DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

DBM Univers 16 : La fusion de deux vies

Écriture par Syl & Salagir

Relecture par Loïc Solaris & Foenidis

Lorsque Vegetto entra dans le corps de Buu, il fit un choix : garder son bouclier (U16) ou le lâcher (U18). Voici l'histoire de ce qu'il s'est passé après... Bien que Vegetto ait sauvé l'univers, Son Gokû et Vegeta, eux, ont définitivement disparu...


Partie 1 :12345678
Partie 2 :91011121314
Partie 3 :15161718192021222324
[Chapter Cover]
Partie 3, Chapitre 15.

Le grand héros Vegetto

Première grande mission

Les Kaioshins avaient instruit les Kaiohs, qui avaient instruits les dieux de planètes, que si quelque chose d'une force inimaginable demandait une intervention, si un miracle était nécessaire, alors ils pouvaient faire remonter la demande à la hiérarchie.

Cette demande pouvait se conclure par l'intervention de Vegetto.

Il avait déjà effectué quelques missions, et sur les planètes les plus ouvertes sur le reste de l'univers, des rumeurs au sujet de cet étrange guerrier commençaient à se faire entendre.

Mais ce jour-là, le Vieux Kaioshin lui parla d'un problème de taille sur une planète-carrefour dans l'univers, où de nombreux diplomates et dirigeants se rendaient souvent. De nombreuses confédérations et morceaux d'empires s'y rejoignaient pour parler commerce et garder des relations non belliqueuses.

— Il s'agit d'un grand palais, où beaucoup de gens très importants, représentants de territoires gigantesque, seront présents.

— Oui, acquiesça Vegetto qui n'avait pourtant jamais entendu parler ni de la planète ni de son palais.

— C'est un groupe d'anarchistes dont une partie vient des anciennes armées du Roi Cold et veulent restaurer l'empire. Certains sont des guerriers d'un ki de plusieurs milliers d'unités.

— Oui, fit Vegetto en baillant.

— Nous parlons là de presque une centaine de terroristes, tenant en otage plus d'un millier d'innocents, dans un palais haute sécurité qu'ils ont maintenant sous leur contrôle.

— Hu-hu.

— Des explosifs partout, des détecteurs, et des fanatiques avec une lame ou un canon, selon leur spécialité, sous la gorge de gens en permanence.

— M'oui.

— Ils demandent...

— On se fout de ce qu'ils demandent. Ils ne l'auront pas.

Le Kaioshin ne dit plus rien et Vegetto prit cela pour une autorisation à y aller. Il se téléporta sur la planète sus-dite, directement devant le palais en question.

Ce dernier était entouré d'une armée complète aux aguets. Une grande tension y régnait. Vegetto trouva ce qui ressemblait à un chef et alla le voir.

— C'est... c'est vous Vegetto ? On m'a dit que vous pourriez nous sortir de là, mais je dois vous prévenir que...

— Oui, oui fit Vegetto. Ne vous inquiétez pas. Vous avez une prison vide dans le coin ? Que j'y mette les terroristes.

— Il... il y a le pénitencier mais il est loin d'ici...

— Sortez-moi une carte et montrez-le moi.

Ce que fit le chef avec empressement. Vegetto en déduisit l'endroit où il devrait se téléporter, toucha son interlocuteur, et ils se retrouvèrent dans la prison fédérale.

Le militaire usa de son autorité pour montrer à Vegetto des cellules vides, dont certaines seraient capables de retenir ceux qui étaient assez puissants. Vegetto demanda à ce que les gardiens ferment à double tours toutes ces cellules et à ce qu'ils s'attendent à les voir se remplir, puis revint vers le palais.

Évidemment, le bâtiment était protégé par un champ qui l'empêchait de détecter la moindre puissance. Tant pis. Il se téléporta à l'intérieur.

Une alarme se déclencha. Un intrus ! dit un garde dans la salle où toutes les caméras transmettaient leurs images. Mais le temps qu'il en dise plus, l'intrus était derrière lui, le toucha et se téléporta à nouveau. Le garde se retourna en super vitesse pour donner un coup de poing, mais il ne fit que balayer l'air avant de se rendre compte qu'il était maintenant dans une cellule !

Une dizaine de ses acolytes se retrouvèrent téléportés un à un dans cette même cellule, certains même avec encore la position des bras pour tenir un otage, sauf que ce dernier était resté sur place.

Ils se regardaient d'un air hébété.

Une minute plus tard, tout était réglé. Vegetto avait aussi dû écraser quelques canons automatiques mais sinon, pas le moindre mal.

— Facile !

Devant l'air ébahi du gardien de prison en chef, Vegetto lui décrit vite fait quels nouveaux prisonniers étaient les plus dangereux. Content de lui, il s'apprêtait à partir lorsqu'il sentit une émotion très suspecte. Il se téléporta immédiatement vers le terroriste concerné, l'attrapa, et se téléporta de nouveau.

— Crevez tous ! cria le chef des fanatiques, en appuyant sur le bouton d'une minuscule télécommande.

— Hum, ça ne marchera pas ici, vieux. répondit Vegetto.

Ils étaient dans une forêt et il faisait grand jour au lieu du crépuscule.

Le chef regarda à gauche et à droite.

— Cherche pas, tu es sur une autre planète. Je suis certain que ta télécommande ne porte pas jusque-là. Tu m'as mis la pression tu sais ! Heureusement que ton agressivité est montée subitement et que j'ai ressenti ce changement couplé à une grande satisfaction, alors que tous les autres étaient étonnés et déprimés.

— Bordel, mais qui es-tu ??

— Vegetto. Retiens ça.

Vegetto pris sa télécommande et la détruisit, puis chercha si le chef n'avait pas d'autre appareil piégeux, avant de le re-téléporter en prison.

La mission fut un succès total.

Ce fut le premier grand fait d'arme public de Vegetto, et ainsi commença sa petite réputation. Celle-ci grandit vite au fur et à mesure qu'il remplit d'autres missions de ce genre, où il semblait avoir de véritables pouvoirs magiques.

Avec sa rapidité et sa précision, il semblait être un fantôme, passant au travers des murs et des gens, pouvant téléporter ses ennemis ou les assommer du regard... et ce, même avec des guerriers aguerris.

Même ceux qui étaient considérés comme l'élite au combat, capable de raser une planète, n'étaient rien pour Vegetto. Il s'occupa de plusieurs éléments rebelles comme les anciennes troupes de choc du Roi Cold, chacun disposant d'un ki d'une centaine de milliers d'unités.

L'univers commençait à connaître le grand héros Vegetto, l'omnipotent ; il était même considéré comme un dieu par certains.

Et si les innocents et les faibles le scandaient en héros et l'aimaient partout dans l'univers, tous les mécréants de tous les mondes furent instantanément ses ennemis. Certains avaient plus de pouvoirs que d'autres...

L'immortel de Pandora

Pandora était une petite planète tournant autour d'une naine blanche. Il y faisait immensément froid, quelques moins cent quatre vingt degrés, ce qui était tout juste suffisant pour que l'oxygène reste, en tout cas en partie, sous forme de gaz. Et c'était la seule chose dont l'immortel de Pandora avait besoin. Tirer une bouffée toutes les dix, quinze minutes.

Quand il ne respirait pas, son corps s'affaiblissait et cela lui faisait sacrément mal. Mais aussi mal que ça lui fasse, il n'en mourait jamais. Il était passé plusieurs fois chez Enma, par ses propres moyens. Il avait réussi à entrer, à pied si l'on peut dire, dans le royaume des morts. Mais y avait toujours été refusé.

— Tu fais partie des anomalies de cet univers. Je suis désolé, faisait le géant gérant des enfers, qui le dépassait de quelques têtes à peine, tu ne peux tout simplement pas rester dans ce monde.

C'était il y a cent mille ans. Ou un million d'années, il ne sait plus. Rester dans le monde des morts lui demandait un effort constant, comme quelqu'un qui devait rester en équilibre sur un doigt de pied. Il n'était tout simplement pas mort, ça ne marchait pas.

Dans un espace aussi grand que l'univers, dont la taille approche l'infini, il y a obligatoirement des irrégularités. Des bugs. La plupart existent pendant moins d'un quart de seconde, au centre d'une supernova. Mais des fois, il s'agit d'un pouvoir donné à quelqu'un qui ne l'a pas demandé. La chance est d'une sur plusieurs milliards de milliards de millions... Mais quand cette soi-disant chance vous interdit de mourir, vous êtes une irrégularité de l'univers pendant un long moment.

Au début, il avait été ravi. Mais à force de voir des civilisations naître et mourir, il comprit le peu d'intérêt qu'il y avait à vivre si longtemps.

Alors, après s'être essayé dans divers domaines, après avoir monté un empire puis l'avoir délaissé, après avoir tué à mains nues quelques dizaines de démons du Froid, il n'avait plus rien trouvé d'intéressant à faire.

Plus rien du tout.

Il aurait bien pu insulter tout l'univers mais la tâche lui semblait encore plus ennuyeuse que de s'asseoir sur cette planète et d'attendre le Big Crunch.

Il aurait pu se jeter dans un soleil, mais il avait très très peur de ne jamais y mourir, et de souffrir une éternité.


L'immortel de Pandora tel que dessiné par nos artistes ;)

De bien étranges visiteurs. Le vaisseau se posa à une centaine de mètres, et des aliens en sortirent en scaphandre. Leurs pieds sur la glace avec un peu d'oxygène et d'azote liquide cassaient le silence de cette planète morte, sans le moindre vent.

— Bonjour à vous, Immortel de Pandora ! Nous sommes très honorés de vous trouver ici...

— J'espère que vous avez de très passionnantes histoires à raconter. Sinon vous êtes tous morts. Chanceux.

— Immortel, nous avons quelque chose qui vous intéressera ! Est arrivé dans l'univers, un guerrier que l'on dit imbattable et omnipotent !

— Mouais, on m'a déjà fait le coup. Tous les trois cents ans, vous venez la bouche en cœur pensant m'amener un challenge avec les démons du Froid. Oh, tuez Blizzard, oh, tuez Cold, oh, tuez Freeza... ils sont d'une faiblesse affligeante. J'en ai tué des tonnes il y a dix mille ans... ou cent mille ans, qu'importe. Je ne me déplace plus pour les petits survivants.

— Je peux vous assurer, Immortel, que les démons du Froid ont l'air de sacrés rigolos à côté de celui-là ! Il a déplacé des astéroïdes de la taille de planètes d'un regard, il a traversé un soleil et en est ressorti indemne ! Un petit soleil, mais quand même !

— Tiens donc... vraiment ?...

— Nous n'oserions jamais vous déranger si nous ne pensions pas que cet être ne vous donnerait pas de challenge. Nous savons ce qu'il en coûte de vous faire déplacer pour rien.

— Je lis dans ton crâne que tu crois à ce que tu dis... on m'a déjà envoyé des lobotomisés alors ça ne veut rien dire. Mais très bien, visiteur. Je prends le risque.

Les hommes en scaphandre se regardèrent pleins de joie.

— Amenez-moi sur le champ de bataille. Le temps de quelques étirements -une semaine- et je serai prêt.

C'était une planète peu connue, sans grande civilisation. Mais elle était habitée, car pour attirer le héros, il fallait de la destruction. Alors que la nouvelle d'un challenger se propageait, à la date fixée, l'Immortel se plaça sur l'équateur et fit craquer ses douze doigts. Dans une heure il détruirait la planète si ce Vegetto ne venait pas.

Respectant sa parole, Vegetto consulta les Kaioshins avant de relever le défi.

— Je ne connais pas ce type, dit simplement le vieux Kaioshin.

— C'est une anomalie, dit Kibitoshin. Il existe depuis presque trois millions d'années. Il ne peut pas mourir. Il n'a jamais causé de grandes destructions, je n'ai donc rien fait à son encontre. Depuis peut-être un million d'années, il restait assis sur son siège sur une planète oubliée.

— Héhé, un petit jeune, quoi, fit le vieux Kaioshin.

— Bon, dit Vegetto, je peux aller le combattre, non ? Je peux le tuer ?

— Et bien, fit Kibitoshin. Tu y es autorisé, mais tu n'y arriveras pas.

— Erf ! Et Vegetto se téléporta.

L'immortel faisait trois mètres. Il était vaguement humanoïde. Il dégageait un ki absolument énorme. Vegetto espéra au plus profond de lui, que ce n'était que son ki au repos.

— C'est donc toi Vegetto ? Tu caches ta force... dégage un peu ton ki pour voir ?

— Enchanté aussi, Immortel. Et toi, tu caches ta force aussi, j'espère ! Sinon cela va être sacrément ennuyeux.

— Je dégage le ki d'une dizaine de fois la force de Freeza, tu sais, le démon du Froid.

— C'est ce que je dis. Ennuyeux.

Vegetto écarta les bras, et sans passer Super Guerrier, augmenta son ki jusqu'à dix fois plus que ce que son adversaire dégageait.

— Ça, ça doit être un centième ou un millième de ma puissance, dit Vegetto.

Et un sourire se dessina sur le visage de l'Immortel. Sans changer de position, son énergie augmenta brusquement. Elle dépassa celle de Vegetto en flèche et il se jeta sur lui. Il lui donna dans le ventre un coup de poing aussi brutal que puissant, dont la déflagration fit s'envoler en éclat le décor de pierres et de terre tout autour.

Vegetto vit l'attaque arriver et se transforma instantanément en super Saiyan, puis flotta sur place pour ne pas être emporté en arrière par le coup. Il contracta les muscles de son ventre et garda les bras sur les côtés.

Le poing géant de l'Immortel s'écrasa contre le ventre du Héros sous un double bang suivit d'une nouvelle déflagration d'air écrasé. Mais Vegetto ne bougea pas d'un pouce.

L'immortel fut énormément impressionné. Et déjà du sang perlait de son poing.

— M'ouais... fit Vegetto. Fallait pas en attendre grand-chose non plus.

— In... croyable... Un bouclier interne sûrement... très efficace... mais que tu sois resté sur place... le truc doit être...

— Non non, aucun truc. Je suis juste très très fort. Bah, mon fils ainé pourrait sûrement t'écraser sans difficulté également.

Les derniers rochers et arbres finirent de retomber sur le sol avec grand bruit.

— Mais je reconnais que ta force est étonnante, dit Vegetto. Sûrement égale à Cell, enfin Cell parfait, au moins. Tu pourrais sûrement régner sur l'univers entier, monde des démons compris... Enfin si je n'étais pas là.

— Je l'ai fais. C'était chiant.

L'Immortel fit un tour sur lui-même et créa entre ses mains une attaque lumineuse d'un type que Vegetto n'avait jamais vu auparavant. Il la lui lança dessus mais le héros la repoussa d'un simple revers de la main.

Peut-être que s'il se dé-transformait pour ne plus être super Saiyan, ce combat aurait un intérêt ? Pas sûr... La différence entre eux lui rappelait un peu le combat contre Buu. Et ce type était loin d'avoir le pouvoir de Buu avec Gohan en lui.

L'Immortel ne démordit pas et lança de nombreuses attaques, que Vegetto stoppa tout aussi facilement. Il répliqua par quelques coups que l'Immortel n'arriva généralement pas à parer.

L'Immortel fit ensuite montre de pouvoirs magiques, il ouvrit des dimensions, altéra la gravité, et même, sembla-t-il un instant changer le cours du temps sur une zone réduite. Des pouvoirs étonnants qu'il avait acquis en ses millions d'années d'existence. Ah, si les Kaioshins n'étaient pas de tels idiots, ils auraient peut-être pu acquérir une puissance équivalente à la sienne !

Vegetto ne fut pas déçu car ce combat fut plein de surprises.

Et puis, au bout de quelques heures peut-être, l'Immortel montra enfin des signes de fatigue. Il s'écrasa sur le sol et dit distinctement :

— J'ai perdu. Je n'arrive pas à te tuer.

— Bon... alors on arrête ?

— Attends... attends... j'ai perdu... mais tu n'as pas gagné. Pour gagner contre moi, il faut me tuer.

— Ah... oui, on m'a dit que je n'y arriverai pas... c'est un challenge, paraît-il, de te tuer. Mais bon tu m'es sympathique et...

— Tue-moi, sinon je détruirai cette planète, puis toutes les autres sur mon chemin.

— Ah, bah dans ce cas, je suis bien obligé d'agir ! Fit Vegetto toutes dents dehors.

Il se jeta sur l'Immortel et lui donna un coup de poing si puissant, qu'il lui transperça le torse. Puis en tournoyant, sa jambe devenue comme un rasoir sous l'effet de la vitesse, il lui trancha le cou.

— Bon, j'imagine que ce n'est pas suffisant... dit-il en voyant le corps de son adversaire se remettre debout, puis chercher sa tête.

— Ça se recolle, dit l'Immortel.

Vegetto mit ses deux mains sur le flanc droit.

— Kamé...

Une boule d'énergie apparut entre ses deux paumes.

— Hamé...

Et il avança ses deux bras devant lui, puis les sépara, jusqu'à avoir les bras bien écartés, une boule de lumière dans chaque main.

— Big Bang...

Puis ses deux bras se joignirent à nouveau, formant une puissante boule de lumière chargée d'électricité.

— HAAAAA !!!

Et l'attaque, devenue géante, fonça sur l'Immortel, l'engloba entièrement, et détruisit chacune de ses particules.

Une fois la poussière retombée, Vegetto scruta attentivement la présence de cellules vivantes, comme il l'avait fait pour Buu. Il n'y avait plus rien.

— Pff, dit-il tout seul en sortant de la transformation super saiyanne. Plutôt facile.

— Désolé, répondit une voix dans sa tête. Je n'ai plus de corps, mais je ne suis pas mort.

— Hum...

— J'ai déjà essayé ça, bien sûr. Mais mon âme ne va pas chez Enma. J'ai essayé. Dans de grosses minutes, mon corps se sera reconstitué.

— Je n'ai qu'à détruire ton âme alors. Je sais que quand on meurt, si on se fait re-tuer, on ne peut plus revenir, ça doit être la mort de l'âme. Mais il n'y a pas de case paradis.

— Je m'en fous. Je veux en finir. Essaie !

Vegetto chercha où physiquement cette âme pouvait être. Il senti un ki et envoya une boule d'énergie vers lui. Mais ce ki n'en fut pas le moins du monde dérangé.

Vegetto essaya tous types d'attaques. Il envoya des boules d'énergie, de ki, de feu, des kiais, des coups de poing, rien ne put toucher le fantôme. Il n'avait aucune présence physique et pouvait à peine parler par télépathie.

Vegetto dut se rendre à l'évidence, Kaioshin avait raison. Il n'arrivait pas à le tuer.

— Bon écoute-moi, Immortel... je n'arrive pas à te tuer maintenant... mais je suis Vegetto ! Rien ne m'est impossible. Alors on va s'arranger ainsi : tu rentres chez toi, et dès que j'ai une solution, je te crame. Mais si tu fais le moindre mal en chemin, alors je te torturerai jusqu'à au moins la fin de ma propre existence. C'est clair ?

— Je te respecte, Vegetto... je n'ai jamais rencontré quelqu'un d'aussi puissant, donc je veux bien te laisser un peu de temps pour trouver une solution.

— À la bonne heure.

— Mais j'ai bien dit un peu de temps ! Je te préviens Vegetto, je ne suis pas très patient ! Regarde ce sablier !

L'Immortel, dont un morceau du corps était reconstitué, utilisa ses pouvoirs pour faire apparaitre un sablier assez grand, d'où commencèrent sur le champ à tomber quelques grains de sable très fin.

— Quand ce sablier se sera écoulé, alors j'attaquerai des planètes de tous les côtés, et sans sommation. Est-ce bien compris ?

— Oui, oui. Tout à fait. Je viendrai te voir... plusieurs fois s'il le faut, avant la fin de ce sablier.

Et Vegetto se téléporta chez les Dieux.

— Bon... au moins il ne fera pas de dégâts pour le moment. Dites-moi, son sablier, il va durer combien de temps ?

Le vieux Kaioshin regarda dans sa boule magique, et scruta attentivement le mesureur de temps.

— Hum... hum...

— Alors ? J'ai dix jours ? Un an ? C'est important quand même.

— Et bien presse-toi, Vegetto, tu n'as plus que 284 années terriennes devant toi pour trouver la solution.

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語中文EspañolItalianoPortuguêsDeutschPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoCatalàNorskРусскийRomâniaCroatianEuskeraLietuviškaiKoreanБългарски
עִבְרִיתSvenskaΕλληνικάSuomeksiEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDanskCorsu