DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Hanasia, Reine des Saiyans

Écriture par Salagir

Cette histoire se passe sur la planète des Saiyans, il y a 1000 ans, bien avant que ceux-ci ne soient les videurs de planètes qui ont fait trembler la galaxie à l'époque du Roi Vegeta...
Si vous vous demandiez comment vivaient ces êtres si puissants en communauté, si vous vouliez savoir quels furent les destins des Guerriers Millénaires d'avant Broly, si les aventures d'une combattante forcenée et émotive dans un monde de brutes vous tentent, entrez dans le monde de la Saga d'Hanasia.


Partie 1 :123
Partie 2 :4567891011121314151617
Partie 3 :18192021222324252627282930313233343536373839404142
[Chapter Cover]
Partie 3, Chapitre 33.

Ice Kurima

 

La reine se jeta sur le visage géant de son amie. Il portait encore les énormes cicatrices de son combat pour être chef. C'était elle, sans aucun doute. En plus de ses marques, sa voix, déformée dans les graves dû à sa taille, et même l'expression de son visage modifié. Son énergie, bien que faiblissante, c'était Cétinia.

— Tu as... déjà... vu autant de lunes ? Dit Cétinia à son amie, sa toute petite amie juste en face de ses yeux. Le regard dans le ciel, rouge du crépuscule, a moins que ce ne soit du sang, elle se délecta de sa dernière vision. Son coeur ne battait plus, elle ne serait jamais chef de son village. Elle sentit de l'eau tomber sur ses yeux. C'était Hanasia, cette conne, qui pleurait.

La Reine des Saiyans se releva. Elle ne regarda pas en l'air, car elle ne voulait toujours pas se transformer en singe géant. Elle avait dans son champ de vision son peuple Saiyan. Ils se mettaient à plusieurs pour tenir l'un d'eux, qui pris d'une rage berserke, les attaquaient. Une scène identique se passait un peu plus loin. Les autres hypnotisés avaient eu moins de chance, et avaient dû être tués par leurs frères.

Un grand cri retentit sur la plaine. Un cri de rage comme seuls les Saiyans pouvaient en créer. Une immense lumière d'or accompagnée d'un tourbillon de vent et de chaleur explosèrent sur le corps défunt de la singe géante Cétinia. Les derniers lambeaux entourant son visage furent emportés dans des tourbillons. Et quand Hanasia leva les yeux vers l'être qui lui avait violé le cerveau, ce fut pour poser le regard dur et décidé du Super Saiyan de légende. Il n'y aurait ni pitié ni moindre chance donnée à son adversaire.

— Elle n'est plus du tout sous mon contrôle, pensa Chili avec un énorme étonnement. Et il n'eut pas le temps de penser plus, car la Saiyanne qui n'était plus sous son contrôle s'était jetée sur lui, et les centaines de mètres qui les séparaient n'existaient plus. Le temps qu'il protège son corps de ses bras, il serait déjà mort. Et il était déjà mort.

 

Chili sentit une onde de choc le traverser. Il se crut mort, mais ce n'était qu'un déplacement d'air dû à un coup raté. Il put voir le corps éclatant de lumière voler hors de son chemin, écrasé dans sa rage par un coup de pied qu'il n'avait vu venir. Une masse noire imposante était devant lui. Qui lui avait sauvé la vie ?

Le général Chatterton se tourna vers lui. Bon sang, se dit Chili en grinçant les dents. Je dois ma vie au Général ! J'aurais mieux fait de mourir.

— Tueur de seigneur Chilled, cria Péronipé en pointant du doigt l'être de lumière jaune caractéristique qui s'était remis en position de combat. Tueur de notre seigneur !

— Oui fit Mipan. Nous avons sorti la bête immonde de sa tanière.

Chili ne savait pas que le général était dans l'armée d'invasion. Mieux même, il savait qu'il n'était pas dans leurs vaisseaux. D'ailleurs, s'il l'était, il serait sorti au début de la bataille, et aurait à lui seul massacré la moitié de ces singes géants. Alors d'où venait-il ?

Les autres membres de l'escouade se posèrent la même question. Et en se posant la question, tout en admirant l'être qui avait (sûrement) ôté la vie à un Démon du Froid, ils restèrent béats, pendant, peut-être, oh, une demi-seconde.

 

La Reine des Saiyans était revenue. Elle brillait de la puissance jaune qui lui conférait l'invincibilité. Elle ne se transformerait même pas en oozaru, le terme utilisé par les Saiyans pour décrire le singe géant, car elle était déjà la plus forte. C'était sa Reine, c'était la superbe Hanasia.

Jeune soldat de l'armée du Roi, donc maintenant de la Reine, il l'avait vue combattre d'égal à égal avec le monstrueux guerrier millénaire. Il l'avait vue combattre l'ignoble envahisseur à la carapace d'insecte géant.

L'espoir renaissait pour ce Saiyan de campagne. C'était le deuxième retournement de la bataille. Chaque être comptait.

— Tous avec la Reine !! cria-t-il en baryton. Tous avec la Reine ! Répéta-t-il en sautant haut dans le ciel, pour rejoindre ses ennemis, qui flottaient à ce qu'ils croyaient être la distance suffisante pour échapper à la marmaille géante.

Les Saiyans les plus valides se relevèrent. Quelques monstres géants qui faisaient le mort ouvrirent un oeil et, assumant la honte d’avoir essayé de survivre, lancèrent un rugissement en chargeant leur énergie à bloc.

Certains qui s’étaient détransformés pour fuir, revinrent sur leurs pas et re-rentrèrent, nus, dans la bataille. Les derniers vaisseaux de l’Empire essuyaient déjà de nouvelles attaques énergétiques.

Et le combat reprit, avant que l'escouade Hot s'en rende compte.

 

Hanasia devait occuper tous ses adversaires à la fois. Le nouveau venu était clairement plus fort encore. Mais tous devaient être arrêtés au plus tôt, car chacun pouvait tuer facilement ses bien-aimés sujets par paquets. Elle tournoya sur elle-même, et lança des dizaines de boules d'énergie dans tous les sens, ou du moins semblait-il.

Reprenant leurs esprits, l'escouade Hot et le général remarquèrent que les singes se jetaient sur eux, par dizaines. Et que la Super Saiyanne les attaquait tous à la fois. Quelle présomption ! Chatterton renvoya les boules qui lui étaient destinées, et, au grand étonnement de Chili, descendit tuer du singe. Comment, ce général ne prenait pas pour lui la part la plus intéressante du gâteau ?

Péronipé para toutes les boules de feu qui avaient divergé sur lui, et eut même le temps de remarquer le premier singe qui avait sauté, en criant, qui se dirigeait sur lui. Notre soldat Saiyan ne pouvait pas sauter aussi haut, et il finit son chemin, bien qu'avec difficulté, en volant. Péro se retourna et envoya une boule d'énergie, mais le singe n'était pas derrière lui. Pourtant, basé sur sa vitesse... Et il fut pris d'un abominable mal de crâne. Contre tout attente, le singe avait accéléré en fin de saut. Et d'un élégant retourné, il avait planté en pleine vitesse son genou sur la tête du combattant. Les deux guerriers tombèrent à grande vitesse vers le sol, le grand Péro toujours sous le genou géant de son adversaire. Jamais Péronipé, la brute sans cervelle de l'escouade Hot, qui se baissait pour passer chaque porte, ne s'était senti si petit.

Mipan, lui, fut fortement surpris par la puissance de ces boules, qu'il dévia en se brûlant les mains. Elles étaient lancées si vite et si nombreuses, doublées d'une recherche automatique, il était impossible qu'elles soient si dangereuses, pourtant c'était bien le cas. Il utilisa sa vitesse pour immédiatement après se jeter sur cet adversaire, car il n'en verrait pas de comme ça de si tôt. Sûrement qu'il ne la blesserait pas, mais ses attaques de mouche déconcerteraient assez cet être pour qu'il se fasse à nouveau prendre par les attaques psychiques de Chili.

Chili, qui fonça également sur Hanasia. Son hypnotisme ne marchait pas de loin. Ce faisant, il évita un singe sautillant, le réécrasant au sol d'une solide attaque énergétique.

Péro fut enfoncé dans le sol, écrasé par le poids d'un singe géant. Le choc était multiplié par leur grande vitesse de chute, sur une planète à forte gravité. Du cratère formé, le soldat de l'armée Saiyanne s'échappa instantanément, car il avait fait signe à ses comparses, et si les autres étaient restés au sol, ce n'était pas par lâcheté mais pour préparer la puissante boule de feu qu'il crachèrent à l'unisson de leur gueule, rétamant en morceaux le fond du cratère, en produisant un nouveau, plus concentré et vertical, dont le fond se perdait dans les ténèbres. Un de moins.

 

Tous les clignotants Tsufuls viraient au rouge. Le nouveau venu était déjà plus fort que l'escouade. Et il avait été identifié immédiatement par le conseiller de la rébellion, qui suait alors à grosses gouttes.

Mais surtout, c'était la puissance déployée au repos par l'autre nouveau venu, celui qui ne se montrait pas. Celui qui n'aurait jamais dû être là. Celui qui fit transformer les gouttes de sueur en nage de terreur le conseiller.

Ils envoyèrent des messages à tous leurs alliés, et cherchèrent moult informations, mais toutes les branches de la rébellion le confirmaient : aucun Démon du Froid ne devait se trouver sur celle planète. Ils avaient été bien eus.

Car le petit lézard brillant, qui marchait sur le sol, si petit, si insignifiant, et tuait, d'un mouvement de la main un singe qu'il écrasait au sol, lui brisant les os par simple télékinésie... Le petit être au sourire sadique, marchant sur le terrain de bataille comme un poisson nageant dans l'eau, se délectant des odeurs de sang, d'explosion, de terre brûlée et retournée, c'était le dernier-né de la famille la plus puissante de l'univers.

C'était Ice Kurima, le seul Démon du Froid à porter un nom avec un espace. Ses mains aux doigts fins et délicats balayèrent devant lui pour éloigner la poussière, mais ce mouvement fut si fort qu'en plus de la poussière, tous, oui bien tous les singes géants tombèrent quelques mètres plus loin, comme des feuilles de papier subitement prises dans une bourrasque.

Le Démon du Froid était là.

 

 

 

Mipan vit que Chili se jetait également sur l'adversaire, et que cette dernière ne le quittait pas des yeux. Elle redoutait son pouvoir et toute son attention était prise. L'occasion idéale pour faire un coup bas, pensa-t-il.

C'est ainsi que Mipan passa de vie à trépas : en commettant une erreur de débutant. Celle de croire qu'il prenait par surprise quelqu'un comme Hanasia. Alors qu'il allait la frapper dans le dos, elle se déplaça en translation, et se retrouva en position pour le frapper sans quitter des yeux Chili. Elle lui fendit le crâne de sa main ouverte, lui coupant le cerveau avec sa main-épée.

Mipan aurait voulu mourir dans les bras d'une belle, terrassé par son pire adversaire, qu'il aurait combattu seul dans un monde post-apocalyptique. Il aurait tué son ennemi mais se mourrait des blessures du combat. Sa vie aurait été longue, et il fermerait les yeux sur un soleil couchant dont les rayons, perçant différentes couches d'atmosphère, créeraient une féerie de couleurs dressant un tableau irréel dans le ciel, pour honorer le dernier combat du guerrier. Et sous les larmes de la petite, désespérément amoureuse de lui, dans les sanglots des spectateurs, dont il aurait sauvé à chacun la vie au moins une fois, il sent la mort l'envahir, et le libérer de ce monde violent.

Mipan fit "glurp" et creva dans le ciel. Il tomba au sol à la manière d'un fruit trop mûr, son cerveau s'écrasant sur deux rocs différents, ce qui fit "plotch" et "proutch". Si l'on avait le droit au paradis, de revoir sa mort -ce que les autorités du ciel ne permettent pas, parce qu'elles ont franchement autre chose à faire-, Mipan se serait re-tué de honte, préférant ne jamais être né ni avoir vécu, si c'était pour terminer sur une fin pareille.

 

Chili fut choqué par la mort soudaine de son ami, mais il ne s'arrêta pas. Plutôt que de vouloir la frapper, il tourna brusquement autour d'elle, pensant qu'elle lui donnerait un coup comme à Mipan. Mais elle ne bougea pas. Il plaqua alors son regard dans ses yeux, et scruta son âme. Mais ce n'était plus la même personne.

Le regard froid et dur, de ces grandes pupilles bleu-vert, ne donnait plus aucune ouverture sur l'esprit. La puissance psychique de la Saiyanne le surpassait de loin à présent. Et moins d'une seconde complète après, il s'éloigna, terrifié. Son pouvoir ne fonctionnait plus.

Hanasia le savait et elle sourit. Elle se déplaça et attrapa le bras de Chili, qui s'était cru hors d'atteinte, puis le cassa. Elle se satisfit du bruit des os éclatés. Elle le frappa au menton avec le plat de la main, pour faire cesser son hurlement, ce qui lui écrasa une partie du visage. Et lui donna un coup dans une jambe, pour la casser également. Mais elle frappa si fort, qu'elle la lui trancha presque. Chili n'était alors qu'une poupée mourante dans ses mains. Mais il n'allait pas mourir tout de suite, non.

Pour Cétinia, et pour tous les Saiyans tombés sous le coup de Saiyans hypnotisés, le monstre devait souffrir. Mais une baisse d'énergie de ses comparses la fit sortir de sa rêverie sadique.

Le nouveau venu décimait les Saiyans plus vite que la mauvaise troupe qu'elle venait de tuer. Elle ne pouvait pas les laisser un instant seuls !

Elle descendit en vitesse, pour le combattre. Mais celui-ci la fuit. Un autre adversaire se mit sur sa route. Un genre de lézard brillant. Hanasia l'ignora totalement et voulut passer à côté. Mais elle se reçut un terrible et rapide coup de queue, et s'écrasa dans le sol. Elle se releva aussitôt, étonnée, et sans regarder vers le ciel ; car elle ne voulait pas voir les boules lumineuses. Mais elle sentit les présences, et remarqua qu'effectivement, la plus puissante, et de loin, c'était lui. Ce petit truc ?

 

Notre petit soldat sans nom était fier d'avoir participé à l'éradication d'un des quatre puissants ennemis qui avaient renversé la bataille. Et comme les autres, il se préparait à l'attaque du nouveau venu, ce qui était une erreur.

Il eut juste le temps de sentir un souffle d'air, que Péronipé, sortant de son trou comme un geyser, lui arracha le bras en criant.

Péronipé était fumant, saignant de partout, l'armure en morceaux, et avec des dents et une oreille en moins. Mais il était vivant. Son corps tout douloureux, il se vengea immédiatement de ceux qui l'avaient piégé, ou alors ceux qui étaient restés proches du trou. De toute façon ils se ressemblaient tous. Un simple soldat de l'armée de la Reine, un habitant de la capitale, et un visiteur d'un lointain village, moururent sur le coup, terrassés par un Péro fonçant sur eux à grande vitesse et explosant leur visage d'une puissante boule de feu.

Puis Péro reprit de l'altitude pour respirer un coup. Il remarqua alors la présence de Ice Kurima, dans sa forme finale. Déplaçant dans sa tête ses priorités (un Démon ici, il n'avait plus rien à combattre : quand un exterminateur de cafard arrive, vous pouvez continuer à en écraser vous-même, mais vous ne servez de fait plus à rien), il vit son chef démembré et à l'article de la mort, flottant juste assez pour ralentir sa chute vers le sol.

Péro se jeta sur Chili et l'attrapa avec douceur.

 

Hanasia aurait bien voulu jauger son adversaire, le regarder dans les yeux un long moment, en laissant le vent faire flotter ses cheveux. Elle aurait aussi voulu lui poser des questions, comme, était-il un Démon du Froid, lui qui ne ressemblait en rien au chef des envahisseurs précédent, censément également Démon du Froid. Mais elle n'en avait pas le temps. Si son adversaire était tout disposé à prendre son temps, comme l'indiquait sa position de vol sur place, les bras croisés et un sourire en coin, elle, ne pouvait pas.

Car toutes les secondes ou moins, une vie Saiyanne s'éteignait autour d'elle. Le gros tas qui l'avait fuie était monstrueusement fort, même si elle était sans doute capable de l’écraser. Mais avant de le tuer, il faudrait qu'elle se débarrasse du lézard. C'était clair.

La Reine des Saiyans s'approcha de son ennemi et lança une boule d'énergie en éclaireur. Ice ne daigna pas la parer, et elle explosa sur son ventre. Cela créa une petite fumée et Hanasia l'utilisa pour accélérer sa vitesse et le frapper par surprise en pleine tête. Il avait toujours les bras croisés et se prit le coup, partant en arrière. Mais il ne fit qu'un tour sur lui-même, et se retrouva face à elle.

— C'est tout ? Fit-il en décroisant un bras pour se toucher la joue où avait porté le coup. C'est avec cela que tu as tué mon bien-aimé frère ?

— Tu es donc bien un démon aussi.

Mais Hanasia ne continua pas la conversation. Elle donna un autre coup, qu'il para cette fois-ci à son grand contentement. Car cela montrait bien que contrairement à ce qu'il avait voulu faire croire, ses coups lui faisaient mal.

Gauche, droite, gauche, pied, elle enchaînait les attaques, mais il semblait les contrer sans grande difficulté. C'était l'évidence, malgré sa bien plus petite taille, il était plus fort que l'autre. Bien plus.

 

Les deux adversaires précédents de Hanasia étaient très grands. Leur poing faisait presque la taille de sa tête et ils la regardaient de haut. Celui-là avait leur force et leur vitesse, mais il était plus petit que la Saiyanne. Ses coups étaient plus précis et plus piquants. À cause de son corps fin, les longs coups de pied qu’elle essayait de lui asséner le rataient souvent. Contrairement au Guerrier Millénaire qui se laissait toucher par tous les coups, il évitait d’un mouvement maîtrisé et contre-attaquait aussitôt.

Ce combat était bien plus difficile que les deux autres. Le millénaire était invincible, mais rarement précis dans ses actions, plutôt prévisible, et laissait à Hanasia le temps de respirer. Le frère envahisseur était tout simplement moins rapide, moins résistant, et moins fort.

Le démon avait le dessus. Elle arrivait à peine à le suivre et depuis quelques instants, c’était lui qui attaquait et elle qui défendait. Les coups portés étaient tels et tant arrivaient à la toucher qu’elle eu besoin de fuir pour reprendre son souffle. Soudainement, elle flotta vers l’arrière. Ice Kurima fonça sur elle mais frappa le vide alors qu’elle vola vers le bas, changeant subitement de place à une accélération supérieure à la gravité.

— Pfu ! souffla-t-il sans la suivre. Il préféra bomber le torse et laisser son énergie l’entourer. Sa force fit tournoyer l’air autour de lui, et une sorte d’aura sphérique l’entoura.

Mais Hanasia profitait aussi de cette pause. Chaque demi-seconde de repos était un bonheur pour son corps qui respirait par toutes les pores, son souffle qui se calmait, et son aura qui se remit à briller. Elle était quand même blessée à divers endroits et la douleur la touchait partout.

Souriant, le démon cadet se dirigea alors vers Hanasia tête première, gardant son étrange aura. Alors qu’il fonçait vers elle de plus en plus vite, elle comprit que c’était un bouclier et qu’il serait une erreur d’essayer de le frapper à ce moment. Elle vola alors sur le côté et il changea de direction. Mais c’était le but. Elle s’en alla de plus en plus haut et loin de ses compatriotes qui souffriraient de toutes les conséquences du combat. Voler n’était pas fatiguant pour elle et lui permettait même de continuer à se reposer.

Lorsqu’il fut sur ses talons, elle se retourna et mit devant elle ses deux mains paume ouverte, mais aussi ses deux pieds. Le large bouclier serait plus facile à stopper que le corps fin du démon, c’était plutôt un avantage.

Face à cette ridicule stance, Ice se mit à rire et accéléra subitement. Le temps de s’étonner qu’il puisse encore augmenter sa vitesse, Hanasia durcit ses muscles pour le choc. Mais cette aura ne marchait pas comme ça. Au lieu de frapper, il glissa sur elle et continua tout droit, alors que la Saiyanne reprenait contrôle de son vol après avoir été renvoyée sur le côté.

Kurima s’amusa de ça en riant encore mais plus sereinement. Il avait utilisé cette aura pour traverser des vaisseaux de guerre et une planète. Il avait détruit beaucoup de choses ainsi et n’avait pas imaginé que face à un guerrier puissant, il aurait cet effet.

Il stoppa sa route, se retourna, enleva son aura, et envoya des centaines de boules d’énergies.

Hanasia ouvrit de grands yeux. Comment pouvait-il déjà enchaîner une autre attaque de cette puissance ? C’était terrifiant ! Très rapides, elle n’arriverait pas à leur échapper toutes, il fallait...

Pas le temps ! Elle se plaça à l’horizontale pour que la plupart passent à côté. Elle croisa les bras devant elle et deux attaques explosèrent en choc frontal. Elle fit son maximum pour ne pas bouger, car d’autres boules la frôlaient. Immédiatement elle se prépara à l’attaque suivante, certaine que le monstre s’était jeté sur elle pour un coup suivant. Mais par chance, ce démon n’était pas un habitué de la tactique de combat et il était resté au loin, pour regarder comment elle s’en sortirait.

 

Ice Kurima ne savait pas qu'il aimait à ce point le combat. Jamais il ne s'était battu si sérieusement et durement. Jamais, à part lors de corrections de la part de son père ou de ses frères, il n'avait ressenti la douleur des coups sur son corps. Jamais il n'avait essuyé de son doigt son propre sang, comme il le faisait maintenant, sur la seule égratignure profonde qu'il s'était prise.

Il gagnerait. C'était sûr. Il se sentait encore un trésor d'énergie en réserve. Il n'avait que des petites douleurs, alors qu'il avait recouvert de sang son adversaire. Et même, même si par extraordinaire, le combat se retournait en sa défaveur, le plus puissant des guerriers de la Cour était là et pouvait lui prêter main-forte.

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語中文EspañolItalianoPortuguêsDeutschPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoCatalàNorskРусскийRomâniaCroatianEuskeraLietuviškaiKoreanБългарски
עִבְרִיתSvenskaΕλληνικάSuomeksiEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDanskCorsu