DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Hanasia, Reine des Saiyans

Écriture par Salagir

Cette histoire se passe sur la planète des Saiyans, il y a 1000 ans, bien avant que ceux-ci ne soient les videurs de planètes qui ont fait trembler la galaxie à l'époque du Roi Vegeta...
Si vous vous demandiez comment vivaient ces êtres si puissants en communauté, si vous vouliez savoir quels furent les destins des Guerriers Millénaires d'avant Broly, si les aventures d'une combattante forcenée et émotive dans un monde de brutes vous tentent, entrez dans le monde de la Saga d'Hanasia.


Partie 1 :123
Partie 2 :4567891011121314151617
Partie 3 :18192021222324252627282930313233343536373839404142
[Chapter Cover]
Partie 3, Chapitre 19.

Les envahisseurs

 

Quand le vaisseau de l’empire du Froid s'arrêta au-dessus de la capitale, de nombreuses créatures intelligentes l'entouraient déjà, flottant dans le ciel à distance... pas spécialement respectueuse. L'une de ces créatures commença même à toucher la paroi extérieure et arrêta alors qu'une autre, visiblement chef de meute, l'engueula.

— Dis donc, ils ont l'air de tous savoir voler... et sans ailes. Pas d’armure sur eux non plus.. Ils maîtrisent tous leur énergie suffisamment pour flotter.

— Une population entière qui sait voler ? Tu parles, ouais. C'est leur armée d'élite qui nous attend ! Regarde, ils se mettent dans un ordre militaire. Le vrai combat c'est maintenant... On est tombé sur une ville avec garnison.

— Pas que ! Y'en a d'autres qui flottent et ils sont clairement pas dans l'armée.

— Et alors. C'est un peuple qui vole, c'est tout ! C'est pas des Nameks non plus... La porte s'ouvre. On y va !

Ce soldat extraterrestre ne croyait pas si mal dire...

 

La lumière du soleil pénétra par la grande ouverture du vaisseau. Le 6e détachement du Seigneur Chilled en sortit en ordre et en restant dans les airs. À sa tête, le général Sanana. Il avait décelé le potentiel de ces adversaires et avait sorti les 200 hommes directement. Lorsqu'ils furent tous dehors, leurs armes de poing prêtes, les indigènes s'étaient déplacés pour leur faire face, leur chef, sûrement, également devant les autres.

— Le traducteur automatique ?... OK il marche. Hum-hum... Le général éleva la voix en regardant le chef adverse bien dans les yeux. Je suis le chef de cette armée et représentant de l'Empire des Démons du Froid, qui gouverne depuis la nuit des temps tout ce qui existe dans cet univers ! Vous aussi vous appartenez à cet empire et nous devez obéissance ! Veuillez courber l'échine et mettre vos deux poings à terre en signe de soumission ! En cas de refus, vous serez tous détruits !

Il y eut un moment de silence. Le meneur adverse le regarda comme si la menace proférée était totalement absurde. Dans les rangs, un Saiyan se mit à rire, mais il fut le seul et cela se perdit dans le vent. La plupart regardaient avec attention ces êtres étranges aux couleurs et aux visages disparates qui constituaient l'armée de Chilled.

— Hem... Je suis le chef de notre armée, l'armée des Saiyans, qui depuis toujours gouverne... ça. Nous n'appartenons à personne et sûrement pas à des gars aux tronches de dinosaures et pélicans, qui viennent d'arriver y'a cinq minutes !... Si vous voulez nous détruire... Vous n'avez qu'à essayer !

— Ça finit toujours comme ça... dit le général en aparté à son second. Il faudrait changer ce discours d'introduction...

— Vous savez bien que son seul but est de déclencher les hostilités, Général.

— En avant, cria Sanana. Massacrez-moi ces indigènes, détruisez les maisons, tuez les survivants, femelles et petits !

Un chant très court résonna dans le régiment et les soldats se dispersèrent en formations de groupes de trois, la spécialité de ce détachement, vers leurs ennemis désarmés.

 

Deux mètres et quatorze centimètres. En comptant les cornes de taureau qui s'élevaient à la verticale. Une queue de saurien avec des piquants au bout, qui tuait en moyenne une fois par semaine. Chez le seigneur Chilled, toute erreur était payée de sa vie, écrasé par la queue du maître. C'était son petit plaisir. Les bras croisés, les jambes fixes, sa queue déchirait l'air soudainement. Et le stupide sous-officier était découpé en deux par la violence du coup, alors que sa grande cape partait dans tous les sens.

Le fauteuil du Seigneur était au centre de la pièce principale du vaisseau. Pas pour le piloter, non, mais pour diriger tout ce qui l'entourait... à des années-lumière à la ronde. Construction immense, fabriquée dans les matériaux les plus solides et extensifs, pour que le dirigeant puisse s'asseoir sans avoir à trop faire attention à sa force.

Chilled était dessus, et il jouait avec son verre. D’une contenance d'un litre, l'objet de cristal était extrêmement cher et fragile. À travers ses multiples facettes et gravures, le liquide qu'il contenait renvoyait sa couleur différemment selon chaque angle. Il se balançait de gauche à droite car Chilled le tenait du bout du doigt, et regardait les reflets de lumière changer...

Puis il s'arrêta et enleva sa main. Le verre tomba mais à grand vitesse, il l'attrapa sans le casser, et le finit d'un trait.

— Comment se passe la bataille ? Envoyez la vidéo de l’extérieur.

Comme si tous les murs étaient en fait des baies vitrées, l'on vit l'extérieur à 360 degrés autour du vaisseau. Surprise. Le combat était violent et inégal, mais pas dans le sens habituel. Les indigènes lançaient des boules de feu. Ils volaient et combattaient avec puissance et vitesse. Techniques de combat rudimentaires, mais guerriers étonnamment puissants.

— On perd, là, non ?

— J'ai bien peur que oui, Ô Seigneur. Ils sont nombreux et très forts.

— Hum.. bon... C'est très bien... Très bien. Sonnez la retraite, je vais m'amuser.

 

Le général Sanana était gravement blessé. C'était un massacre et une honte pour son régiment. Il savait ce qui allait se passer ensuite... La question était de savoir si Chilled se presserait ou pas. Sa survie ne dépendait plus que de l'amusement de son maître. En attendant, il ne pouvait que se défendre le plus longtemps possible.

Les cornes raclant presque le haut de l'ouverture, le monstre géant qu'était leur chef et seigneur apparut à la lumière du jour. À son arrivée, par sa prestance, et sa taille bien supérieure aux autres envahisseurs, les locaux se rendirent compte que son apparition allait changer toute la bataille. Les soldats, qui le savaient aussi, s'éloignaient déjà pour laisser leurs adversaires à leur seigneur, qui étaient maintenant non plus des combattants, mais des proies.

Les vingt-sept soldats survivants se collèrent au vaisseau, alors que Chilled lévitait entre les Saiyans. Lorsqu'il se trouva au centre du champ de batailla aérien, il brisa le silence en envoyant une boule de feu, petite, presque anodine. Rapide, elle partit presque au hasard. Et sans qu'aucun Saiyan ne bouge, comme hypnotisés, elle traversa la tête de l'un d'eux, à l'instar d'un boulet de canon dans un jeu de construction.

Le massacre venait de commencer.

 

— Exactement comme prévu.

Abricota regardait avec attention l'écran alors que la chef faisait le point.

— Leur armée n'est pas une menace pour un peuple avancé comme nous, ou puissant comme les Saiyans. Mais leur chef, leur monstrueux chef !... C'est donc cela, un Démon du Froid ! Il tue ces Saiyans avec une telle facilité, on le croirait trichant à un jeu vidéo !

— Regardez, dit un autre observateur, un escadron de l'armée saiyanne a tiré en même temps, dans son dos. Ils étaient... douze. En calcul d'énergie c'est l'équivalent d'une salve de canon AT-6. Aucun dommage, seule sa cape est partie en morceau, il n'a même pas bougé !

— Il est si dense que l'impact ne l'a même pas poussé un peu, sa lévitation est trop forte. De plus, il semble évident qu'il n'est même pas échauffé.

— Ark ! Il vient de dépasser 3 fois la vitesse du son en contournant ce groupe ! Quelle horreur, il transperce leurs corps de ses mains...

— Si les Démons du Froid ont déjà fait plier des civilisations plus avancées que la nôtre, et que la force barbare des Saiyans ne suit pas non plus, que pouvons-nous faire ?

— Nous n'avons pas tout tenté dans la force barbare, dit Abricota. La fille qui se transforme, n'est-elle pas partie depuis une heure de chez elle ?

— Hum.. fit un collègue en suivant un écran. Oui... oui elle vient même d’arriver ! Nous allons vite être fixés...

 

Au loin, apparaissait la grande cité avec derrière, la mer. Hanasia n'était jamais allée à la capitale et ne savait pas que la force qui la guidait l'y menait. Mais il n'y avait pas à douter. Une ville si grande et avec de telles constructions, bien loin des murs pourris de son village, cela ne pouvait être que la capitale.

La force détectée s'était déchaînée, depuis quelques minutes. Bien évidement elle était hostile. Et Hanasia sentait que des vies saiyannes disparaissaient, les unes après les autres.

— Je suis le Roi de ce peuple, et je te défie !

Chilled lâcha le corps inerte qu'il avait en main, le laissant s'écraser sur le sol à 30 mètres de là. Oui, celui-là était sûrement leur roi. Mais de là à ce que ça fasse une différence... Chilled n'avait aucune raison de lui rendre honneur. Sans répondre il lui fonça dessus. Le roi eut à peine le temps de parer le coup qu'il sentit tous ses os se briser. Il cracha du sang, et son corps partit s'écraser contre une tour du château royal, loin derrière. Encastré dans la pierre, le Roi perdit conscience.

Du haut de cette même tour, le conseiller eut le même sentiment d'impuissance que face au Guerrier Millénaire. Il était inutile d'essayer d'attaquer. Que pouvait-il faire ? Un point venait de loin, à toute vitesse par contre... Et stoppa net à quelques mètres du monstre.

Un étrange habitacle volant, des animaux bipèdes et habillés qui regardaient. Des cadavres de Saiyans et de ces animaux sur le sol et sur les toits des maisons. Deux Saiyans flottant en l'air, l'un se tenant les côtes, l'autre, un bras en moins et faisant fi de la douleur et du sang qui coulait à flots. Et au centre, un monstre énorme, plus grand même que l'étranger rouge de l'autre fois, recouvert de sang Saiyan. La force maléfique qu’elle avait sentie dès le début.

C'est tout ce que vit Hanasia en arrivant. Elle s'approcha et les deux Saiyans restants, qui allaient attaquer, s'arrêtèrent net à son arrivée.

— Elle ! Je la reconnais, fit l'un d'eux, un soldat qui l'avait vue lorsqu'elle avait menacé Nizouki.

 

— Monstre venu du ciel, pour tuer les miens ! J'aurais compris si tu cherchais à te nourrir, mais tu décimes pour le plaisir ! Je ne sais pas d'où tu viens mais je plains ce lieu, c'est immonde. Ton art sanglant, laisse-le là-bas ! Tu as tout décimé au ciel et tu viens ici ? C'est tes derniers instants !...

Le Seigneur Chilled fit un grand sourire, et disparut soudainement. Il réapparut avec le poing dans le ventre d'Hanasia, qui se plia en deux, tourna sur lui-même et la frappa de sa queue. Les piquants la déchirèrent et le choc l'envoya s'écraser à des centaines de mètres, sur le sol.

— Ça cause, ça cause ! fit le monstre. Et il se tourna vers les deux autres, mais se retourna à nouveau. Elle n'était pas morte.

 

Hanasia se leva en poussant des pierres de maison. Elle regarda sa plaie, le sang coulait mais cela ne semblait pas très grave. Elle se mit debout et put voir qu'autour d'elle, bien qu'elle était loin du lieu du combat, gisaient plusieurs cadavres de Saiyans. La colère monta encore d'un cran et alors qu'elle s'envola vers le monstre, la lumière jaune habituelle perla autour d'elle et elle se transforma.

— C'est bien elle ! La Saiyanne qui a fait combat égal avec le Guerrier Millénaire ! fit le soldat Saiyan.

— Qu'est-ce que c'est que ce pouvoir ? dit Chilled en la voyant approcher, de plus en plus vite. Il pensa en voyant cette lumière qu'elle lançait une boule de feu, mais ce n'était pas le cas.

Il allait lui donner un coup lorsqu'elle était sur lui, mais elle s'arrêta à la dernière seconde, et son poing balaya le vide entre eux deux. Elle le martela alors de coups avec une force qu'il n'avait jamais ressentie de la part d'un étranger auparavant.

Chilled partait à gauche, à droite, et encore à gauche, malmené dans tous les sens. Il ne pouvait y croire. Cette puissance, cette force, elle n'existait que chez les Démons du Froid. Un tel niveau de combat ne pouvait exister qu'entre membres de sa famille. Il lui fallait se reprendre. Il se reprit.

Chilled échappa à l'enchaînement et put s'éloigner.

— C'est incroyable, c'est impossible ! fit-il en regardant son étrange adversaire. Serait-ce toi qui propage dans l'espace ces ondes inhabituelles ?

Les hommes de Chilled n'en revenaient pas. Jamais il n'avaient vu cela. Leur seigneur, touché par les coups d'un adversaire ! Jamais.

— De nombreux meurtriers croisent ma route. Des fous qui aiment tuer. Pourquoi faites-vous cela ?

— Hein ? Tu as une puissance dont les sommets nous sont réservés. Dans cet univers tu dois être la seule personne au contraire qui puisse comprendre. Notre pouvoir est bien celui de la mort. Tout ce qui est encore en vie m'appartient, et c'est mon pouvoir de décider quand chacun doit mourir.

— C'est.. débile !

— Que ? Ce mot à dû échapper au traducteur. Tuer ces fourmis, c'est leur rappeler que c'est moi leur Dieu [nota: dans sa langue, le mot “Dieu” est le même mot que “Démon” dans "Démon du Froid"]. Et même si tu n'es pas une fourmi, c'est moi ton Dieu. Je vais te le prouver. Tu vas mourir.

— Ton seul but dans la vie c'est de tuer les autres ?! C'est toi qui vas mourir !

 

Hanasia ne ressentait plus la douleur de sa blessure, depuis sa transformation elle s'était à l'évidence refermée. Elle était en pleine forme et elle n'allait pas laisser ce monstre vivre plus longtemps. Elle se jeta dans la bataille avec l'intention de vaincre et de tuer.

Chilled avait changé de mode de combat. Il se battait vraiment, contre quelqu'un à sa taille. C'était terrifiant comme cet être l'approchait. Il faudra absolument fouiller cette planète de fond en comble et tout savoir d'elle, se disait-il. Mais il n'était pas l'heure des projets futurs. Ce combat n'allait pas être facile.

Entre deux enchaînements, ils s'attrapèrent les bras et un affrontement de force pure commença. Si l'un lâchait, il pourrait se faire déboîter les bras, et laisser une ouverture béante pour le prochain coup. La lumière jaune de la fille forçait, comme pour accompagner son effort. Alors qu'il fatiguait, Chilled commença à comprendre qu'il avait moins de force physique qu'elle. Incroyable.

Chilled finit par céder et subit deux vives douleurs dans les bras, suivies d'un double coup dans le ventre. Il sentit l'impact le parcourir dans tout son corps, et s'enfuit pour éviter le prochain coup. Mais elle était déjà sur lui. Il envoya des boules de feu, mais lancées à la hâte, elles n'étaient pas puissantes et elles glissèrent sur Hanasia comme si elles l'avaient évitée. Un coup de genou dans le visage, et avant qu'il ne recouvre la vue, elle avait attrapé sa main. Prenant appui dessus, Hanasia tendit son corps et ses pieds vinrent s'écraser sur la tête de Chilled, tout en lui déboîtant réellement le bras.

C'en était trop. Il chargea son énergie dans son autre bras et cette fois attendit d'avoir une forte puissance. Il se prit quelques coups et lança la boule de feu. Comme Hanasia le bourrinait au corps à corps, il n'eut pas de mal à la toucher. Hanasia et la boule de feu s'écrasèrent sur le sol. Puis, des ruines et débris, Hanasia se releva. Ses habits brûlaient et elle avait des égratignures mais rien de grave. Elle respira un peu et s'envola à nouveau.

Chilled se donna un grand coup dans l'épaule, retint son cri de douleur en sentant ses os se remboîter, et se prépara à la suite.

 

— Cela valait le coup de la laisser en vie non ?

— Je pense que les habitants des systèmes extérieurs seraient intéressés de voir ça : notre Saiyanne écrase ce Démon du Froid !

— Tout cela implique beaucoup de choses, expliqua la chef du service de l'espace Tsuful. Premièrement c'est la fin de notre isolement. Nous allons pouvoir communiquer et échanger librement avec les autres nations puisque nous sommes découverts par les Démons. Ensuite, tous voudront de ce pouvoir des Saiyans. Si nous ne voulons pas que des vaisseaux-cargos viennent les enlever par milliers pour les étudier, il nous faudra les protéger. Et surveiller notre espace avec des vaisseaux de combat...

Tous considérèrent cela. C'était donc vraiment la fin d'une ère. Ils côtoieraient sûrement tous des extraterrestres d'ici quelques années... Ils auraient des nouveaux ennemis. Ils devraient expliquer aux Saiyans les nouveaux dangers qui les menacent...

— Si les Démons du Froid sont inférieurs à un Saiyan surboosté, alors c'est la fin de leur règne. C'est nous qui possédons l'arme capable de les détruire. Je me pose quand même la question. Tout cela n'est-il pas trop facile ?

Ils regardèrent l'écran géant où le combat continuait. La Saiyanne allait gagner. C'était clair. Le démon avait des techniques étranges et jamais vues, mais elle était plus forte, plus rapide et plus résistante que lui.

— Vous pensez qu'il cache un secret ? Ou vous pensez qu'il est anormal que nous soyons les seuls dans l'univers à abriter des êtres comme les Saiyans ? Ou les deux ?

— Je pense cela, et je pense aussi que si nous avons pu détruire le Guerrier Millénaire, d'autres civilisations peuvent le faire. Pourquoi les Démons n'ont pas été détruits d'une façon équivalente ?

— Le Guerrier Millénaire était un animal sauvage. Les Démons sont des êtres pensants et des empereurs.

— Bien dit. Une dernière chose : pourquoi le Dieu de l'Est-qui-fait-les-autres-points-cardinaux-aussi n'a pas détruit ces Démons ?

— Parce que ce n'est pas son problème. Tous se retournèrent vers le Tsuful qui n'avait jusque-là rien dit. J'ai trouvé les infos sur les réseaux extraterrestres. Le Kaiohshin de l'Est. En service depuis des dizaines de milliers d’années, peut-être plus. N'intervient que contre ce qui menace la vie à l'échelle de l'univers. Les pitoyables histoires de tyrans du Froid ne le concernent pas.

Il y eut un silence.

— Notre Guerrier Millénaire augmentait de puissance constamment et tuait à tout va. Il était une menace de ce niveau, s’il s’était mis à aller de planète en planète.

— Ah... fit la chef en regardant à nouveau vers l'écran, où les indicateurs de puissance oscillaient soudainement. Je crois que le secret que nous redoutions existe et se révèle.

 

Consternation dans les rangs de l'armée du Seigneur Chilled. Face à cet étrange être de lumière, il était malmené. Ils avaient vu, pour la première fois, le sang de leur Seigneur. Du sang sur son visage. Sa cape en lambeaux, son armure brisée. Sa position de combat était une position de défense.

Seul le général Sanana savait que son Seigneur ne pouvait pas perdre. Et comprit ce qui se passait maintenant.

— Insolent indigène, cria Chilled, plutôt au ciel qu'à Hanasia. Tu vas savoir ce qu'est un Seigneur Démon du Froid ! Tu vas connaître une mort réservée aux plus grands, tu peux m'en remercier !!!

Et Chilled se mit en boule, comme un fœtus. Et son énergie augmenta, augmenta, sans raison, comme c’était arrivé au Guerrier Millénaire. Son corps se mit à changer. Les piquants de sa queue commencèrent à grandir. Sa tête enfla, s'allongea, jusqu'à devenir une longue tête plate, encore plus laide que la précédente, d'où poussaient maintenant également des piquants.

Une seule pensée circula dans la tête d'Hanasia à ce moment. « Il faut que je le tue pendant qu'il ne bouge pas. » Et elle se jeta sur lui.

Le général Sanana ouvrit de grands yeux exorbités. Attaquer le Seigneur pendant sa transformation ! Quel irrespect ! Comment pouvait-on oser ! Feu !! Cria-t-il à son armée. Et tous tirèrent sur Hanasia.

Quelques explosions sur son corps, sans dommage, elle se retourna et donna un coup circulaire avec son bras tendu dans leur direction. Une lame d'énergie partit, et avec une précision inattendue de la part d'un mouvement si rapide et fait de façon si banale, elle transperça presque toute l'armée en ligne à côté du vaisseau.

Alors que des moitiés de corps tombaient, Hanasia était sur le monstre. Littéralement sur lui. Elle accrocha ses jambes à son corps, et prit son crâne entre ses mains. L'énergie de la transformation la brûlait. Elle tira la tête. Tira très très fort. De nouvelles cornes y poussaient et raclèrent ses bras.

Chilled sentit une vive douleur. Il faudrait bouger. Mais il se transformait. Il n'avait pas encore les moyens de repousser cela. Il savait qu'à chaque transformation il guérissait, et effectivement ses blessures se refermaient. Mais son cou était attaqué. Il banda tous ses muscles pour résister à l’assaut.

Hanasia tint fermement sa tête malgré les brûlures. Elle tourna, elle tourna la tête du monstre sur l'axe du cou. C'était dur. Mais elle y mit toute sa force.

Et un très sinistre craquement, synonyme chez les Saiyans du son de la victoire dont ils aiment se délecter, se fit entendre. Le visage du démon faisait maintenant face à son dos.

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語中文EspañolItalianoPortuguêsDeutschPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoCatalàNorskРусскийRomâniaCroatianEuskeraLietuviškaiKoreanБългарски
עִבְרִיתSvenskaΕλληνικάSuomeksiEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDanskCorsu