DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Hanasia, Reine des Saiyans

Écriture par Salagir

Cette histoire se passe sur la planète des Saiyans, il y a 1000 ans, bien avant que ceux-ci ne soient les videurs de planètes qui ont fait trembler la galaxie à l'époque du Roi Vegeta...
Si vous vous demandiez comment vivaient ces êtres si puissants en communauté, si vous vouliez savoir quels furent les destins des Guerriers Millénaires d'avant Broly, si les aventures d'une combattante forcenée et émotive dans un monde de brutes vous tentent, entrez dans le monde de la Saga d'Hanasia.


Partie 1 :123
Partie 2 :4567891011121314151617
Partie 3 :18192021222324252627282930313233343536373839404142
[Chapter Cover]
Partie 1, Chapitre 3.

Il y a 2000 ans

 

Les Saiyans regardent le crépuscule tomber. Ils sourient car ce soir c'est fête.

Les enfants sont sortis des habitations, des espèces de tentes avec du bois et des peaux de bêtes, car les Saiyans ont horreur de construire, alors tant que ça tient (de façon assez inexpliquée la plupart du temps), on s'arrange pour que ce ne soit pas tout cassé par accident. Les Saiyans quittent le village et vont dans une prairie éloignée.

Tout est calme, la plupart des animaux sont cachés au fond de leur terrier. Ils savent ce qui va arriver. Les Tsufuls les premiers, qui vivent au fond d'habitations creusées au plus profond dans le sol, très loin des territoires Saiyans.

Au milieu du groupe, un gamin regarde le ciel fièrement. Comme pour les autres gamins de son âge, c'est la première fois qu'il verra enfin la pleine lune. Son cycle particulier ne lui permet d'apparaître pleine que tous les huit ans. Un adulte le bouscule. Le gamin lui file une claque qui l'envoie voler à plusieurs centaines de mètres. En effet, l'enfant est déjà de loin le plus fort du village, il s'appelle Brasca.

 

La lune se découvre. Et tous les Saiyans la regardent droit dans les yeux. Ils se mettent à grandir. A changer. En l'espace de quelques instants, ils sont tous devenus des gorilles géants. Les Saiyans regardent le monde de cinquante mètres plus haut. Tout semble si petit, ils rient de leur puissance. Ils se mettent à courir, à enjamber des collines avec exaltation.

Un bébé sautille de partout. Il est petit par rapport aux autres, mais dépasse déjà les plus hauts arbres de la forêt. Malgré sa taille, il ne se sent pas lourd, et rit en courant entre les jambes des adultes. L'un d'entre eux l'envoie voler au loin comme un ballon de football. Depuis la nuit des temps, les Saiyans éduquent leurs enfants en leur faisant comprendre quand ils sont ennuyeux, d'un coup de pied.

 

Dans un coin, un Saiyan qui a gardé son apparence pleure. Il ne faut surtout pas que les autres le voient en train de pleurer, quelle honte ! Il a perdu sa queue dans un accident il y a quelques années, et avait espéré qu'elle aurait repoussé à temps mais ce ne fut pas le cas.

 

Des forêts entières sont détruites. Des milliers d'animaux écrasés, le paysage dévasté. Mais quand les Saiyans font la fête, ils la font bien.

Un hurlement se fait entendre. Les gens se retournent. Ils voient Brasca en proie à un étrange manège. Il fait gonfler ses muscles et hurle comme s'il souffrait.

Du vent commence à tourner autour de lui, comme cela arrive lorsque les Saiyans les plus puissants qui existent à leur époque se concentrent pour rassembler leur énergie et mettre la pâtée à tout ce qui bouge. Le singe commence à flotter dans les airs, un pouvoir que nul n'a jamais vu. Il continue à rassembler de l'énergie et à monter. Une véritable bourrasque l'entoure. Soudainement, la couleur de ses poils change. Il se met à briller et devient tout jaune. La force de son énergie fait tomber tous les villageois.

Brasca souffre. Il reçoit de l'énergie et encore de l'énergie. D'un seul coup il ouvre la gueule et crache une boule de feu d'une puissance qui restera inégalée pendant des siècles sur toute la galaxie. La boule part à l'horizontal et traverse une montagne comme si c'était du beurre. Sur sa trajectoire, les arbres se plient jusqu'à toucher le sol à cause de la déflagration. Un Saiyan, sur le chemin, est détruit comme s'il était un moustique sur le trajet d'un tir de blaster. La boule de feu semble monter vers les étoiles, mais en fait elle va simplement tout droit et s'éloigne de la courbure de la planète. Sa puissance est si forte qu'elle n'est pas attirée par la gravité. Elle se perd dans l'espace où elle finira aspirée par une étoile.

Le gorille doré se tape sur la poitrine pour laisser éclater sa fureur. Il s'attrape la queue et l'arrache d'un coup. Il redevient alors normal et perd connaissance. Il tombe et s'écrase au sol.

 

Sur le continent voisin, cachés au fond des montagnes dans des villes souterraines pour que les Saiyans ne les trouvent pas, les Tsufuls ont observé cette brusque montée d'énergie et s'inquiètent. Ils décident d'envoyer des espions sur place.

Armés de simples armes à feu envoyant des balles pointues et empoisonnées, à dos de véhicules certes bruyants mais ayant l'avantage de rouler à peu près aussi vite qu'un Saiyan court, les Tsufuls ont évidemment très peur de ces singes qui n'hésitent pas à les manger sans même se soucier d'où ils peuvent venir.

 

 

Le lendemain, Brasca se lève assez tard. Il a mal à la tête. Rien ne se passe pendant plusieurs semaines et il dit ne pas se souvenir de ce qu'il s'est passé.

Mais un soir, lors d'une grande colère due à une discussion très animée sur un sujet inintéressant, la bagarre tourne mal. Brasca tue un de ses contradicteurs. Ce n'est pas la première fois que ça arrive, mais les autres sont remontés. Ils se mettent à plusieurs contre lui mais se font dégager sans difficulté. Ils se relèvent et ré-attaquent, très sérieusement. La tension monte lorsque l'un d'eux se fait arracher le bras par Brasca.

Tout cela reste quand même assez classique chez les Saiyans.

Loin d'ici, du haut d'un arbre, cachés entre les feuilles, deux Tsufuls observent la scène à la jumelle.

 

D'autres Saiyans se joignent à la bagarre, parmi eux se trouvent de puissants combattants. Le chef du village voisin charge son énergie en faisant tournoyer l'herbe autour de lui. Il est temps de montrer à ce gamin ce qu'est un véritable guerrier. Brasca reconnaît la force d'un vrai combattant et lâche le visage du Saiyan qu'il écrasait entre ses doigts.

Il ouvre sa main et une boule de feu apparaît. Certains reconnaissent cette chose qu'ils ont vu la nuit de pleine lune et instinctivement s'éloignent. Le chef regarde la boule luisante avec intérêt puis fonce sur son adversaire. Brasca lance la boule comme s'il lançait une pierre. Elle touche le chef dans un fracas d'explosion, qui est arrêté dans sa course et tombe en arrière.

Il se relève dans la fumée, ses habits sont tout déchirés et il saigne par-ci, par-là. Et il est en colère. Il fonce à nouveau sur Brasca qui lui aussi charge, et ils combattent un petit moment. Les spectateurs, Saiyans comme Tsufuls, ne se posent pas de question : il est clair que Brasca a le dessus.

A terre, presque vaincu, le chef du village voisin crache un peu de sang. Il est ennuyé. Il n'a pas perdu de bagarre depuis longtemps. Alors il se relève. Et concentre son énergie. Il donne un gigantesque coup de poing dans le torse de Brasca, mais celui ci ne pare même pas, et ne bouge pas d'un pouce, comme s'il n'avait pas senti le coup. Et il sent l'énergie monter en lui. Sans fin.

Une bourrasque de vent l'entoure et ses cheveux se dressent sur sa tête, deviennent raides et jaunes. Une aura jaune teintée de vert l'illumine.

 

Les Tsufuls sont ébahis. Après un instant de contemplation, ils mettent en marche le calculateur d'énergie. L'aiguille tourne plusieurs fois sur elle-même puis se met à trembler et fait des oscillations de plusieurs tours. C'est incalculable. Ils remettent les jumelles pour voir ce que va faire cette chaudière qui produit plus d'énergie que leurs usines à charbon.

La chaudière semble se téléporter. En fait, Brasca se déplace en un instant juste devant son adversaire et lui file un coup de poing. Le sang gicle et son adversaire tombe, mort sur le coup.

Avec un sourire mauvais, il se tourne vers les autres qui s'enfuient en courant. Brasca lèche sa main ensanglantée et se met à rire. Il étend les bras et l'énergie afflue encore et encore. Il crée une boule de feu et l'envoie à ses pieds. Le sol s'ouvre, explose, et toute la plaine est détruite. Les espions tremblent en voyant que les dégâts se sont arrêtés à peine à quelques mètres d'eux. Brasca tourne sont regard vers eux. Il les a détectés.

Les espions Tsufuls sont entraînés. Depuis la nuit des temps, les Tsufuls ont vécu sur la coopération. Depuis toujours, face à un Saiyan il n'y a qu'une seule solution. Une partie des personnes en danger doit faire face à l'ennemi et le retenir pendant que les autres fuient. Ils sautent tous les deux de l'arbre, en sortant leur bras droit. A terre ils regardent la main que l'autre tend. L'un faisait le signe des ciseaux, l'autre du caillou.

Ils montent sur leurs motos, qu'ils avaient jusque là utilisées en mode silencieux. Ils déclenchent le starter et débloquent l'accélération. Les silencieux sortent des tuyaux éjectés par les gazs surpuissants de démarrage. Les fusées s'allument et chacun part dans une direction opposée. L'un des deux fonce vers Brasca. Prêt à mourir, il n'a pas peur. Il devrait.

Quelques mètres avant contact, le Tsuful tourne brusquement pour passer à côté du guerrier. Étonné par la réactivité de l'engin ennemi, Brasca le regarde s'éloigner dans un nuage de fumée noire. Le guerrier tousse. Cette odeur de pollution lui est insupportable. Il déploie son énergie et toute la fumée est éloignée. Il s'élance, et en un instant rattrape l'engin qui s'éloignait à 250 km/h. Il attrape la moto en écrasant le métal de la carrosserie, et s'envole avec sa proie.

Le Tsuful est tiré dans tous les sens, mais s'accroche, il sort son arme et tire, à bout portant, sur le torse de son ennemi qui semble plus grand et plus musclé qu'avant. Les balles s'écrasent et rebondissent. Les balles les plus puissantes des Tsufuls, capables de transpercer un Saiyan, à 100 000 zenis pièce !

Le guerrier écrase alors entre ses mains la moto, une jambe de l'espion avec. Ce dernier crie de douleur et se plie en deux. Mais en profite pour recharger. Cette fois, il tire au visage. Mais le résultat est identique. "Je sais ce que tu penses !" Dit alors le Saiyan, en pointant vers la forêt. On voyait la fumée des réacteurs de l'autre moto sortir d'entre les arbres. L'espion se rend alors compte qu'ils sont à une centaine de mètres du sol.

Brasca crée à nouveau une boule d'énergie et l’envoie dans la forêt à la poursuite de la moto. La boule de feu détruit tous les arbres sur son passage et la cible entend un bruit suspect derrière lui. Elle se retourne pour voir l'objet dévastateur se rapprocher à la vitesse du son ! L'espion tourne brusquement à 90 degrés et coupe le moteur en s'écrasant le moins violemment possible entre des buissons.

L'explosion envoie des morceaux de pierre et d'arbre partout. Le Tsuful est transpercé par un débris.

Du ciel, Brasca se met à rire méchamment, lorsqu'il se retourne vers son otage, qu'il voit dégoupiller un objet rond et gris. Dans un cri de rage, le Tsuful s'approche du corps du Saiyan et tend sa main qui agrippe fermement la grenade vers son visage. Une explosion retentit, déclenchant les autres grenades qu'il avait sur lui. La moto est déchirée en morceaux ainsi que son occupant. Mais le guerrier sort de la fumée sans une égratignure.

 

Un moment après, les Saiyans reviennent en groupe. D'autres villages se sont vidés pour voir ce qu'il se passe, quelles sont ces explosions. Les Saiyans fuyants avaient donné l'alarme et beaucoup accourent en espérant faire un combat exaltant.

C'est un champ de bataille. De la fumée sort du sol brûlé. Il y a des débris d'un truc en métal bizarre, et au milieu, Brasca, qui a doublé de volume.

Il était devenu une montagne de muscles, et l'enfant était maintenant plus grand que tous les autres Saiyans. Entouré de son aura jaune, ses yeux devenus blancs, il était extrêmement impressionnant.

Beaucoup de Saiyans moururent ce jour-là.

 

L'espion Tsuful réussit à bander sa blessure tant bien que mal et à revenir sur la côte. Là, un bateau l'attendait, caché dans une crique, et c'est ainsi qu'il put rendre compte de ce qu'il s'était passé.

Chez les Tsufuls, on s'affaire dans tous les sens. Pendant les jours qui suivent, Brasca tue des dizaines de Saiyans, détruit des paysages et s'approche dangereusement de villes cachées des Tsufuls. Une longue recherche dans les archives donne un résultat. Il y a 1000 ans, un Saiyan aux cheveux jaunes avait aussi été remarqué. Il était beaucoup plus puissant que les autres et était mort très jeune, peu après s'être transformé.

- C'est clair, dit un scientifique. C'est un phénomène récurrent. Et il va en s'améliorant.

- Rien ne semble le toucher. Il aspire l'énergie autour de lui, il est indestructible et infatigable !

- Il faut le détruire, sinon il détruira notre monde. Si rien ne l'atteint physiquement, il faudra l'attaquer par un autre moyen.

- Des gaz ? Du poison ?

- Non, aucun gaz ne reste près de lui à cause du vent qu'il crée, et pour le poison je doute que ça transperce sa peau, quant à lui en faire manger... je vous rappelle que depuis qu'il s'est transformé, il n'a rien mangé ni bu !

- Le problème est réglé, dit subitement quelqu'un.

Les scientifiques se retournèrent tous vers le messager qui venait d'entrer.

- Brasca est mort ce matin. Il est tombé tout seul, détruit par sa propre énergie.

 

Chez les Saiyans comme les Tsufuls, c'est la libération.

 

- Vous pensez qu'une telle chose se reproduira, chef ? demande un Tsuful pendant l'archivage des données pour un usage futur.

- Oui, répond-il, dans 1000 ans, oui. Et il sera plus stable encore. Il ne mourra pas avant peut-être, quelques semaines. Voire plus. Il détruira le monde, car son pouvoir augmente au cours du temps de façon exponentielle.

- Dans 1000 ans... nous aurons la technologie pour le détruire !

- J'espère bien... j'espère bien.

 

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語EspañolItaliano中文DeutschPortuguêsPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoRomâniaРусскийNorskCatalàLietuviškaiCroatianEuskeraSuomeksiKorean
SvenskaБългарскиΕλληνικάעִבְרִיתEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDansk