DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

DBM Univers 16 : La fusion de deux vies

Écriture par Syl & Salagir

Relecture par Loïc Solaris & Foenidis

Lorsque Vegetto entra dans le corps de Buu, il fit un choix : garder son bouclier (U16) ou le lâcher (U18). Voici l'histoire de ce qu'il s'est passé après... Bien que Vegetto ait sauvé l'univers, Son Gokû et Vegeta, eux, ont définitivement disparu...


Partie 1 :12345678
Partie 2 :91011121314
Partie 3 :15161718192021222324
[Chapter Cover]
Partie 2, Chapitre 14.

Chapitre 13: La définition de l'existence de Vegetto

Plusieurs mois passèrent. La planète à senzu était devenue, sur une partie gigantesque, le plus grand champ jamais vu par nos amis Terriens. Ils n'imaginaient pas que ce n'était rien à côté de certaines planètes agricoles de l'ex empire de Freeza et Coola, mais gardaient le droit d'être impressionnés.

Plus de vingt Nameks se proposèrent comme cultivateurs et n'hésitèrent pas à vivre loin de chez eux pour faire grandir la plantation. Lorsque Vegetto vint leur rendre visite, il remarqua avec étonnement que les Nameks étaient déjà quarante. Des petits jouaient dans les champs et commençaient déjà à enlever les mauvaises herbes.

D'autres races suivirent, des extra-terrestres divers recommandés par les Kaioshins, tous forts sympathiques et qui étaient très heureux de ne voir leur famille, même qu'une fois par mois, par le biais du transport Vegetto. Tenus au secret, ils étaient honorés de faire plaisir aux responsables directs de la fin de l'empire des démons du Froid.

Vegetto était devenu parfaitement vivable. Il avalait à table avec sa, enfin, ses familles, ses plats goulument comme n'importe quel Saiyan, sans jamais se plaindre de la quantité. Et comme goûter, il engloutissait quelques senzus.

Un jour, il était venu donner ce qu'il pensait être son dernier compte-rendu sur l'état de Last Hope aux Kaioshin :

Tout y allait bien, la production était stable et donnait même une avance considérable pour les repas à venir du guerrier. Les cultivateurs y étaient heureux, et ceux qui voulaient un salaire, revenaient à leur famille mensuellement avec quelques kilos d'or trouvés dans une partie de la planète.

Bref, Vegetto pensait tirer sa révérence et ne plus revoir ces Dieux.

— Vegetto, j'aimerais que nous parlions, fit le vieux Grand Kaioshin.

Ne venaient-ils pas de le faire ? Vegetto retira ses deux doigts du front.

— Assieds-toi, dit le vieillard qui l'était déjà, tandis que Kibitoshin resta debout derrière lui.

Oh-oh... c'est grave, se dit Vegetto.

— Vegetto, cela fait presque un an que tu existes, et je dois en venir à une conclusion nette. Tu n'es pas un Saiyan.

—  ...

— Si l'on doit mettre une pyramide des êtres vivants selon leur, disons, métabolisme, en bas il y aurait des bactéries, avec par-dessus des insectes, des poissons, quelques mammifères, des humains bien sûr, puis des dinosaures, et au plus haut ou presque, les Saiyans. C'est... c'était l'espèce qui avalait le plus de nourriture pour produire le plus d'énergie que l'univers ait porté. Mais toi, tu n'es pas dans cette pyramide. Tu es... à des kilomètres au-dessus du sommet.

— Et alors ?

— Ta puissance est grande. Elle est trop grande. Son Gohan, ton fils à qui j'ai monté le potentiel au-dessus de ses limites, devait être le guerrier le plus puissant de l'univers et de tous les temps. Et tu le dépasses, de très loin.

— Et alors ?

— Et alors Vegetto, tu es une anomalie universelle monstrueuse dans la grande histoire de l'univers, qui fait passer Majin Buu ou le Saiyan légendaire pour une virgule mal placée ! Tu es un chapitre entier écrit à l'envers ! De mon temps, ce genre d'être était supprimé à la naissance !

— Et alors ? Vous n'avez pas les moyens de me supprimer. Mais j'apprécie ton honnêteté, Kaioshin. Je me demandais d'ailleurs comment des délires comme le Saiyan Légendaire et Majin Buu pouvaient traîner dans l'univers, et j'en déduis qu'il s'agit bien là de la gentillesse, ou plutôt l'incompétence, du Kaioshin de l'Est. Trop Gokûesque pour tuer des innocents qui un jour détruiront l'univers j'imagine.

Kibitoshin regarda le sol. Il préférait laisser passer l'insulte, car ce n'était ni le moment ni le sujet.

— Exact Vegetto... nous ne pouvons rien contre toi... ou presque rien... mais j'ai vu ta puissance se déployer... je t'ai vu en colère... et j'ai vu la fin de l'univers. Je l'ai vu se transformer en un amas de particules, le jour où tu auras décidé que tu en as marre... et en tant que Kaioshin, mon travail est d'éviter cela.

— J'aime jouer cartes sur table, fit Vegetto. Cela fait longtemps que je me doute que vous préfèreriez me voir mort, ou diminué. Inventeurs de la fusion, vous êtes sûrement les seuls capables de me faire du mal. Heureusement, mon éducation, et une partie de moi, font que je ne vous ai pas encore tué par sûreté. Après tout je vous aime bien.

Une goutte de sueur perla sur la tempe de Kibitoshin.

— Mais attention, fit Vegetto en tendant le doigt. Vous ne toucherez pas à mon existence. Vous êtes tous les deux des êtes fusionnés et comme moi ne voudriez plus redevenir les deux personnes initiales. Nous savons tous trois qu'une fois le choc passé, on se sent comme une seule personne. Si je sens la moindre action hostile à mon égard, vous êtes morts, tous les deux. Isolés comme vous l'êtes, il faudra 1000 ans avant que quelqu'un se rende compte que vous n'êtes plus là. Je ne rigole pas.

— Je sais, fit le vieux Kaioshin. Tu n'as à craindre aucune action de notre part. Je te parle franchement parce que je sais justement que nous pouvons nous arranger. Je pense que tu as assez d'honneur pour comprendre que tu nous dois beaucoup. Nous t'avons créé, nous t'avons nourri. Je t'ai même donné la vie, dit-il en montrant l'auréole au-dessus de sa tête.

— Alors que voulez-vous en échange ?

— Nous voulons que tu nous obéisses.

— Monsieur Kaioshin prendra son café avec un ou deux sucres ? Voulez-vous que je vous borde ? Dois-je demander l'autorisation pour aller faire pipi ? Vous rêvez en couleur j'espère ?

— Idiot ! Il ne s'agit pas de cela. Ce que je veux, c'est que si je viens te dire qu'il y a un problème dans ton comportement, tu m'écoutes et le changes. Que si un jour je t'appelle pour un service, tu le fasses. Qu'avant de prendre une grosse décision qui pourrait influer sur ta vie ou celle d'autres, tu nous questionnes avant. Nous n'irons pas nous immiscer dans ta vie, bien évidement !

— Je viens d'entendre le contraire. C'est quoi une grosse décision ?

— Si tu comptes fonder un empire et conquérir l'univers, demande-nous d'abord.

— Ah ah, ça ne risque pas d'arriver.

— Si tu comptes ôter la vie de ton voisin, consulte-nous d'abord.

— Bulma ne voudra pas.

— S'il te viens l'envie de raser une planète entière, passe nous voir en premier.

— Allons, c'est fini tout ça, dit Vegetto avec un sourire amusé.

— Acceptes-tu de nous considérer comme des maîtres, comme Son Gokû considérait et respectait la sagesse de son maître Muten Roshi ?

— Oui oui, j'ai bien compris... si me suivre psychologiquement et vous prendre comme conseillers suffit à vous rassurer, je peux bien vous voir de temps en temps. Ça ne coûte pas bien cher pour éviter un massacre divin.

Les deux Kaioshins poussèrent un soupir de soulagement.

— Vous pouvez passer à la suite, chers maîtres.

Kibitoshin s'étonna. Quelle suite ?

— Tu as deviné mes pensées, fit le vieux Kaioshin... Et oui, c'est vrai, j'ai pensé à autre chose. Des missions, j'aimerai te donner des missions, de temps en temps.

— Mais... fit le Kaioshin de l'Est faiblement. Les Kaioshins ne doivent pas intervenir dans...

— Et bien je pense que cela doit changer. Les Kaioshins n'ont jamais eu à leur disposition un être aussi puissant que Vegetto. Vegetto, si deux armées de cent mille hommes se fonçaient dessus armes au poing, pourrais-tu leur voler un à un leurs armement avant qu'ils ne puissent se faire le moindre mal ?

— Hum oui, en me téléportant auprès de chacun, c'est sûrement réglé en quelques minutes.

— Voilà ce dont je parle...

— Vous voulez que je me transforme en pacificateur ?

— Cela et d'autres choses. C'est une histoire de rédemption. Tu sais que Vegeta, s'il mourrait maintenant, irait directement en enfer ? Si toi tu mourrais, Vegetto... je ne sais pas, demande à Enma.

— Hé hé, je veux bien vous faire quelques missions, cela pourrait même servir d'entraînement.

Une lueur s'alluma dans les yeux du Grand Kaioshin.

— Alors c'est décidé. Vegetto, tu seras le plus grand héros de tous les temps et de l'univers !

Ainsi Vegetto continua à voir les Kaioshins assez souvent.

Il ne fit pas grand-chose pour eux au début. Les Kaioshins préparaient le terrain pour décider de bonnes missions. Il n'eut au départ que des choses extrêmement simples, comme déplacer un monstre trop dangereux ailleurs, comme d'autres Yakons ne se trouvant pas à la bonne place. D'un coup de bouclier, il sauva aussi une ville entière d'un tsunami gigantesque. Tout cela était simple et à la portée de n'importe quel membre de sa famille.

La possibilité d'un vrai challenge dans ces missions commençait à disparaitre au yeux de Vegetto. Mais, lui dit Kaioshin, tout cela n'était vraiment rien pour le moment.

Lorsque Vegetto voyait les Kaioshins, ou partait en mission pour eux, ils portait ses habits de fusion, ainsi que les Potalas. Mais chez lui il était généralement en chemise. Il cachait alors les Potalas, d'un coup de sa nouvelle téléportation, dans une crevasse du grand nord où il n'y avait pas la moindre vie. Il avait déjà fait un cauchemar où Bulma les essayait, en même temps que Pu'ar, ou autre absurdité du genre, et que sa femme devienne un super-chat plein de poils assez monstrueux...

— Ne devrais-je pas vous rendre les Potalas, demanda-t-il un jour au vieux Kaioshin. Ce sont des objets très puissants, je ne devrais pas les garder...

— Oh, fit-il, tu peux les garder. Ces ornements n'ont plus la moindre valeur, et personne d'autre ne pourra fusionner avec.

— Je pensais qu'elle pouvaient servir plusieurs fois.

— Elles peuvent, mais pas celles-là. Je les ai modifiées quand je les ai tendues à Son Gokû.

— Hum... tu étais déjà parano et...

— Non, pas du tout... j'ai modifié les Potalas parce que ces objets magiques ne marchent que si l'un des porteurs est un Kaioshin. Ces boucles ont été créées à l'origine pour améliorer les Kaioshins, et oui... pour allonger notre vie, augmenter notre force et intelligence. J'ai donc modifié celles-ci, en tenant compte de l'ADN de Gokû... ces boucles ne peuvent fusionner que si l'un des deux est Gokû. Comme il n'existe plus, elles ne servent plus à rien.

Et ainsi Vegetto continua à garder ces boucles d'oreille.

Ainsi fut défini et vécu Vegetto.

Il avait deux familles et s'en occupait.

Il n'était pas un être comme les autres mais s'y faisait.

Il continuait à garder une grande forme physique et à s'entraîner, bien qu'une ombre assombrisse son horizon : plus jamais il n'aurait d'adversaire à sa hauteur.

Il voguait dans l'univers et faisait des petites mission pour les Kaioshins.

Voudriez-vous peut-être, connaitre quelques anecdotes qui firent de Vegetto le plus grand héros de l'univers ?

Voudriez-vous lire les aventures qui lui donnèrent de nouveaux pouvoirs et de nouvelles connaissances ?

Voudriez-vous savoir comment il s'occupera de ses deux petites élèves et comment elles évolueront ?

Et bien ce sera ici, mais en mise à jour aléatoire, désolé :)

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語中文EspañolItalianoPortuguêsDeutschPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoCatalàNorskРусскийRomâniaCroatianEuskeraLietuviškaiKoreanБългарски
עִבְרִיתSvenskaΕλληνικάSuomeksiEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDanskCorsu