DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

DBM Univers 16 : La fusion de deux vies

Écriture par Syl & Salagir

Relecture par Loïc Solaris & Foenidis

Lorsque Vegetto entra dans le corps de Buu, il fit un choix : garder son bouclier (U16) ou le lâcher (U18). Voici l'histoire de ce qu'il s'est passé après... Bien que Vegetto ait sauvé l'univers, Son Gokû et Vegeta, eux, ont définitivement disparu...

Partie 1 :12345678Partie 2 :91011121314Partie 3 :15161718192021222324
[Chapter Cover]
Partie 3, Chapitre 20.

La famille s'agrandit

Bra, fille de Vegetto et Bulma

Toujours en l'an 778 de notre ère, Vegetto avait mathématiquement quatre ans, mais allait sur ses cinq.

Quand on est aussi jeune, le "et demi" est important.

Bulma avait accouché chez elle à la Capsule Corp. Il y avait là tout le matériel nécessaire et des gens et robots compétents. Ça c'était très bien passé, la technologie était au service de l'humanité de façon efficace.

Le bébé était une fille. Bulma avait gagné l'argumentation du nom, et la petite Bra était née... avec une queue de singe !

Une discussion rapide entre les parents et il fut convenu que comme son grand frère elle serait présentée à kami-sama (oui, Dendé) pour qu'il la lui enlève définitivement. Cet attribut l'aurait rendue trop différente des humains et potentiellement hyper destructrice certaines nuits fort éclairées... La même chose avait été faite sur Son Goten et Gohan il y avait longtemps. Initiative Chichi. Quant à Vegeta, nul ne le sait, mais il semblait impossible qu'il fasse une chose pareille. Afin de passer plus inaperçu chez les humains, on l'a suspecté de s'arracher la queue lui-même. En tout cas, le sujet était tabou.

Vegetto était fier de cet enfant... et comme il s'y attendait, sa force latente était énorme... absolument énorme.

— Plus de dix mille ?

— Oui, vérifié avec le bon vieux détecteur des armées du cornu.

On était à Kame house. La petite Bra, âgée de deux jours, était cernée de nombreux yeux. Kulilin n'en revenait pas qu'un tel truc soit possible.

— Tu ne sens pas sa force ? demanda Vegetto.

— Franchement, j'ai du mal à faire la différence à ce niveau. Je vois bien qu'elle est bien plus forte qu'un humain mais quand même...

— Ça veut dire quoi, 10 000 ? dit numéro 18. C'est pas plus fort que moi quand même ?

— Oh non, répondit son mari. Bien bien moins que toi et moi. Mais je n'ose imaginer sa force à un an, à dix ans !

Bra fit un petit bruit qui pouvait ressembler à un rire.

— Elle est plus forte que moi ? questionna le vieux Kamesennin.

— Laaaaaargement, Maître. Vous ne sentez pas sa puissance ?

— Aucune offensive en tout cas.

— Pour te donner une idée, lui dit Vegetto, tu pourrais l'attaquer maintenant avec toute ta puissance et la rouer de coup, elle n'aurait pas mal.

La mâchoire du vieux maître des tortues se décrocha.

— C'est impossible voyons.

— Essaie, frappe-la, dit simplement Vegetto.

— Mais... mais enfin, je ne peux pas frapper un bébé !

— Comme tu veux. Tenez, je vais vous montrer un jeu qu'elle aime bien.

Elle aime déjà des jeux à deux jours ? se dit Kulilin alors qu'ils sortaient tous de la maison. Le ciel était clair et étoilé en cette soirée.

Vegetto mit sa fille sur sa main à bout de bras, et d'un geste ample, l'envoya en l'air à très grande vitesse ! Et très vite elle disparut du champ de vision de tous.

— Heu, tu ne l'as pas mise en orbite, là ?

— Non non...

Après un temps qui sembla infini, elle retomba. Vegetto fit quelques pas pour être là où elle arriverait, car avec les vents et et depuis une hauteur pareille, un tel chemin ne pouvait pas être totalement vertical.

Eh bien, pensa l'ami de Gokû, cette petite n'a pas peur des hauteurs, c'est déjà ça. Vegetto va la rattraper, mais avec si peu d'espace pour ralentir sa chute, cela va être très brusque... Je me demande ce qu'il a en tête.

(En effet, ce n'est pas rattraper qui réduit le choc, mais le fait de freiner la chute, pour ceux qui se demandent, Clark dans Smallville ne sert à rien puisqu'il stoppe d'un coup de ses bras incassable les corps qui tombent. En bref, il devrait les couper en trois morceaux au lieu de leur sauver la vie. Mais bon, les auteurs de fiction et la physique, hein...)

Et au moment où Bra passa juste devant lui, il ne bougea pas.

Tous les autres n'eurent que le temps d'amorcer un mouvement vers elle, que le petit bébé s'écrasa dans le sol de la plage avec grand bruit, et projetant du sable sur une grande distance. Son père se baissa alors pour la ramasser.

Sans une égratignure, Bra poussa un petit gloussement, sous les regards hagards et terrifiés des humains.

C'est vrai qu'avec sa force... c'était logique... c'était comme poser un peu brusquement un bébé sur du linge moelleux. Mais la réalité de la chose n'était pas vraiment acceptable pour un cerveau humain.

Vegetto, lui, n'avait pas de problème à s'adapter.

— J'aimerais bien la lancer à travers la Lune, du genre qu'elle ressorte de l'autre côté. Mais il faudrait y aller quand même sacrément fort, dans le doute je me dis qu'il vaut mieux attendre que sa puissance monte, non ?

— C'est ma soeur ? dit Goten dont le petit doigt était prisonnier de la main ferme et puissante de Bra.

— Bah évidement, dit Trunks, moi aussi je suis ton frère je te signale.

— Ah oui mais non, t'es mon demi-frère par alliance. Alors qu'elle, elle a de mon papa en elle, pas toi. Toi, t'es juste par alliance parce que mon père s'est mis avec ta mère.

— Alors là, n'importe quoi ! Mon père a toujours été avec ma mère ! C'est juste que mon père est aussi devenu ton père !

Dans la maison des Son, il y avait Vegetto et Bra, Chichi et son père Gyumao, Son Gohan et Videl, Son Goten et Trunks.

— Pourquoi faut-il que ces deux petits compliquent toujours tout ? fit le géant Gyumao.

— Gohan, Gohan ! C'est plus fort que qui, dix mille ? C'est plus fort que Freeza ?

Sans jamais avoir compris que pour Gohan, ce n'étaient que de très mauvais souvenirs, Goten se passionnait pour les histoires de sa petite enfance où il avait combattu maints dangers et voyagé dans l'espace. Il connaissait les noms de chacun de ses ennemis, même mieux que Gohan lui-même qui préférait oublier les détails. Si Vegeta ne lui avait jamais rien dit, Goten avait pu étendre ses connaissances grâce à Vegetto. Ce dernier était plus enclin à lui donner les noms et caractéristiques du commando Ginyu, ou à imiter la voix de Cell.

— Non, je ne crois pas, dit Gohan en se grattant le front.

Vegetto, voyant que Gohan n'avait plus la moindre idée d'à quoi correspondaient ces valeurs, répondit à sa place.

— Dix mille, c'était un peu plus que la force de Nappa. Dans l'armée de Freeza, c'était une force qui classait au rang d'élite.

— Vegeta avait dix-huit mille quand il a attaqué la Terre, dit Son Goten comme s'il citait un livre. Il était élite aussi. Pourtant c'était vachement plus !

— À partir de là, on ne donnait plus de rang, parce que les gens qui dépassaient les 10 000, il y en avait très très peu. Les commandos de Freeza et Coola, quelques hommes de mains tout au plus, et peut-être cinq Saiyans.

— Les parents de papa aussi ils étaient élite !? Goten parlait là de son père Gokû et non plus de Vegetto.

— D'après Raditz, oui. Ils étaient tous deux au top des Saiyans.

Gohan tiqua à cette phrase de Vegetto. Il oubliait souvent que Vegeta avait passé des années avec Raditz. C'était facile à oublier puisqu'il agissait comme s'il n'existait pas, tout comme Nappa. Les morts semblaient effacés sans regrets de la mémoire de Vegeta. C'était le genre de trait Saiyan qui lui déplaisait fortement.

— Ne t'intéresse pas à ces barbares, mon petit, fit Chichi.

Vegetto fit le tour des familles pour montrer la petite Bra. Malgré son immense force, elle ne fit pas trop de dégâts, juste quelques lits cassés. La petite apprit vite à toucher les objets sans les broyer.

Pan, fille de Son Gohan et Videl

Vers l'an 780, le couple marié Gohan et Videl, avait fini ses études et décida d'avoir un enfant. Gohan fit construire une maison pas très loin de chez sa mère, car Videl appréciait le calme de la campagne.

Videl ne voulait ni faire carrière, ni être femme au foyer. À peine ses études terminées, elle eut son premier enfant, et considéra qu'elle pouvait bien chercher un travail intéressant après. Une année plus tard, elle n'avait eu que des boulots qui ne l'intéressaient pas, et c'est ensuite qu'elle devint professeur dans l'école de combat du champion Mr Satan. Travail à mi-temps et surpayé, ce qui lui allait parfaitement.

Son Gohan, lui, monta des échelons scientifiques et travailla sur de la recherche dont personne dans son entourage ne comprit jamais le sujet. Il avait trois laboratoires de prédilection dont un qui lui appartiendra une dizaine d'années plus tard. Il pouvait aller de l'un à l'autre en très peu de temps, et aussi travailler à la maison. Il avait dans cette dernière rassemblé une bibliothèque impressionnante à une époque où le livre était surtout objet décoratif.

Le week-end, on le voyait souvent déplacer des tomes épais.

Cela ennuyait Vegetto. Le deuxième être le plus puissant de l'univers passait son temps avec des livres.

— Allez, un petit combat !

— On fera trembler la Terre une autre fois, papa. J'ai plein de trucs à régler depuis la naissance de Pan. L'administration demande n'importe quoi ! Sais-tu qu'à cause de grand-père, Pan est légalement considérée comme une princesse ? Ce qui n'offre aucun pouvoir, d'ailleurs, mais je dois quand même remplir des papiers.

— Allleeeez, j'aimerais bien te voir motivé, un peu ! On peut aller sur Jupitron-9, l'air est respirable et y'a une gravité de 200G ! On peut casser tout ce qu'on veut !

— Quoi ? Une gravité de 200 fois la Terre ?

— Ah, ah ! Je savais que ça t'intéresserait !

— Ça fait une gravité d'accélération de 1962 mètres par secondes au carré ! Je ne pense pas que la roche ou la terre puissent subir une telle pression. Je me demande en quoi elle est faite.

— Hein ?

— Et comment l'air peut-il être respirable ? L'oxygène doit être au moins liquide là-bas. Je pense que ça doit être dangereux pour le corps quand même.

— Mais qu'est ce que tu racontes ? L'air est respirable, c'est tout ! Bra ne s'en est pas plainte.

— Quoi ? Tu as fais subir à ta petite de deux ans cette pression ?? Elle a pesé là-bas 25 500 newtons !

( Jeu : quand Bra est posée sur une balance sur Terre, quelle valeur est affichée en kilogrammes ? )

— Gohan ce que tu racontes n'a pas de sens. Tout ce que je peux dire, c'est que moi et Bra on survit très bien dessus. Je vois de toute façon que tu n'es pas en état pour un combat sérieux. De toute manière, tu ne l'es jamais.

— Eh oui, papa, désolé, mais combattre n'est pas vraiment mon activité préférée.

— Je sais bien, tu n'as jamais mieux combattu que contre Buu il y a des années. Ah, je m'en rappelle de celui-là ! La motivation fait tout chez toi !

— Eh oui. Bien, je te laisse papa, ... ? Ça va ?

Vegetto venait brusquement de se fixer, les doigts de la main tous contractés en forme de griffe.

— Je... heu, non ce n'est rien. Je te laisse mon fils, à bientôt.

Et il se téléporta.

Vegetto s'était matérialisé dans un endroit désertique de la planète de culture de Senzus. Il ne voulait pas que l'excès de colère qu'il allait sortir soit détecté par ses amis.

— AAAAAAHHHHHH ! Cria-t-il au ciel.

Ça n'avait duré qu'un instant, mais l'idée lui avait traversée l'esprit.

— Comment ai-je pu penser une chose pareille ?!?

Il avait encore dans les naseaux le dégoût de l'image de ses mains teintées de sang.

— Le vieux Namek avait raison ! Enfoiré !!

La fumée qui montait derrière lui, la destruction de la planète entière, et surtout...

— Non, c'est moi l'enfoiré ! Enfoiré, salopard !

Surtout le corps -pas mort, juste blessé, car c'était plus efficace...

— Monstre, connard de Saiyan !

Le petit bébé de Gohan, en otage dans sa main.

— Ce n'était qu'une pensée furtive... Oui, je m'ennuie tellement depuis des années... j'aimerais avoir un bon combat c'est tout... Je ne ferai jamais ça.

Gohan était l'être le plus puissant de l'univers, après lui. Même non transformé en super Saiyan, l'Immortel ne pouvait lui donner un combat intéressant. Mais Gohan acceptait rarement de se battre, et quand il le faisait, même si ça puissance n'avait pas bougé d'un pouce, on voyait qu'il prenait le combat comme un match amical. La colère, oui la colère et le besoin de protéger et sauver ses amis, n'était pas présente, et sa combativité était fortement diminuée. Même inconsciemment, Gohan ne mettait qu'une partie ridicule de son pouvoir réel dans une joute avec son père.

Pour le forcer à combattre à ses pleines capacités, Vegetto aurait pu détruire la terre, et blesser sa femme, sa fille...

— Quelle idée horrible.

Il pensait que tout cela était derrière lui. Et voilà qu'il avait eu une pensée bien proche de Perfect Cell.

Allait-il parler de cela aux Kaioshins ?

Hey, quand même, ce n'était qu'une pensée idiote, stoppée nette. Rien de grave quand même. Il était trop dur avec lui-même.

Chichi, radieuse d'avoir sa première petite-fille, défilait entre les invités avec des plats d’apéritifs en évitant sciemment les personnes d'ascendance Saiyanne pour qu'ils ne se vident pas trop vite.

— On dirait tout toi à la naissance, ma chérie ! dit son arrière grand-père, le Roi Gyumao, dont la main faisait le double de la taille du bébé.

Gohan imagina sa petite dans la même tenue que sa mère quand elle était petite, telle qu'il l'avait vue en photo. Il espéra qu'on ne lui offrirait jamais une telle armure.

Goten fit un large sourire, en entrant par la fenêtre d'un vol un peu trop rapide.

— Tadaaa !

Et il sortit de sa poche le scouter emprunté à Bulma, appuya sur le bouton au hasard plusieurs fois, puis positionna la vitre devant son visage, sans "porter" l'appareil à l'oreille.

— Bip bip bip... Ah ! Hein quoi ? Error: maximum value exceeded ? Mais, ah, Piccolo, reste pas derrière elle s'il te plait ! Voilà. Oui, bip bip on sait... et donc... 32 ! Bien, c'est totalement inhumain, on peut donc en déduire que si Videl a trompé Gohan, c'est avec une des personnes présentes dans cette pièce !

— Qu'est ce que tu racontes, sale môme ! Fit Videl en rougissant. T'as pas honte ? Et mon bébé n'est pas inhumain !

— C'est quand même bas, dit Trunks qui était déjà là. Ma soeur a fait vachement mieux !

— Notre soeur ! dit Goten. Et puis c'est vrai, son papa est quand même super-saïyan-choisi-des-dieux. Elle pourrait faire plus ! Et heu, oui, continua-t-il sous le regard noir de Videl, pour se rattraper, et sa maman est l'humaine la plus forte du monde !

— À mon avis, dit Kulilin, les forces à la naissance, ça ne veut rien dire du tout. Quand elles auront quelques années et qu'elles sauront concentrer leur force, on verra vraiment ce qu'elles cachent, les deux petites.

Quand Vegetto arriva avec Bra par téléportation, Chichi remplit la moitié des plateaux de senzus au fromage.

Kevina, fille de Tenshinhan et Lunch

Non, je déconne. Tenshinhan restera célibataire toute sa vie.

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語EspañolItaliano中文DeutschPortuguêsPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoRomâniaРусскийNorskCatalàLietuviškaiCroatianEuskeraSuomeksiKorean
SvenskaБългарскиΕλληνικάעִבְרִיתEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDansk