DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

DBM Univers 16 : La fusion de deux vies

Écriture par Syl & Salagir

Relecture par Loïc Solaris & Foenidis

Lorsque Vegetto entra dans le corps de Buu, il fit un choix : garder son bouclier (U16) ou le lâcher (U18). Voici l'histoire de ce qu'il s'est passé après... Bien que Vegetto ait sauvé l'univers, Son Gokû et Vegeta, eux, ont définitivement disparu...


Partie 1 :12345678
Partie 2 :91011121314
Partie 3 :15161718192021222324
[Chapter Cover]
Partie 2, Chapitre 10.

Chapitre 2 : un planning bien chargé...

Quand Gohan et Videl arrivèrent, tout le monde était déjà attablé. Chichi cria :

— Gohan-cha ! C'est maintenant que tu arrives ?

Gohan passa sa main sur sa nuque avec un regard d'excuse envers sa mère tandis qu'il s'asseyait.

— Excusez-nous d'avoir commencé sans vous, mais Vegetto a refusé d'aller vous chercher, je ne sais pas pourquoi... Soupira Bulma.

Gohan jeta un regard à son père qui lui répondit avec un petit clin d'œil et un grand sourire. Gohan se sentit rougir jusqu'à la racine des cheveux, mais prit dignement sa part du repas et mordit dans une cuisse de poulet avec une nonchalance feinte. Videl rit un peu lorsqu'elle comprit l'embarras dans lequel se trouvait son chéri, mais s'empressa de l'imiter en s'emparant de son bol de riz. Bulma profita du fait que tout le monde soit là pour expliquer :

— Écoutez, nous avons discuté de tout, Vegetto, Chichi et moi de ce que nous allions faire. Nous allons d'abord déterminer les frontières. Les robots vont se charger de faire le tour de cette planète afin d'en calculer la surface. Ils feront ça cette nuit. Demain, vous partirez poser des limites.

— Qui est inclus dans le "vous"? Demanda Gohan tout en sachant qu'il serait désigné.

— J'entends par là tout ceux qui peuvent se déplacer en volant à une vitesse telle qu'ils feraient le tour du monde en 20 minutes...

Gohan, Trunks, Goten, C-18, Kulilin et Vegetto poussèrent un lourd soupir. Videl demanda :

— Mais je dois y aller aussi?

— Non, toi tu peux rester avec nous ! Répondirent Chichi et Bulma en cœur. 

La jeune femme soupira de soulagement. Kulilin s'insurgea :

— Mais elle peut voler elle aussi! Pourquoi elle aurait le droit de rester et pas nous ? 

— Tu n'oserais pas envoyer une frêle jeune femme au travail tout de même ?! S'insurgea Bulma.

— Si mais... Je dois garder ma fille... Tenta-t-il.

— Nous le ferons, tu pourras partir tranquille! Fit Chichi en caressant les cheveux blonds de Marron.

Kulilin posa sa tête sur la paume de sa main, boudeur. Le repas continua dans la bonne humeur. Vegetto mangea un peu plus que d'habitude cette fois encore, ce qui inquiéta silencieusement tout le monde, cependant personne ne fit de remarque. A la fin du repas, Bulma alluma ses petits appareils -non sans avoir expliqué une seconde fois ce dont il s'agissait- et les confia à ses amis qui s'envolèrent pour les placer dans des directions que la scientique leur avait indiqué. Lorsqu'ils furent tous revenus, Bulma sourit de fierté :

— Demain matin, nous pourrons ainsi avoir les plans de cette planète. Je pourrais ainsi déterminer bien des choses...

— Comme par exemple? demanda Gohan, curieux de savoir.

— Eh bien, la superficie, le pourcentage de forets, de mers, de montagnes, le diamètre de la planète, la localisation des pôles... énuméra pensivement la scientifique en prenant sa mallette à capsule.

A ce moment elle prit une capsule qu'elle jeta dans un espace vide assez important, libérant ainsi un imposant télescope. Gohan, admiratif, questionna :

— Et ça, c'est pour quoi faire ?

— Eh bien, comme ça je pourrais calculer la distance entre celle planète et son soleil, voir combien il y a de planètes dans ce système, repérer les satellites naturels, calculer la période de révolution, ainsi que le temps d'un tour de Last Hope sur elle-même...

Gohan acquiesçait à chaque nouvelle fonction du télescope, très intéressé par son fonctionnement. L'astronomie avait toujours été l'un de ses sujets favoris. Cet attrait datait sûrement de l'époque où, enfant, il contemplait les astres avec son père avant de s'endormir à la belle étoile. 

— Je pourrais t'aider? fit le jeune homme à Bulma.

— Bien sûr. J'allais te le demander, dit la jeune femme à son vis-à-vis.

Gohan lui fit un immense sourire puis regarda le ciel. Le soleil était déjà bien bas, il devrait atteindre l'horizon dans un peu moins d'une heure. Voulant profiter des dernières minutes de soleil, il partit avec Videl. Kulilin jeta un regard à Marron qui s'amusait avec Trunks, Goten et Spike, le lézard du dernier des Son. Il sourit à sa femme :

— On a un peu de calme devant nous...

— Et si on en profitait pour s'éclipser un peu ? proposa la cyborg en lui rendant son sourire.

— Où ça ? demanda le terrien en lui jetant un regard interrogateur. 

— J'ai remarqué une plaine assez belle par là-bas. On pourrais aller y faire un tour.

Le couple s'envola en quête de quelques minutes seul-à-seul. Bulma soupira en remarquant que Trunks, Goten et Marron partaient dans la forêt avec leur nouvel ami. Elle, Chichi et Vegetto étaient donc encore une fois seuls. Elle regarda le duo discuter en riant un peu puis décida de partir elle aussi explorer cette terre inconnue. Elle prit dans ses capsules une espèce de petit kart marchant à l'électricité (Vegetto ayant bien insisté sur l'importance de garder cette planète pure) et partit à travers les chemins. Au camp, il n'y avait plus que Chichi et Vegetto.

—  ... Et donc ensuite Goten a dut reposer le chien. Tu aurais vu sa tête! Le pauvre, j'étais à deux doigts de dire à cette bonne femme qu'elle n'avait qu'à faire attention avec ses animaux et de reprendre le chien pour le donner à Goten! Raconta Vegetto avec un sourire.

Chichi éclata de rire, voyant d'ici le pauvre visage de Goten lorsqu'il avait découvert la tête de la maîtresse du petit chiot. Entre deux hoquets de rire, elle réussit à dire :

— C'est... Tellement son caractère de faire ça !

Le duo rit encore un peu, puis se calma. Vegetto décida d'enchaîner avec un sujet un peu plus sérieux :

— Tu... Comptes te remarier Chichi ?

Elle lui jeta un regard perturbé. Vegetto continua :

— Tu aurais le droit, après tout Gokû est mort et si tu veux refaire ta vie...

Chichi soupira dans un sourire :

— Je ne compte pas me remarier. Gokû-sa est mon premier amour, et il prend la place de mon cœur pour toujours. Je ne pense pas rencontrer quelqu'un d'autre, ni même aimer quelqu'un d'autre un jour.

Vegetto lui sourit. Chichi était une femme forte et indépendante. C'est vrai qu'elle n'avait certainement pas besoin d'un autre homme dans sa vie, elle avait ses deux fils et Vegetto avec elle après tout. Le saiyan se leva et s'étira. Il se fit craquer le dos, puis dit :

— Et si nous allions découvrir un peu l'endroit au lieu de rester au camp comme deux idiots ?

Sans lui laisser le temps de répondre, il souleva Chichi dans ses bras et s'envola à toute allure. Chichi poussa un long cri qui se transforma et éclat de rire. 

— Plus haut !! réclama-t-elle.

Vegetto obéit et prit de l'altitude. Il arriva à proximité d'un lac et descendit en piqué, accompagné par un autre cri de Chichi. Il se stabilisa à quelques centimètres de la surface et fila à vive allure par dessus l'étendue bleue. Chichi fit glisser sa main à la surface de l'eau avec un hurlement de joie. De petites gouttelettes éclaboussaient leurs visages hilares. Une fois à proximité de la berge, Vegetto se redressa et reprit de l'altitude. Il accompagna un instant un banc d'oiseaux noirs au bec blanc puis partit en direction d'une montagne. Il se posa sur un roc plat où quelques touffes d'herbe se dressaient çà et là. Devant eux, le soleil joignait l'horizon. L'astre du jour prit une couleur jaune-orangée, avant de tourner à l'orange brique. Lorsqu'il ne restait plus que le haut du soleil, une couleur rouge envahit l'atmosphère jusqu'à la disparition complète de l'étoile. Vegetto prit Chichi dans ses bras pour qu'ils rentrent au camp. Pas un mot ne fut échangé pendant le voyage, mais leur complicité en sortit renforcée...

De leur côté, Kulilin et C-18 profitaient eux aussi du coucher de soleil. Assis côte à côte sur l'herbe verte, ils contemplaient sans se lasser les rayons disparaître derrière l'horizon rocheux. C-18 posa sa tête contre l'épaule de Kulilin qui rougit à ce contact inattendu. Il lui posa un baiser rapide sur le front, poussé par une soudaine tendresse, lorsque soudain...

— Spike, attends !!!! Cria Goten à son lézard qui détalait comme un lapin, Marron sur son dos.

Le lézard sauta au dessus du couple alangui. Goten et Trunks firent de même.

— Maman !! Papa !! Cria Marron en apercevant ses parents.

Elle descendit de l'animal et courut serrer le couple dans ses bras. C-18, fâchée d'avoir été interrompue aussi grossièrement, attrapa sa fille et s'envola en direction du camp. Elle croisa Gohan et Videl, qui se tenaient la main en vol. Ils lui sourirent. Elle resta à leur allure en rentrant, participant à la conversation avec son mari :

— Cette planète est vraiment belle, hein ? Dit Gohan avec un sourire niais.

— Oui... Cette verdure, ces arbres, le ciel immaculé... Fit Videl avec le même sourire.

— Uhum, un lieu propice aux premières fois. Dit C-18.

Les adolescents rougirent comme des tomates alors que Kulilin jetait un regard choqué à sa femme, surpris par son sans-gêne.

— C'est quoi une première fois maman? Demanda la petite Marron, plongée dans l'incompréhension.

— Tu comprendras quand tu auras quinze ans ma chérie.

— Quinze Ans ?! S'insurgea le père. Plutôt vingt-cinq oui !

Gohan et Videl rirent de la sur-protection de Kulilin. Cinq minutes plus tard, ils étaient arrivés au camp. Ils y trouvèrent Vegetto et Chichi, riant ensemble. Gohan sourit à cette vision, heureux que malgré la mise en couple officielle de Bulma et Vegetto, sa mère et son père s'entendaient bien. Bulma arriva peu après et mit en route ses robots qu'elle avait laissé dehors afin de les recharger, ces derniers marchant à l'énergie solaire. Elle appuya sur un petit bouton caché derrière la plaque supérieure. Un "bip" s'échappa de l'engin qui lévita en tremblotant quelques secondes avant de s'élever quelques vingt mètres au dessus de leurs têtes puis de partir en diagonale vers le nord. Bulma sourit d'un air satisfait, puis alluma les autres de la même façon. Cinq minutes plus tard les six machines étaient parties dans des directions différentes. Bulma s'étira puis déclara avec suffisance :

— Maintenant mes géniales machines vont faire le boulot, reviendront quand elles auront finies, puis nous imprimeront un grand compte-rendu. En attendant, on peut se reposer !

— Quand auront-elles finies ? Demanda Gohan.

— Tout dépend de la superficie de cette planète. 

Le groupe opina du chef puis partit dans la maison, pour profiter de leurs dernières heures de repos.

Bulma s'étira, une tasse de café à la main, profitant de la fraîcheur matinale prodiguée par la récente rosée. A l'horizon, le soleil commençait seulement à disperser ses rayons orangés sur la paysage. Bulma plissa les yeux et fronça les sourcils, éblouie. Elle tourna le dos à l'astre du jour. Non pas qu'elle n'aimait pas les levers de soleil, mais ses yeux fatigués ne pourraient pas supporter la clarté qu'il dégageait. Elle bailla puis s'étira une nouvelle fois en prenant une gorgée de café. Une grimace tordit ses traits. Elle l'avait trop corsé, et pas assez sucré. Elle allait entrer dans la maison pour prendre du lait ainsi que du sucre quand elle entendit un petit bruit. Elle tendit l'oreille pour mieux entendre : un petit "bip" répétitif s'approchait d'elle. Elle se tourna et tomba nez-à-nez avec ses 6 robots. Les machines se mirent à sa hauteur et imprimèrent en même temps leurs données. Bulma saisit les papiers qu'elle parcourut du regard, un sourire sur les lèvres. Elle finit son breuvage d'une traite puis rentra chercher un énorme tableau en liège qu'elle ouvrit et déplia dehors. Dessus, elle fixa avec des punaise les six cartes côte à côte. Une fois le puzzle mural terminé, elle lut les informations imprimées : chaque carte était de soixante-dix centimètres sur trente-cinq, et une petite indication spécifiait que sur chaque carte un centimètre était l'équivalent de cent kilomètres, donc le diamètre de la planète était de vingt-et-un milles kilomètres, soit deux fois moins que la terre. Un seul continent assez énorme était présent. Il y avait 57% d'eau pour 43% de terre, aucun désert sec. Sur les terres, 41% de forêts, 24% de montagnes, tout le reste étaient des collines ou des vallées, ce qui était plus que positif pour l'agriculture! Elle vit un nombre considérable de fleuves à travers le monde, ce qui la fit sourire de soulagement : il n'y aurait pas trop de travail pour irriguer les champs. Elle divisa la surface cultivable en deux, et plaça des points de repères sur les cartes pendant une bonne heure. A ce moment, elle entendit un bruit derrière. Bulma se retourna et vit Vegetto qui regardait curieusement le panneau. 

— C'est donc ça... Murmura-t-il pensivement.

— Eh oui! C'est ta planète. D'ailleurs, il faudra que tu donnes des noms au différentes parties de cette planète, pour qu'on puisse s'y repérer.

Vegetto acquiesça en continuant d'observer la carte. Il soupira :

— Il va y avoir un travail assez titanesque ici...

— Je le confirme. Mais vous êtes des saiyans, vous pouvez faire ça sans problème.

Vegetto se gratta la tête puis s'empara d'un stylo et écrivit sur les feuilles :

— Là je relie les repères que tu m'as tracé. On va dire que ce sont les six pays de la carte. Je vais les appeler... Porunga, Shenron, Karin, Dende, Popo et Piccolo.

Bulma rit devant l'originalité créative du Saiyan.

— Excuses-moi j'ai pas d'imagination. Soupira-t-il. Ensuite, la grosse foret ici je vais l'appeler Gohan, les plus petites autour sont Trunks, Goten Et Kulilin... L'océan, eh bien il n'y en aura qu'un que j'appelle "océan"... Puis la grande Vallée là sera Chichi, Celle-ci Bulma...

— Il reste deux grandes montagnes. Indiqua Bulma. Ensuite tu auras nommé le principal.

— On va les appeler Gokû et Vegeta. Simple.

— Tu devrais y passer plus de temps... Fit tout de même Bulma.

— Non, pas envie de me prendre la tête. Avec ça on saura déjà quoi est où, c'est plutôt bien.

— Vraiment quel fainéant...

Vegetto lui sourit d'un air charmeur puis partit poser son stylo.

Quelques heures plus tard, tout le monde était réveille, habillé et fin prêt pour leur journée de travail.

— On récapitule. Déclara Bulma d'une voix forte, un papier sous les yeux. Gohan, Videl, Trunks, Goten, Kulilin et Vegetto, vous irez poser les bornes que je vous ai donné aux points indiqués sur la carte. Tout le monde a la sienne d'ailleurs ?

Les six hommes hochèrent la tête. Goten, étourdit, demanda :

— Mais au fait, à quoi ça sert?

— Je l'ai déjà expliqué au moins trois fois... soupira Bulma.

— Ça sert à séparer le continent en deux parts égales. C'est pour tracer des lignes en gros. dit Trunks à son ami. 

Goten ouvrit la bouche l'air de faire "ah, c'est pour ça!". Une fois que Goten eut reporté son attention sur Bulma, cette dernière reprit :

— Donc une fois que vous l'avez fait, revenez. Je vous donnerais les autres ordres à ce moment-là.

Tous acquiescèrent et s'envolèrent aussi sec. Une fois les guerriers hors de vue, Chichi soupira, un sourire d'extase flottant sur les lèvres :

— Ah, enfin entre filles...

En effet, il ne restait plus que Chichi, Bulma, C-18 et sa fille au camp. Chichi prit alors un thermos et remplit 3 tasses d'un thé encore fumant. Marron n'était pas encore réveillée et les 3 femmes étaient bien décidées à profiter du calme pour se détendre ! Bulma et Chichi monopolisaient la conversation, alors que C-18 était plutôt d'un naturel taciturne. De sujets en sujets, de potins en potins, les trois femmes en étaient venues à parler de leur vie de famille :

—  ... et ensuite Trunks l'a complètement cassé ! Je vous jure ! Mon vase préféré ! s'indignait Bulma.

Chichi secouait la tête, outrée par tant de maladresse, alors que C-18 reprenait une gorgée de thé.

— Je vous ai pas dit le coup que m'a fait Gohan ! Figurez-vous que l'autre jour, en voulant ouvrir la porte, il a complètement broyé la poignée! J'ai pas les moyens pour acheter des poignées tout les deux jours moi !

Ce fut au tour de Bulma de secouer la tête alors que C-18 reprenait une gorgée de son thé. Silencieusement, la cyborg observait le ménage des deux autres femmes, sans comprendre grand-chose. En effet, depuis sa transformation, elle était à des années lumières de tout ces regroupements féminins, qui consistaient tous en une seule chose : raconter sa vie en buvant une boisson chaude. Elle n'éprouvait plus réellement de plaisir à ces petites conversations, clairsemées par des potins tout droit sortis de l'émission "les ragots de Satan-city". Dans ces moments là, la cyborg n'avait qu'une envie, c'était de décamper à toute vitesse. Seulement la gratitude envers Bulma, qui lui avait tout de même permit d'avoir son enfant, la poussait à rester acquiescer avec un demi-sourire aux lèvres. Pendant que Bulma finissait de s'indigner sur la nouvelle manie de Trunks de laisser traîner ses chaussettes sales de partout, C-18 finit sa dernière gorgée de thé. Le liquide lui brûla légèrement la gorge.

Gohan les yeux rivés sur la carte qu'il tenait dans ses mains, s'immobilisa soudainement pour jeter de frénétiques coups d'œil aux alentours. C'était bien le même endroit, il en était sûr. Il atterrit rapidement et planta l'appareil que Bulma lui avait confié à peine une heure plus tôt. Une fois qu'il se fut assuré que la borne était solidement enfoncée dans le sol, il décolla en direction du campement. Le vent fouettant son visage lui procurait une telle sensation de bien-être qu'il accéléra un coup, voulant renforcer son sentiment d'allégresse. Voler était quelque chose que Gohan avait toujours adoré faire : à chaque envol, il prenait littéralement son pied. Prit d'une soudaine envie de solitude, il se posa à l'ombre d'un gros arbre en aval de la montagne qu'il était en train de survoler. Son corps estimait la température à vingt-deux degrés. Une légère grise faisait voler la mèche sur son front. Bercé par le son de la faune environnante, il ferma les yeux, prêt à dormir, quand un bruit de pas humain interrompit sa transe :

— Alors fiston, on se repose ?

— Si on veut... Un peu de calme est toujours source de bien-être, tu le sais cent fois mieux que moi.

Vegetto s'allongea aux côtés de son fils tranquillement. Un long et paisible silence prit place entre les deux protagonistes. Un de ces silences qui marque non pas la gêne, mais la sérénité, un de ces silences qui en dit long sur ce que pensent les gens, et qui parlent plus qu'une infinité discours réunis. Vegetto fut le premier à briser le silence :

— Gohan, comment ça va avec Videl ?

— Pourquoi tu me demandes ça ? Fit le jeune homme rougissant.

— Parce que ça m'a tout l'air d'être assez sérieux cette affaire... Tu sais comment j'ai rencontré ta mère non ?

Gohan sourit au souvenir du récit de Chichi, du tournois, puis du mariage soudain, et de son arrivée... Mais une question le taraudait. Une question, qu'il réfléchit mûrement avant d'avoir l'audace de demander :

— Et tu pourrais m'expliquer un mystère ?

— Je veux bien essayer...

— Comment Vegeta et Bulma en sont venus à... Sortir ensemble ? 

Vegetto se gratta un peu la tête, farfouillant dans cette partie là de ses souvenirs. Raconter la chose crue était certainement la meilleure des solutions. Il prit une grande inspiration et commença son récit :

— En fait, comme tu t'en doutes, ça n'a pas été le grand amour tout de suite... En fait, tu sais certainement que Vegeta était bien moins innocent de Gokû. A des années lumières de sa façon de penser... - Gohan hocha la tête avec un petit sourire - Et donc, lorsqu'il était avec Bulma, cela faisait un certain temps qu'il n'avait pas... Comment dire... - Gohan fit une grimace afin de montrer qu'il avait bien comprit - Et Bulma était là, elle venait encore de se disputer avec Yamcha, et elle commençait à lui trouver un certain charme. Évidemment, il le savait. En fait, il le sentait. Il a toujours eu une sorte de sixième sens, en ce qui concerne les intentions des gens envers lui. Et donc, ça s'est fait. Mais ne va pas croire que c'était totalement dénué de sentiments. En fait, lui aussi commençait à trouver quelque chose à Bulma. Et donc ça c'est passé une fois, puis deux... Et ainsi de suite. Les deux y trouvaient leurs comptes en vérité : du plaisir corporel. Mais il s'est mit à y avoir plus. Forcement, Bulma s'assumait complètement, mais quant à Vegeta... C'était une autre histoire. Il était frustré parce qu'il n'arrivait pas à atteindre le stade de super saiyan, et aussi frustré parce qu'il sentait qu'il développait une sorte de dépendance à Bulma. Bien sur, il a voulut tout arrêter de but en blanc. C'était sa façon de faire. Mais entre temps, Bulma est tombée enceinte, donc lui il est purement et simplement partit.

— C'est pas du tout ce à quoi je m'attendais... Lâcha Gohan, estomaqué. Mais continue.

— Ensuite, il y a eu les cyborgs, puis Cell... Et il est rentré. Il a prit consciences de certaines choses, et donc il est rentré à la maison s'occuper de sa famille, et retrouver Bulma qu'il n'a jamais vraiment put s'enlever de la tête.

Gohan souffla. Toutes ces révélation avaient de quoi donner mal à la tête ! Après quelques secondes, Vegetto dit :

— Nous ferions mieux de rentrer, ils vont se demander où on est passés...

Gohan acquiesça, puis se leva. Ainsi, le père et le fils rentrèrent, sans un mot.

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語中文EspañolItalianoPortuguêsDeutschPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoCatalàNorskРусскийRomâniaCroatianEuskeraLietuviškaiKoreanБългарски
עִבְרִיתSvenskaΕλληνικάSuomeksiEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDanskCorsu