mad'zelle Sapindaceae Rosids, répondit le collègue en rougissant, mais je rêve où vous avez appelé la Saiyanne "ma reine" ?

 

 

Dans l'espace, personne ne vous entendra vous plaindre.

— C'est vraiment rageant, dit Bourgo. Nous sommes à une semaine de cette bataille qui sera sûrement la plus importante de toutes.

— Faites-leur confiance, Maître Namek. Ils gagneront. De plus, pendant que l'Empire a ses yeux tournés vers Plant, nous passons inaperçus.

— Mais on ne fait pas grand-chose, à deux ou trois coups près, fit Yshar. Frosty est revenu aux château et il y a de nouveau 3 démons sur place. Quand est-ce qu'on pourra les attaquer ?

— Le bon moment viendra. Continuons à rester discrets, et nous finirons par les prendre de court.

— Il n'y a pas l'escouade Hot dans l'armée qui va sur Plant ? Ils sont extrêmement redoutés.

— Si, ils y sont... Et moi je parie que cette planète sera leur tombeau.

— J'ai toujours voulu me battre contre Chili.

— C'est parce que tu l'as voulu mais jamais fait que tu es en vie aujourd'hui. Avec ses pouvoirs paranormaux, il pourrait peut-être même mettre en danger un Démon du Froid.

— Aucunement.

— Allons, qu'importe la force et la résistance lorsqu'on est contrôlé.

— Le contrôle mental ne marche que sur les êtres faibles. Il est vrai que Chili peut contrôler des gens de sa puissance, mais il est certain que ça ne marche pas sur des gens aussi puissants qu'un démon. Et pour ça je pense aussi qu'il ne contrôlera pas le Super Saiyan.

— C'est à espérer.

 

 

Exactement à l'heure, dans le système solaire de Plant, l'armée détournée de l'Empire arrivait enfin.

— Général, demanda un membre de l'équipage du vaisseau-amiral, nous avons détecté un petit vaisseau qui se dirige sur Plant, avec une heure d'avance sur nous. C'est peut-être une aide rebelle, ou un vaisseau venu chercher... le guerrier.

— Non, dit le général. C'est une sonde que nous avons envoyée. Ignorez-la.

— Une sonde ? Mais aucune mission de ce genre n'est sur nos registres. Il s'agit peut-être...

— Une sonde. Le coupa le Général. Vous ne l'avez jamais détectée. C'est clair ?

— Oui, général.

 

La fausse sonde se posa très lentement dans un désert du continent Saiyan. Deux êtres en sortirent. Le deuxième aurait dû être immense, mais il était là tout petit, ce qui l'avait beaucoup arrangé pour voyager dans cet espace exigu.

En effet, Ice Kurima était dans sa forme originelle. Alors qu'on le connaissait sous une forme haute de deux mètres et demi, avec un arrière de tête allongé, et des épaulettes qui ressortaient comme une armure, il tenait là un simple mètre soixante. Son corps était lisse, brillant au soleil. La seule chose qui cassait son look étaient deux énormes cornes sortant de ses avant-bras.

Si Ice Kurima était le cadet de la famille et à priori le plus faible des frères démons, il était, ainsi transformé, de fait plus puissant que le Chilled que Hanasia avait combattu.

— Enfin arrivé ! Quel plan à la con, je n'ai jamais voyagé aussi inconfortablement depuis les fois où j'échappais à papa dans une caisse de marchandises. Il fallait toujours que je trouve des caisses énormes et je me pliais dedans. Il faut dire que quand Frosty te cherche, les choix sont limités. Y'a bien que les transports clandestins pour lui échapper. Qu'est ce qu'on ferait pas pour une biture sur Blizzard 8.

— Je me rappelle de vos fugues. Vous aviez défrayé la chronique. Il faut dire qu'à chacune de vos arrivées, votre père était prévenu, mais le temps qu'on vienne vous chercher, vous aviez déjà mis la planète à sac.

— C'tait le bon temps. Enfin, voilà des années que je n'ai pas supporté mes capacités maximales. J'ai bien peur que ce guerrier soit vite éliminé. Sinon, les nouvelles ?

— L'armée est derrière nous d'une heure. Nous n'avons pas été détectés par les habitants de la planète. Nous avons le temps de prendre nos positions, trouver le guerrier, et l'éliminer dans le feu de la bataille.

— Parfait parfait... J'imagine qu'avec leur planète de sauvages pleine de secrets et de pièges, ils penseront pouvoir tenir contre l'armée qui arrive, mais ils vont être sacrément déçus de voir que leur guerrier magique se fera tuer par moi, pendant que tu décimeras tous les autres.

— Oui, dès qu'ils auront dévoilé toutes leurs armes pour faire face à l'armée, à nous deux nous la remplacerons.

— Plusieurs milliers de sauvages qui sont évalués à un niveau de guerrier d'élite ne te font pas peur, Chatterton ?

— Aucunement, seigneur. De plus, vous aurez envie de participer au combat bien avant que je ne fatigue, j'en suis sûr.

 

Blizzard et Snower n’étaient pas du genre à envoyer des ennemis de plus en plus puissants pour permettre à leur adversaire de les battre un à un et s’améliorer.

Les vaisseaux amiraux étaient entourés de croiseurs et de petits vaisseaux. Le quart de cette armée aurait mis au pas la flotte mondiale des Tsufuls. Moins d’une moitié aurait aussi suffi à tuer la population complète des Saiyans.

Dans quelques vaisseaux se tenaient les soldats, et en bonus, des guerriers. Ces êtres vivants qui changeaient la donne plus que le meilleur des matériels. Les guerriers étaient dispersés dans une hiérarchie de force très claire.

Les soldats avaient une formation de combat et généralement une arme de poing. Ils pouvaient aussi conduire des petits vaisseaux. Ils avaient les mêmes faiblesses psychologiques et physiques que n’importe quel être vivant. Bien qu’entraînés, ils ne pouvaient rien face à des êtres hors du commun, comme... un adolescent Saiyan.

L'armée des guerriers, elle, contenait des combattants aguerris qui prenaient difficilement des ordres. Leur force sortait de l’ordinaire et s’ils n’étaient pas sous les ordres des démons, ils régneraient par la force sur un pays oublié. Un guerrier d’élite valait un Saiyan adulte. Il y avait des disparités en force qui faisaient qu’un guerrier pouvait en battre dix autres à la fois, mais c’était aussi le cas chez les Saiyans. Et l’armée qui arrivait en avait plus d’une centaine en réserve, de quoi éliminer, bien qu’avec difficultés, toute la population de la capitale, ou de tenir tête à toute l’armée du roi Saiyanne.

Au-dessus et fort rares, étaient les guerriers de la cour. Ici présent, ils étaient huit. Ce qui était énorme. Chacun pouvait détruire la capitale d’une attaque. Chacun pouvait tuer toute l’armée saiyanne. Chacun pouvait semer mort et destruction sur des systèmes entiers sans pouvoir être arrêté.

Quatre de ces guerriers étaient des brutes indépendantes et obéissantes depuis le jour où ils avaient rencontré un Démon du Froid. Ils s’appelaient Talon, Micer, Igmar et Tokerras. Malgré leur apparente invincibilité, malgré le fait qu’ils soient en force dans le top 0.0001% de l’univers, nous ne nous attarderons pas beaucoup sur eux. Car les quatre autres les dépassaient et formaient un groupe très connu.

C’était des guerriers de la cour particulièrement puissant. Ils étaient dans le top 10. En plus de leur force démentielle, il s’entendaient très bien malgré leurs différences de taille, de style de combat, et même d’élocution. On les avait rassemblés pour faire des missions critiques. L’escouade Hot était née, et on la craignait avec raison dans tout l’empire. Faire de guerriers de la cour un commando de force spéciale était une tradition qui perdurera longtemps.

Au total, on pouvait dire que cette armée avait entre dix et vingt fois la force de détruire toutes les forces de Saiyans et des Tsufuls.

Mais tout cela n’avait aucun sens si un être de force équivalente à un Démon du Froid était là. Les rebelles comme les Tsufuls auraient dû s’en rendre compte. Il était évident qu’un Démon du Froid pouvait détruire cette armée de l’Empire facilement. Donc son adversaire au cheveux jaunes aussi.

Ainsi Ice Kurima avait été envoyé en secret. Déplacer un démon demandait des efforts logistiques, car l’endroit qu’il quittait devenait alors instantanément mille fois moins protégé. En déplacer deux leur aurait coûté un tiers des planètes de leur empire. Et si le guerrier jaune n’était plus sur cette planète ? Une ou deux semaines de perdues avec des démons aux confins de la galaxie.

Or, ils avaient bien vu que ce guerrier aurait sûrement été vaincu par Chilled en forme de réduction un au lieu de deux. Un démon seul mais sans restriction serait largement suffisant.

Mais face à la crise, suffisant ne suffisait pas. Une armée bien trop grande pour la tâche, doublée de guerriers en surnombre et de guerriers de la cour ne suffisait pas. Un démon ne suffisait pas. En renfort ultime et en secret également, était venu le plus puissant (d’après de nombreux dires) des guerriers de la cour.

Comme on l’a vu, les hiérarchies de la force peuvent être ahurissantes. Si l’escouade Hot pouvait écraser la plupart des guerriers de la cour, Chatterton pouvait écraser l’escouade Hot. Chatterton pouvait sûrement écraser Avoka, et Yikoun, et Dijicharate. Chatterton avait atteint une force pure qui n’avait jamais été vue dans un être vivant outre un démon depuis des centaines d’années. Sa mutation de naissance, son entraînement, sa vie composée de droiture et de justice, sa passion pour l’amélioration, son écoute des maîtres, en avaient fait un guerrier unique et indestructible. La plupart des observateurs pensaient que Chatterton devenait si puissant qu’il serait un jour un danger pour les Démons du Froid et qu’il serait éliminé. On se disait que sa loyauté sans faille était la raison de sa survie. Mais ce qu’on ignorait, et que lui-même avait compris quand Blizzard s’était levé de son trône, c’est que l’immense Chatterton était encore loin d’être un danger pour un démon.

La planète Plant et tous ses habitants étaient entièrement et totalement foutus.

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語中文EspañolItalianoPortuguêsDeutschPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoCatalàNorskРусскийRomâniaCroatianEuskeraLietuviškaiKoreanБългарски
עִבְרִיתSvenskaΕλληνικάSuomeksiEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDanskCorsu