DB Multiverse

Dragon Ball Multiverse, le roman

Écriture par Loïc Solaris & Arctika

Adaptation par Loïc Solaris & Salagir

Relecture par Koragg

Avec bien plus de détails, redécouvrez l'histoire de DBM. Cette novélisation est vérifiée par Salagir, elle contient également des ajouts de son cru, qui n'étaient pas racontables en manga, c'est donc un véritable annexe à la BD !

Update le 20 du mois à 20h (heure de Paris)
Prochaine page dans : 14 jours, 4h

Intro

Partie 0 :0
Partie 1 :12345

Round 1-1

Partie 2 :678910
Partie 3 :1112131415
Partie 4 :1617181920
Partie 5 :2122232425
Partie 6 :2627282930

Lunch

Partie 7 :3132333435

Round 1-2

Partie 8 :3637383940
Partie 9 :4142434445
Partie 10 :4647484950
Partie 11 :5152535455
Partie 12 :5657585960
Partie 13 :6162636465
Partie 14 :6667686970

Night 1

Partie 15 :7172737475
Partie 16 :7677787980
Partie 17 :8182838485
Partie 18 :8687888990

Round 2-1

Partie 19 :9192939495
Partie 20 :96979899100

Round 2-2

Partie 21 :101102103104105
Partie 22 :106107108109110
Partie 23 :111112113114115

Night 2

Partie 24 :116117118119120

Round 3

Partie 25 :121122123124125
Partie 26 :126127128129130
Partie 27 :131132133134135
Partie 28 :136137138139140
Partie 29 :141142143144145
Partie 30 :146147148149150
Partie 31 :151152153
[Chapter Cover]
Partie 31, Chapitre 153.

Très loin de l’autre côté de l’espace.

Au fond d’elle, certaines personnes sentaient qu’une tragédie avait lieu. Même Vegetto, la fusion pleine d’assurance, ressentait un certain malaise. Ce n’était rien à côté de Vegeta de l’Univers 18 qui serrait les poings avec force, grimaçant de frustration alors qu’il ne trouvait toujours rien.

Eleim de l’Univers 19 se retourna vers Vegetto et lui fit d’un ton inquiet :

– Je suis désolé de revenir dessus, mais je ne parviens pas à comprendre. N’es-tu pas censé pouvoir te téléporter d’un endroit à un autre en sachant à quoi il ressemble, comme Son Bra ?

– Si, mais ce n’est pas tout, rétorqua Vegetto sèchement. Je dois connaître sa localisation précise dans l’espace, à quelle distance il est ! Chez moi, je connais tout mon Univers ! Mais là, je ne reconnais rien, l’arène était mon point de repère quand j’ai suivi Broly dans l’espace ou que je me suis occupé de…

Il se tut soudainement, provoquant des regards intrigués qui se tournaient vers lui. Mal à l’aise et se sentant humilié, il dit d’un ton davantage dégagé :

– Laissez tomber. Je n’ai pas quitté l’arène volontairement. Je ne sais donc pas dans quelle direction elle est. À la seconde où quelqu’un ressent une quelconque puissance, je nous y emmènerai. Là, aucun problème.

– Nous devons nous dépêcher, lui rappela Son Gokû d’un ton sérieux et préoccupé. Tout le monde est peut-être en danger, ils ont besoin de nous !

– C’est surtout qu’on rate toute l’action…, grommela Vegetto en se reconcentrant, déçu de ne pas pouvoir participer à la mêlée générale, et certain de la victoire de son camp.

– J’ai l’impression que ça fait des mois que nous sommes coincés ici, se désola Trunks de l’Univers 16.

– Cela fait neuf minutes et trente-quatre secondes seulement, précisa #16 grâce à ses données.

– Dix minutes seulement ? s’affola Trunks. Pourquoi ça paraît si long ?

– La pression, le danger, fit son homologue de l’Univers 12. Il est possible que tout le monde soit déjà mort…

Sur cette phrase lugubre, les demi-Saiyans replongèrent dans leurs recherches, sous les yeux détendus de Buu de l’Univers 4 qui sifflotait tranquillement dans sa tête. Il y avait bien des pertes dramatiques, oui. Mais ce n’était pas du tout sa préoccupation. Enfin, le dernier acte de ce spectacle allait démarrer. Avec pour préambule une interrogation de taille : la révélation de la pleine puissance de Son Gohan.

Dans l’arène, le chaos régnait avec une telle violence qu’il était difficile de décrire la complexité de la scène. Les morts s’accumulaient tellement que, s’il y avait eu un Autre-Monde dans cet univers, le roi Enma aurait eu un travail monstrueux. Bien moins que si une population entière contre les Terriens avait été éradiquée, comme à l’époque de Majin Buu, mais la quantité de personnes tuées dépassait quand même un stade ‘raisonnable’.

Provoquée par un sorcier fourbe qui avait constitué une formidable armée de nombreux guerriers, avec des soldats d’élite dont la puissance était difficilement inégalable.

Cependant, beaucoup de ces fameux combattants surpuissants avaient été vaincus, malgré leur apparente supériorité. Et, dans le camp d’en face, il demeurait de puissants opposants, dont l’élu choisi d’une certaine divinité, et dont le nom était Son Gohan.

Mais le fils de Son Gokû n’avait livré un réel combat à fond qu’une seule fois, celui contre Cell, le cyborg au corps parfait, lorsqu’il était enfant. Même en ayant acquis la bénédiction du vieux Kaiôshin, il n’avait pas sollicité la totalité de son potentiel face à Majin Buu.

Pendant cette mêlée générale, Cell savait que Gohan n’avait pas donné son maximum face à lui. Il se limitait inconsciemment, car son cœur de Terrien pacifiste était prépondérant. Mais le cyborg connaissait une méthode parfaite pour libérer Son Gohan de son havre de paix qui le rendait si inférieur, et qui l’empêchait de devenir le guerrier qu’il devait être.

Il l’avait vu quand la fille du Saiyan avait été tuée par Bojack. Une colère froide et bouillonnante à la fois, qu’il était parvenu à contenir pour donner une leçon à sa jeune sœur. Mais… Que se passerait-il si cette rage déferlait hors de son corps ? Qu’il ne pouvait plus la contrôler ?

Cell mourait d’envie de voir ça. Il doutait que la pleine puissance de Gohan parvienne à le blesser gravement, car il avait encaissé son meilleur Kamehameha de plein fouet sans l’anticiper, et il n’avait perdu que la partie droite de son corps. Qu’importe le niveau que Gohan atteindrait, cette fois. Et tant pis s’il devait se prendre son immense fureur en pleine figure. Il avait besoin de s’attaquer à cette inhibition de pacifisme qui habitait le Saiyan de sang-mêlé. Pour voir quel serait le résultat… Et pour entamer le mieux possible l’ultime affrontement.

Et pour ça, Cell avait le meilleur déclencheur de colère possible.

Alors que Son Gohan soutenait son petit frère d’un autre Univers en attendant Piccolo anxieusement, il sentit plusieurs énergies s’évanouir, attaquée par une autre, bien plus élevée. Et en un éclair, il comprit. Et il trembla de peur.

– Piccolo !! Videl !!! hurla-t-il. MERDE !!!

Il s’élança à toute vitesse, abandonnant Son Goten qui tomba par terre, poussant un grognement de douleur. Mais il n’en lui tenait cure. Lui aussi était rongé par l’inquiétude, et il ne voulait pas être un frein pour son frère.

Son Gohan parvint vite dans les gradins, où se trouvaient les corps des deux Piccolo, coupés en plusieurs morceaux, ainsi que celui de sa femme, celle de son Univers. Une mare de sang s’écoulait le long des marches, et malgré ses yeux fermés, le visage de Videl manifestait une expression de terreur et de douleur.

Son Gohan s’effondra à genoux, les larmes coulant à flot de ses yeux brûlants de chagrin. Rongé par la peine et la culpabilité, le Saiyan prit la dépouille de son âme soeur dans ses bras, et dit d’une voix brisée :

– … Pourquoi… Il ne leur a pas laissé une chance… P… Pourquoi…

– C’est pourtant évident, Son Gohan ! retentit une forte voix au loin, à son attention. C’est ce qui arrive quand tu quittes notre combat ! C’est de ta faute !

Un nouvel éclair foudroya le fils de Son Gokû, alors qu’il sentait une nouvelle énergie s’éteindre. Il comprit ce qui venait de se produire, et hurla en fonçant vers l’origine de la voix :

– NON !!!

Parvenant au sommet des gradins, il vit de ses propres yeux son pire cauchemar devenir une réalité terrifiante. Non seulement il venait de perdre son mentor, son meilleur ami, et sa femme, mais Cell ne s’était pas contenté de cette simple torture meurtrière. En bas de l’arène à l’extérieur, il dévisageait Son Gohan avec un large sourire, tenant dans sa main le corps sans vie de Videl de l’Univers 18, que Gohan avait laissé seule avec Bra pour sauver Son Goten. Pas très loin de Cell, Bra était effondrée à genoux, le visage recouvert de larmes, se couvrant la bouche d’effroi avec sa main. Elle était complètement anéantie par le meurtre brutal et tragique qui venait de survenir devant elle. Anéantie, et terrorisée. Elle saisissait l’horreur de la situation dans toute son ampleur, divisée entre sa culpabilité d’être si impuissante, et son épouvante.

Cell laissa tomber le corps de la Terrienne par terre, comme s’il ne s’agissait que d’une serpillère. Alors que Gohan était comme paralysé, il lui lança d’un ton vicieux :

– C’est qu’il faut faire de plus en plus d’efforts, pour te mettre en colère…

Il ne s’écoula qu’environ trois secondes, mais qui durèrent une éternité pour le Saiyan qui était tétanisé, les yeux fixés sur le corps de sa femme de l’Univers 18, et sur Cell qui lui faisait un grand sourire satisfait.

Pourquoi ?

Pourquoi fallait-il que le cauchemar continue ? Pourquoi sa vie était-elle écrite dans la violence et le sang ? Pour quelle raison devait-il voir ses proches souffrir et mourir devant lui ?

C’en était assez.

Il devait enterrer ce scientifique avide de paix et de recherche qu’il était devenu. Car voilà ce qu’avait coûté son inactivité. Les choix qu’il avait fait durant cette bataille, et aussi pendant ces dernières années.

Tout comme son frère, il avait confié la défense de la Terre et de ses proches à Vegetto et Son Bra. Pan elle-même était bien partie pour rejoindre les rangs des futurs protecteurs de leur monde. Et lui, qui était le plus puissant de l’Univers, qui avait eu le potentiel de vaincre Majin Buu, mais qui avait finalement échoué à cause de ses erreurs, et qui avait causé l’apparition de Vegetto l’éternel… Tout était sa faute. Il perdait ceux qu’il aimait le plus au monde, parce qu’il ne voulait plus se battre.

Et il regrettait ce choix du fond du cœur.

Cell le narguait avec raison. Tout son monde s’effondrait. Il payait les conséquences de sa bêtise.

Mais Cell était tout aussi responsable… Cet enfoiré… Qui le provoquait, qui traitait le corps de Videl comme un vulgaire chiffon, et qui lui souriait…

Il ne pouvait pas lui pardonner. Il ne lui pardonnerait jamais.

Il allait le tuer… Une bonne fois pour toutes !

Alors que sa puissance montait en flèche, et que son regard revêtait une obscurité jamais vue chez lui, faisant trembler Bra en contrebas, il dit d’une voix lente et glaciale :

– Tu l’as aussi tuée ?

Loin de se laisser impressionner, Cell répondit d’une voix ironique :

– Oh que oui… Tu es bien plus concentré quand tu n’as pas tes petits amours dans le coin à sauver. Je t’ai rendu service, en t’enlevant ces faiblesses inutiles.

– …

“Go… Gohan ?” pensa Bra avec une grande inquiétude en voyant l’aura et le regard du Saiyan.

– Dans ce cas… !

La puissance énorme de Son Gohan déferla soudainement sous la forme d’une immense aura éclatante, parsemée d’éclairs multiples et de crépitements tonitruants. D’abord ravi, Cell fut rapidement surpris par la quantité d’énergie qui s’accumulait autour de son ennemi. Puis l’angoisse prit le dessus. Il ne pensait pas que détruire les inhibiteurs de Son Gohan révélerait une telle puissance ! Voici donc quelle était la réelle puissance divine offerte par le rituel du vieux Kaiôshin. Voici quel était le réel potentiel du Saiyan. Cell venait d’échapper à la mort, et avait dépassé le fils de Gokû. Mais, maintenant que la pleine puissance du Saiyan était libérée pour la première fois, il se sentait de nouveau inférieur, et de loin. Il était à la fois stupéfait, angoissé… Et heureux.

Paradoxalement, Cell était rassuré au fond de lui. La suite des événements s’annonçait prometteuse. À condition de survivre.

Le regard empli de chagrin et de haine, envers lui-même et envers Cell, Son Gohan joignit brusquement les paumes de ses mains ensemble, dirigées vers le meurtrier. Ce n’était pas une technique ou une attaque précise, seulement de la rage brute et aveugle. Une colère infinie qui dirigeait la moindre de ses pensées, le plus minuscule atome de son corps. L’entièreté de sa rancœur et toute l’énergie qu’il pouvait déployer en direction de ce monstre qu’il fallait éradiquer à tout prix.

Poussant un incroyable hurlement de rage mêlé de douleur, il envoya une formidable vague d’énergie droit vers Cell qui eut à peine le temps de se préparer à encaisser. Cette attaque de Son Gohan était instantanée, sauvage, enragée, et impitoyable. La rafale intense de Ki les frappa de plein fouet, lui et le corps sans vie de Videl. Son Gohan n’en avait plus rien à faire. Seule la fureur était maître de lui. Videl reviendrait avec les Dragon Balls. Cela le détruisait intérieurement de désintégrer le corps de sa bien-aimée, mais seule la mort finale de Cell lui importait, plus que toute autre chose.

Cell n’était pas du tout préparé à mourir. Il craignait de ne pas survivre. Il éprouvait une réelle peur à l’idée d’avoir fait fausse route, et de ne pas pouvoir mettre son plan à exécution. Il tenta de se protéger, mais en vain. Très vite, son corps se désagrégea, et il poussa un cri d’agonie alors que l’attaque de Gohan traversait l’astéroïde :

– Gaaaah !!

Son Gohan mit finalement un terme à son attaque, le regard vide, contemplant le trou béant formé par sa vague d’énergie. Il ne ressentait plus qu’une grande tristesse, le cœur lourd, l’âme en peine. Il se laissa doucement tomber au rebord de ce gouffre ténébreux, l’esprit confus.

Il entendit des pas dans sa direction derrière lui. Il se retourna et vit Bra courir vers lui, les joues couvertes de larmes ruisselantes.

– Oh, Gohan, je suis désolée ! dit-elle d’une voix coupable et déchirante. J’ai absolument rien pu faire !

Elle se colla à lui, l’enlaçant de ses bras et pleurant à chaudes larmes contre son torse. Bouleversé, Son Gohan caressa ses cheveux.

– Ce n’est pas ta faute, Bra... , dit-il avec amertume et regret. Si j’avais pris les bonnes décisions, ce ne serait pas arrivé.

– Mais… J’aurais dû écouter mon père, se lamenta-t-elle. Si je m’étais entraînée… Si j’étais plus forte…

– Tu n’as rien à te reprocher, dit Gohan avec plus de fermeté.

Il posa une main sur son épaule dans un geste rassurant, et la regarda avec affection. Bra cessa de pleurer, et le regarda avec anxiété.

– Vous avez d’autres champions, qui dédient leur vie à l’entraînement. Au fond, Vegeta t’aime pour celle que tu es, même s’il ne le montre pas. Tu as le droit de suivre ta propre voie. Face à Cell, tu n’aurais rien pu faire de toute manière. Ne te tourmente pas à cause de Videl. Elle reviendra avec les Dragon Balls.

– Mais… Si j’étais comme votre Bra… Je pourrais combattre avec toi, et sauver tout le monde…

– Tu es très différente de la Bra de mon Univers… Et c’est très bien comme ça, crois-moi, répondit Gohan en se montrant aussi rassurant et paternaliste que possible.

Au fond de lui, le Saiyan ressentait encore des élans de colère. Il était bel et bien désinhibé de toute contrainte morale ou de toute pitié pour ses ennemis. Mais Bra parvenait à le faire rester lui-même. Il restait encore des adversaires à combattre, et il les mettrait hors d’état de nuire, pour mettre fin à cette lutte insensée, et ramener la fille de Vegeta saine et sauve auprès de l’ancien prince.

Pendant ce temps, dans les appartements de l’Univers 11, Son Gohan de l’Univers 18 s’attelait à synchroniser son aura avec les ondes magiques émises par la sorcellerie de Babidi, afin de briser la frontière que le sorcier avait créée entre leurs dimensions. Sans le pouvoir conféré par le vieux Kaiôshin, le Saiyan n’aurait pas pu déceler ces infimes variations dans l’atmosphère. Il faisait de son mieux pour s’aligner dessus, mais n’étant pas un magicien de base, l’exercice était difficile. Mais il n’avait pas le choix : à chaque minute qui passait, le carnage s’aggravait là-dehors.

Au bout de quelques instants, Son Gohan parvint enfin à capter la signature magique du voile qui les séparait.

– Je l’ai ! s’écria-t-il en déployant son aura.

En poussant un puissant Kiaï, il pulvérisa le mur entre les deux réalités. Mais il était attendu.

À l’emplacement précis où il se trouvait, une énorme masse rose l’entoura et se jeta sur lui. Paniqué, Son Gohan entendit plus loin un :

‘– Maintenant !’

Il comprit immédiatement ce qu’il se passait. Il venait d’être pris au piège par Babidi et Majin Buu !

Réactif au possible, Son Gohan intensifia son énergie pour expédier la vague de guimauve rose loin de lui. Il repéra Babidi, protégé par son habituel bouclier mauve. Alors qu’il se précipitait vers lui aussi vite que possible, un autre de ses soldats qu’il reconnut, son grand-père de l’Univers 3, s’écria :

– Maître, plan B !!

– Pappara !! s’exclama Babidi avec précipitation en levant les bras en l’air.

Aussitôt, le poing de Son Gohan loupa sa cible pour se perdre dans les airs. D’un rapide coup d’oeil, Son Gohan comprit qu’il se trouvait maintenant dans l’arène, à l’extérieur. Cette vermine de magicien avait prévu plusieurs tours pour survivre, et il semblait qu’il n’avait pas eu le temps de préparer une meilleure défense.

Cependant, le Saiyan sentit du mouvement derrière lui. Majin Buu l’avait suivi dans sa téléportation et s’était reformé pour gagner du temps, et empêcher Gohan de retourner chercher Babidi. Mais Gohan comme Babidi savaient pertinemment qu’il le ralentirait à peine.

Son Gohan para aisément l’attaque de Majin Buu et lui asséna un puissant uppercut dans le ventre. D’ordinaire, le Djinn aurait encaissé l’attaque comme si de rien n’était. Mais son adversaire était de loin supérieur.

Toutefois, le fils de Gokû savait bien que Majin Buu était infatigable et se relèverait vite. Il ne pouvait pas se permettre d’ignorer la menace qu’il constituait. Il fallait qu’il l’assomme un bon moment. Et le pulvériser lui demanderait d’accumuler assez d’énergie pour s’assurer qu’il soit bien mort. Pas le choix, il allait vite lui perdre perdre connaissance.

C’est ainsi que Son Gohan mit autant de force que possible dans ses muscles et qu’il distribua une véritable tempête de coups vers Majin Buu qui se prit de multiples impacts de poings sur tout le corps. Propulsé dans les airs par un uppercut ravageur, il fut accueilli plus haut par Son Gohan. Celui-ci lui donna un puissant coup de pied, qui l’expédia au sol dans une grande explosion.

Alors que Majin Buu poussait de petits couinements de douleurs en essayant de se redresser, son adversaire atterrit à pleine vitesse sur lui, lui donnant le coup de grâce avec son poing droit. Le Djinn laissa échapper un immense jet de salive avant de perdre conscience, l’impact étant trop puissant pour lui.

Pendant une fraction de seconde, Gohan se demanda s’il ne valait pas mieux l’anéantir maintenant, alors qu’il était inerte au sol. Il pouvait en finir d’une vague d’énergie. Mais l’hésitation prit le dessus. Dans son Univers, Majin Buu était devenu un ami proche. Il était le partenaire du père de Videl, et il avait tissé des liens amicaux avec ce gros bonhomme rose aux caprices enfantins, mais au grand cœur. S’il se débarrassait de Babidi, Majin Buu serait libre chez lui aussi. Et il pourrait goûter à la douceur du bien.

Il ne pouvait pas le tuer. Et il comprit pourquoi Uub n’en avait pas fini lors de leur combat.

Repérant le Grand Kaiôshin plus loin, Gohan se rappela que la divinité avait imité la technique de Gast Carcolh. C’était exactement ce qu’il lui fallait.

– Seigneur Kaiôshin, veuillez l’emprisonner en boule dans votre main, comme pour l’autre Buu ! lui cria-t-il.

– Euuuh…, fit le Grand Kaiôshin, gêné.

Il ne pouvait pas révéler que tout n’avait été que trucage avec Buu de l’Univers 4. Certes, il avait pu le maintenir enfermé dans une boule magique, mais c’était l'œuvre de Buu, qui avait créé sa propre boule afin de paraître plus crédible. Il n’avait fait que laisser une clé de délivrance au Grand Kaiôshin, sans que le dieu n’ait compris un seul instant comment le sort fonctionnait.

Gohan n’eut pas le temps de s’interroger sur ce qui tourmentait le seigneur des dieux. Sondant la zone avec son énergie, il fut terrifié par le nombre de puissances disparues. Et surtout…

– C’est pas vrai ! Je ne sens plus Piccolo, ni Videl ! Il faut en finir vite ! s’exclama-t-il.

Il se tourna vélocement vers l’Univers 11 et leva les bras. Il n’avait plus le temps de foncer à nouveau là-bas, où Babidi pourrait encore certainement le repousser. Il devait l’achever maintenant, et de la façon la plus efficace.

– Maxi Kienzan !!!

Un immense disque d’énergie se forma au-dessus de sa tête, suffisant pour découper trois espaces et leurs appartements d’un coup. Il le jeta aussitôt en direction de l’Univers 11. Il n’y avait aucun moyen pour que Babidi en réchappe.

En effet, les visions de Baddack de l’Univers 3 s’étaient révélées très versatiles, et peu fiables. Les actions s’enchaînaient beaucoup trop vite, dans un avenir beaucoup trop proche. Il y avait tellement de possibilités que même le Saiyan, avec toutes ces années passées à apprendre les subtilités de son pouvoir, ne pouvait tirer un cheminement certain au travers.

Lui et Babidi furent ainsi épouvantés de voir un immense Kienzan traverser leur mur pour foncer droit sur eux. Étant le plus proche, Baddack fut tranché en plusieurs morceaux. Quant à Babidi, il n’eut pas le temps de reformer son bouclier, qui n’aurait servi à rien de toute manière. Il vit sa mort arriver sur lui. Allait-il mourir comme ça ?

SLASH !

Alors que Babidi avait les yeux fermés, il entendit l’air se fendre tel un puissant coup de lame sifflant dans le vide. Le Kienzan se sépara en deux morceaux qui passèrent autour de lui pour se perdre à l’extérieur de l’arène. Il ouvrit ses paupières, et afficha un sourire ravi :

– Ha… Ha ha… HA HA HA HA ! Ça a demandé beaucoup d’efforts et de persuasion, mais tout cela s’est avéré utile ! Tu as pris ton temps, mon ultime esclave !

Un instant plus tôt.

Alors que Gohan de l’Univers 16 réconfortait la très différente Bra de l’univers 18, il sentit une présence émerger à proximité d’eux. La surprise s’empara de lui quand il reconnut l’énergie de Cell.

Impossible, il l’avait détruit, il le savait ! Il l’avait vu se désintégrer avec Videl dans son attaque !

La voix de Cell résonna dans la tête. Était-ce du monde des morts ?

“Tu as encore donné le meilleur de toi-même, Gohan.”

“Cell ?!” répondit Gohan en pensées, pour ne pas effrayer Bra. “Encore toi ? Mais… Comment ? Tu es vivant, n’est-ce-pas ?”

“Peut-être... peut-être pas... en tout cas tu es trop fort pour moi en l’état... Et c’est un peu grâce à moi. Tu n’étais pas au même niveau au début de notre combat. Je t’avais enfin dépassé, mais tu es désormais plus puissant que jamais.”

“Tu l’as fait exprès, alors ? Comme il y a des années, durant les Cell Games ! Maintenant j’en suis sûr, tu fais ce que tu veux, peu t’importe Babidi en réalité !”

“Oh que si !” ricana la voix de Cell. “Je suis bien sous les ordres du maître Babidi. Nous vous vaincrons !”

“Quelle assurance... L’autre Gohan a étalé Majin Buu, je l’ai senti il y a quelques secondes. Quant à toi, je t’ai écrasé aussi. Tous les hommes de Babidi sont vaincus, sans exception ! Sauf cette... hum... nouvelle énergie ?”

Une force inconnue venait d’apparaître quelque part dans l’arène, et ce quelques instants après l’extinction de celle de Majin Buu. Ce n’était pas quelqu’un de leur côté. Car il ne sentait plus que son double au cœur de l’arène, et apparemment, l’énergie étrangère se trouvait davantage dans les appartements de Babidi.

“Tu vois ? Vous êtes loin d’avoir gagné, susurra Cell d’un ton malsain.”

“Arrête donc cette comédie, Cell ! Babidi a perdu dans tous les cas ! Pourquoi continues-tu à faire croire que tu es avec lui ? Tu sais que tu n’as aucune chance de t’en sortir si tu le suis !”

Bra sentait que Gohan s’énervait à nouveau et s’étonna. Le frère de Goten semblait très préoccupé, et s’obstinait à regarder dans le vide, les poings serrés.

“Et Vegetto va revenir dans peu de temps ! continua Gohan par voie télépathique. Même si vous étiez capable de nous vaincre, moi et mon double, vous resteriez des insectes face à lui ! C’est terminé. Rends-toi sans faire d’histoire maintenant.”

“Oh, certes, les participants trouveront le moyen de nous rejoindre bien vite... mais ce sera trop tard. On vous aura éliminé, et on attendra ce nouveau groupe de pied ferme.”

“Allons, même toi, le plus puissant guerrier de Babidi, tu sais que tu n’as aucune chance contre lui. La seule personne qui ait jamais pu le blesser, c’est Broly. Et il était plus fort que toi et moi réunis. Tu peux même rajouter tous les autres participants. Nous ne sommes que des poussières devant mon père.”

“Tu dis que je n’ai aucune chance ? Moi ?”

“Pas seulement toi, personne n’a la moindre chance. Le niveau de Vegetto n’est pas atteignable par qui que ce soit. Rappelle-toi sa puissance lors du combat contre Broly ! Et là, il n’utilisait même pas encore les techniques évoluées que tu as vu lors du combat de Son Bra contre Cold. Vous ne pouvez pas gagner.”

“ … Tu mentionnes cette fille, Son Bra. Nous ne pouvons pas la battre non plus, selon toi?”

Son Gohan s’énerva intérieurement de plus belle. On aurait dit que Cell cherchait à le provoquer consciemment, jouant du départ des participants pour lui faire comprendre que tant qu’il serait vivant, Cell pourrait toujours renverser la tendance. Il allait lui faire rentrer dans la cervelle qu’au moins deux personnes lui étaient irrémédiablement supérieures.

“Oh que oui. Si elle n’avait pas été téléportée, tu aurais été détruit avant d’avoir fait le moindre mal.”

Gohan n’avait pas eu le temps d’estimer la situation, et de remarquer que certains participants étaient encore parmi eux, parce qu’ils étaient dans leurs appartements lorsque Babidi avait lancé son attaque, à l’instar des membres de l’univers 9 et de Son Goten. Il ne savait pas que Son Bra se reposait encore dans l’appartement de l’univers 16, au lieu d’être perdue loin dans l’espace avec les autres participants. Ce fut d’ailleurs un détail qui commença à l’interpeller. Pourquoi ce Goten de l’univers 18 était-il resté dans l’arène ?

“Tu ne la surestimes pas un peu ?” continua Cell en le faisant douter de plus en plus.

“Je dirais même que je suis loin du compte”, poursuivit Gohan en s’efforçant de ne pas montrer son trouble naissant. “Et ce n’est qu’aujourd’hui. Quand elle maîtrisera son potentiel, elle sera aussi forte que Vegetto.”

“Tu ne surestimes vraiment pas ces deux-là, alors ? Toi qui es si puissant, tu dis qu’ils sont à des sommets beaucoup plus hauts ?”

“C’est la folie résultant d’une telle fusion. Nous sommes tous ridicules face à eux.”

“Tous”, insista Cell sur un ton sceptique. “Toi, moi, Majin Buu, … Personne ne peut faire face à ton incroyable petite soeur ?”

“... Oui”, dit Gohan d’un ton irrévocable, mais dont le trouble était désormais présent. Il commençait à prendre conscience de ce que son ennemi insinuait. Et une peur profonde s’instillait en lui.

“Oh…”, fit Cell, d’un silence. Ça, c’est... Dommage…

Dans un fol espoir, Gohan crut qu’il avait abandonné, résigné à l’idée qu’il ne pouvait pas gagner, et que ce qu’impliquait Cell avec ses questions n’était qu’une tentative de déstabilisation. Mais la voix de Cell conclut, confirmant ainsi sa pire crainte :

“...Pour vous.”

L’énergie étrangère s’intensifia, et sa signature fut enfin reconnue par Son Gohan, qui se mit à trembler fortement, secouant même Bra qui commençait à sérieusement s’inquiéter pour lui. Mais même elle ressentit l’atmosphère devenir malsaine. Elle percevait quelque chose… Quelque chose de terrible était en train de se produire.

Son Gohan lâcha son épaule et se précipita dans le couloir, en disant précipitamment à Bra :

– Surtout, tu ne bouges pas d’ici ! Tu m’as bien compris ?

Bra hocha la tête. Un grand danger venait d’apparaître dans l’arène, elle le savait. Et l’expression sur le visage de Gohan ne faisait qu’accentuer cette impression.

Son Gohan s’envola prestement dans le couloir de l’univers 18, et parvint dans l’espace consacré à l’intérieur de l’arène. Apposé contre le muret, Son Goten, couvert de sang et de blessures, lui faisait signe du doigt de se dépêcher. Lui aussi avait reconnu cette puissance malsaine démesurée, et la peur déformait son visage.

Son Gohan se hâta et vit son double faire face à l’espace de l’Univers 11. Il s’approcha de lui, et vit de ses yeux la pire chose qui aurait pu leur arriver.

Plus loin, sortant des appartements dévastés de Babidi, le sorcier sortait, le front dégoulinant de sueur, mais un sourire triomphant sur son visage. Et, devant lui, faisant front pour le protéger, un nouvel esclave. Ou plutôt, une nouvelle…

Très haut dans les gradins, l'œil de Buu de l’univers 4 tressaillit de contentement, parcouru par un frisson d’excitation. Enfin, il avait ce qu’il voulait réellement voir depuis le début de cette mêlée !

– Non, pas toi…., supplia Son Gohan de l’univers 16 d’un ton déchirant en s’adressant à la guerrière de Babidi.

Les cheveux dressés en pointes.

Une aura foudroyante. Des éclairs crépitant tout autour d’elle.

Ses vêtements de combat luisant de cet éclat d’or si reconnaissable.

Une marque obscure et maléfique gravée sur le front, en forme de “M”.

Et des yeux remplis de haine et de rage, teintés d’une profonde noirceur.

Devant les deux Son Gohan, soumise à la volonté de Babidi, se tenait la deuxième entité la plus puissante de tous les univers confondus.

Son Bra de l’univers 16 se tenait face à eux.

Dessin par:

Argelios      

Homola Gábor      

ZenBuu      

Chargement des commentaires...
Langue News Lire DBM Minicomic Les auteurs Flux Rss Fanarts FAQ Aide tournoi Aide univers Bonus Événements Promos Partenaires
EnglishFrançais日本語中文EspañolItalianoPortuguêsDeutschPolskiNederlandsParodie SalagirTurcPortuguês BrasileiroMagyarGalegoCatalàNorskРусскийRomâniaEuskeraLietuviškaiCroatianKoreanSuomeksiעִבְרִיתБългарскиSvenskaΕλληνικάEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDanskCorsuBrezhonegVènetoLombard