DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

DBM Univers 16 : La fusion de deux vies

Écriture par Syl & Salagir

Relecture par Loïc Solaris & Foenidis

Lorsque Vegetto entra dans le corps de Buu, il fit un choix : garder son bouclier (U16) ou le lâcher (U18). Voici l'histoire de ce qu'il s'est passé après... Bien que Vegetto ait sauvé l'univers, Son Gokû et Vegeta, eux, ont définitivement disparu...


Partie 1 :12345678
Partie 2 :91011121314
Partie 3 :15161718192021222324
[Chapter Cover]
Partie 3, Chapitre 24.

L'attaque du Dragon (part 3/3)

Résumé des épisodes précédents : Cliquez sur le chapitre 22 et commencez l'histoire au début. Non mais dites-donc.

L'attaque du poing du Dragon ! Si Trunks ne peut le faire, qui le peut ?

Les coups de Vegetto refusaient obstinément de détruire le monstre. Mais en tournant autour de lui et en le frappant, il pouvait le limiter à la même partie de la ville. Lorsqu'il passait en fumée, Vegetto était à son point d'arrivée pour l'accueillir et le limiter. Il pouvait continuer des heures comme ça. Mais il ne gagnait pas.

Il décida de demander de l'aide.

Vegetto forma l'image de Piccolo dans son esprit, puis lui parla dans sa tête. C'était comme ça que marchait la télépathie. Depuis que Son Gokû avait utilisé cette méthode pour demander à Kulilin de gracier Vegeta, les combattants de la Terre avaient compris vaguement comment c'était possible. L'efficacité augmentait si on avait un lien particulier avec la personne appelée, ou si cette dernière était prompte à entendre... et enfin, une distance réduite était conseillée. Gokû avait appelé Kulilin. Piccolo avait appelé Gohan. Vegetto avait appelé ses fils.

Piccolo était très loin, et ses liens avec Vegetto fortement réduits. Mais lorsque le contact réussi, il comprit que Piccolo était disposé à l'entendre. Ce dernier avait les yeux rivés sur la scène depuis bien longtemps.

— Piccolo, utilise tes yeux divins. Il faut trouver l'invocateur de ce monstre.

— Que crois-tu que je fais, Vegetto ? Que je cueille des champignons ?

L'ancien Dieu de la Terre était sur le bord de son sanctuaire. Il scrutait le monde en détail. Son regard était capable de contourner des objets, de passer à travers de minuscules fentes. Si ça le transformait en parfait voyeur, cela s'arrêtait malheureusement là. Pas de son, pas de détection, juste de la vision. Il y a fort longtemps, il avait mis des heures à trouver Cell, par exemple. Mais là il savait que le sorcier n'était pas loin.

Piccolo n'était pas exactement sur le bord de son sanctuaire. Il était debout sur un tapis oriental volant, à quelques centimètres au-dessus du bord du sanctuaire. A côté de lui, aussi debout sur le tapis, et également les yeux baissés sur le monde, le nouveau Dieu de la Terre.

Les deux Nameks qui avaient voué leur vie à la planète, scrutaient, scrutaient, sous les yeux de leur serviteur Mr Popo.

Soudainement, les yeux de Piccolo s'agrandirent. Dans l'instant, il poussa sans le prévenir Dendé hors du tapis, et utilisa sa fonction. Le tapis magique pouvait voyager instantanément à n'importe quel point sur Terre. La raison pour laquelle il n'a pas été utilisé pour permettre à Gokû d'aller du sanctuaire au champs de bataille où Nappa et Vegeta faisaient un massacre, est inconnue.

Piccolo se retrouva sous une tonne de gravats. Le tapis était emmêlé dans du béton et des barres de fer. Heureusement le Namek n'eut aucun mal à repousser les quelques tonnes qui l'écrasaient. C'est qu'il n'était pas plat comme la carpette, lui ! Juste devant lui, allongé dans un petit espace, il vit Hoï, qui se retournait brusquement, surpris.

Piccolo ne fit pas dans le détail.

Hoï fut tué d'un seul coup. Le Namek avait aussi appris de ses erreurs : la vermine, c'est très résistant. Il ne suffisait pas de la couper en deux. D'une attaque énergétique, il détruisit le corps entier du sorcier, ainsi que le béton autour. S'ils avaient des questions à lui poser, ils n'auraient qu'à aller le voir dans la file d'attente du Roi Enma.

Vegetto détecta l'arrivée de Piccolo.

— Excellent !

Il nota aussi la déflagration et comprit que le sorcier était mort.

— Parfait !

Il remarqua enfin que Hildegarde n'était pas le moins du monde affecté.

— Oh merde !

Trunks déposa Tapion sur le toit d'un immeuble encore debout. Ils étaient à quelques centaines de mètres de l'endroit où Vegetto combattait le démon. Immédiatement, Tapion se mit à jouer.

Hildegarde se mit à crier de douleur, et tourna dans tous les sens. Il regarda sur le côté et vit la source de son malheur. Il cracha alors un mur de flamme gigantesque dans sa direction.

Trunks, juste devant le musicien, créa un bouclier sphérique et les flammes en léchèrent les bords. Quelques secondes après, le bouclier disparut parce que Trunks n'était pas capable de le faire tenir longtemps. Mais ça avait été suffisant. Tapion n'avait pas arrêté de jouer et le géant se tordit de douleur, puis commença à se fragmenter. Et soudainement, les fragments devinrent fumée, et celle-ci entra dans le corps de Tapion.

Le musicien tomba à genoux sous l'effort.

— Bravo Tapion ! fit Trunks.

Mais Tapion suait à grosses gouttes et comprit qu'il n'arriverait jamais à contenir le démon entier dans son corps. Il dégaina son épée et la tendit au Saiyan.

— Trunks ! Il faut que tu le fasses ! Utilise cette épée... Et détruit le mal pendant qu'il est encore dans mon corps !

— Que... quoi ?

Les yeux tristes de Trunks se mouillèrent. Tapion lui demandait de le tuer !

Vegetto apparut non loin d'eux.

— Tu veux que je le fasse ? demanda son père.

Trunks ne dit rien et empoigna l'épée. Cette arme de héros l'avait fait rêver, et maintenant elle ressemblait à un vulgaire outil de mort, un peu comme un revolver.

— Je ne veux pas que tu meures ! Tu es mon ami ! pleura-il.

— Être un héros, c'est surtout faire des sacrifices, dit Tapion.

Trunks souleva l'épée au-dessus de sa tête. sa vision se troublait de larmes.

Tapion lui fit un sourire et le regarda droit dans les yeux.

— Merci, lui dit-il.

Trunks cria, ferma les yeux, et abattit la lame sur son grand héros.

— AAAAAHHHHHHH!!!!

*DUM-TUM*

Une sorte de déflagration se produisit autour de Tapion. Une immense énergie sortit d'un coup, stoppant l'épée à mi-parcours. Tapion souleva son ocarina, mais ce dernier se craquela dans ses mains, et tomba en morceaux.

Hildegarde s'échappa. Il avait réussi à se libérer de l'emprise des flûtes, cette fois définitivement.

Tapion le regarda d'un air désespéré.

Trunks, lui, fit ce qu'il voulait faire depuis le début. Il s'envola à pleine vitesse vers le monstre, laissant derrière lui des étincelles jaunes. Et d'un coup d'épée transversal, il entailla le démon sur la moitié de son torse. Hildegarde cria de douleur. Ils l'avaient touché ! Avec l'épée, ce monstre était vulnérable !

Vegetto ne put retenir un sourire. Il avait eu raison. Enfermer les monstres, ça ne sert à rien, ils ressortent toujours. Il fallait les détruire. Avec leur force ridicule, les habitants de Konatz avaient eu besoin de réduire la puissance du démon avec leurs ocarinas pour le toucher. Mais les super Saiyans du coin valaient bien une trentaine d'ocarinas.

Trunks vola à nouveau vers le monstre et planta l'épée jusqu'à la garde dans le dos du géant, qui cria une nouvelle fois. Il la sortit, et augmentant la puissance de son aura, le taillada à nouveau. Puis il fut surpris par un coup de queue et fut écrasé sur le sol. Il en sortit, en pleine colère et sans douleur. Il évita les coups des bras du géant, et fonça vers la tête. Il évita l'attaque de flammes qui partait presque au ralenti pour un super Saiyan comme lui. Et d'un coup bien placé, lui trancha le cou.

— Hé hé ! fit Vegetto ! La fumée ne semble plus être ton fort, hein ? Bravo Trunks, lui cria-t-il. Éloigne-toi, je vais l'achever !

Trunks le prit mal, mais il savait que même en plusieurs morceaux, le démon était encore vivant. Alors, parce qu'il n'osait pas désobéir à son père, il s'éloigna.

Vegetto se concentra un instant et envoya une attaque destructrice sur l'ensemble du quartier. L’intégralité de ce qui existait aux alentours fut supprimé, désintégré, comme s'il avait passé l'aspirateur. Un grand, grand aspirateur. C'était une version améliorée et augmentée de ce qu'il avait fait pour supprimer Buu.

Les spectateurs restèrent bouche bée devant cette tornade blanche.

Hildegarde avait été vaincu.

Dans un autre univers, an 214, une planète de la galaxie Nord.

Une machine apparut dans le ciel. Cet étrange habitacle se posa sur le sol et s'ouvrit. Coincés les uns sur les autres, Vegetto, Tapion et Trunks en sortirent en prenant une grande bouffée d'air.

— Pfou ! fit Vegetto. Bulma devrait ajouter quelques places à ce machin !

— Je ne me plains pas, dit Tapion. Cette femme est un génie. Elle peut construire des choses vraiment admirables !

— C'est ma maman ! dit Trunks en sortant de la banquette l'épée de Tapion encore dans son fourreau. On avait dans le garage la machine que Cell avait utilisé pour venir nous embêter. Elle a juste eu à la nettoyer et la recharger. Facile !

Trunks accrocha le baudrier de l'épée autour de son torse, et tâta la garde qui remontait derrière son épaule. Il était très fier du cadeau de Tapion. Quel beau groupe de héros ils faisaient !!

— Bien, nous avons un peu d'avance, mais je sens la présence d'être ignobles comme ce Hoï à un millier de kilomètres, dit Vegetto. Tout se passe comme prévu. Kaioh nous a fourni la bonne date et le bon lieu.

— Nous devons être très discrets pour ne surtout pas changer le passé, n'est-ce pas ? dit Tapion. Sinon nous allons créer un paradoxe temporel. Peut-on sauver mon frère et faire croire aux sorciers qu'il est mort quand même ?

— Non, c'est beaucoup plus simple que cela, dit Vegetto. Pour ce que j'en sais, voyager dans le passé crée des réalités parallèles. Il en existe une avec Trunks, adulte dans le futur. Il a changé son passé chez nous, mais cela n'a pas eu d'incidence chez lui. Là, nous sommes chez, si je puis dire, quelqu'un d'autre.

— Ce qui veut dire, conclut Trunks, qu'on peut faire ce qu'on veut ! Allez, on va sauver ton frère !

— Non, dit Vegetto. Il faut attendre qu'il soit libéré de sa propre boîte à musique. On n'est pas assez efficaces pour le faire nous-même. Inutile de s'approcher et de perturber l'action. Dès que je sentirai la présence d'un force qui te ressemble, Tapion, je nous téléporte sur place.

Tapion opina et sourit, car il allait retrouver son petit frère. Il était empli d'un incroyable espoir.

Les heures passèrent.

Ils mangèrent.

Ils continuèrent à attendre.

Et soudainement, Vegetto dit "Maintenant !" Et il s'approcha de Tapion, pendant que Trunks se jetait sur eux deux. Ils se tinrent la main et Vegetto les téléporta.

Le groupe de sorcier était en cercle autour de la boîte à musique ouverte. Le petit Minosha, flottant au-dessus par magie, jouait de la flûte. Une puissante aura maléfique sortit de lui, et rentra à nouveau, sous l'impulsion de la musique.

La boîte explosa en petits morceaux et les sorciers envoyèrent de nouveau leurs pouvoirs combinés sur l'enfant. Son ocarina lui échappa des mains. Les jambes d'Hildegarde apparurent dans l'instant, en forme physique. Le petit musicien cria de terreur alors qu'un pied gigantesque s’abattait sur lui.

Il fut soudainement secoué sur le côté. Un grand homme l'avait poussé et venait de lui sauver la vie.

— Pas cette fois ! cria-t-il.

Et Trunks se jeta sur les jambes et les coupa en morceaux sous l’œil perturbé des sorciers.

Le plan marchait à merveille. Trunks se jeta sur le Tapion miniature et l'empoigna, s'envola avec lui dans le ciel, en lui disant :"Salut !!"

Dès que Trunks se fut éloigné, Vegetto se mit au-dessus de la plaine où s'était passé le rituel, et envoya sa terrible attaque. Le demi-Hildegarde, tous les sorciers, ainsi qu'une autre boîte à musique contenant le Tapion de cet univers, furent détruits.

Tapion prit son petit frère dans ses bras.

— Merci, dit-il. Jamais je ne pourrai assez vous remercier. Vos pouvoirs sont extraordinaires ! L'être qui m'est le plus important au monde est sauvé !!

— Ce n'est pas fini ! dit Vegetto. le Happy Ending ne fait commencer ! Kaioh m'a donné les coordonnées spatiales. Tapion, tu as juste à me donner la date.

— La date ? La date de quoi ?

— La date où, toi et ton frère, avez été enfermés dans des boîtes à musique.

— Ce... Tapion réfléchit sans y croire. Il pensait qu'il allait recommencer une nouvelle vie avec son frère dans le monde de ces guerriers. Pourraient-ils vraiment, vraiment rentrer chez eux ?

— C'était le quatorze Frimaire, an 48 de l'ère de Karam XII, à l'heure du coq, dit son petit frère. Pourquoi, on est quand, là ?

Vegetto tapa la date dans un petit appareil, qui la traduisit.

L'an moins 425. Le 3 mai à 21 heures. Hoï n'avait pas tort, c'était il y a presque mille ans. Il tapa la nouvelle date dans la machine, ainsi que les coordonnées de la planète Konatz.

— Entrez, on se serrera.

Il se serrèrent. Et disparurent à jamais de cet univers, car remontant encore dans le passé, la machine les envoyait dans un autre, afin que nul paradoxe n'apparaisse.

Dans un autre univers, à la date et au lieu annoncés.

Dans le grand temple, le prêtre qui avait coupé en deux le démon Hildegarde regardait les deux boîtes à musique fermées avec résignation.

— Quelle pitié que ces deux grands héros doivent être enfermés jusqu'à la fin des temps !

— Viens, fit le grand prêtre. Nous allons les apporter au vaisseau qui les dispersera dans l'univers. C'est pour le bien de tous.

— Je vais m'occuper de ces boîtes, dit une voix.

Les deux Konatziens se retournèrent, étonnés. C'était un homme d'une race qu'ils ne connaissaient pas.

Leur étonnement se transforma en surprise quand ils virent Tapion et Minosha à ses côtés.

— Que s'est-il passé !? dit le prêtre.

— Une longue histoire, répondit Tapion. Mais pour résumer, nous avons vaincu Hildegarde.

— Mais ...! Vous venez juste d'être mis dans ces boîtes ! Comment en êtes-vous sortis ?

Tous s'assirent et ils racontèrent leur histoire.

Ensuite, Vegetto utilisa sa technique habituelle et détruisit les deux boîtes. Personne n'osa soulever de problème éthique en remarquant qu'il venait d'assassiner un Minosha et un Tapion.

Ils restèrent plusieurs jours. Tapion montra sa civilisation à Trunks. La reconstruction des capitales qui avaient été détruites était en cours. Vegetto, de son côté, ne s'ennuya pas, car il traqua les signatures énergétiques des sorciers, et les supprima, un à un, discrètement, sans pitié. Ils étaient beaucoup plus nombreux à l'époque.

Et vint le moment de la séparation.

Vegetto et son fils remontèrent dans la machine temporelle pour son dernier voyage. Après de larmoyants "au revoir", ils disparurent dans le néant. La machine était repartie pour son univers de départ.

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語EspañolItaliano中文DeutschPortuguêsPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoRomâniaРусскийNorskCatalàLietuviškaiCroatianEuskeraSuomeksiKorean
SvenskaБългарскиΕλληνικάעִבְרִיתEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDansk