DB Multiverse

DBM Universe 4: Buu

Écriture par Arctika

Relecture par Salagir

Update le 15 du mois à 20h (heure de Paris)
Prochaine page dans : 16 jours, 17h


Partie 1 :0
Partie 2 :123456
Partie 3 :78910111213
Partie 4 :1415161718
[Chapter Cover]
Partie 4, Chapitre 18.

Chapitre 18

Buu oeuvrait depuis maintenant trois semaines consécutives sur ses recherches. Il ressentait autant de fascination que d’angoisse en découvrant toujours plus de rituels et de formules en tous genres. Il y avait trop de choses à assimiler. Quel malheur qu’il ne puisse absorber ces livres ! Il aurait toutes les données instantanément. Mais il avait l’éternité devant lui pour les étudier, enfin, si un ennemi ne venait pas à bout de lui avant…

Un soir qu’il travaillait sur un livre de sortilèges, Buu s’étira en lâchant un long bâillement. D’ordinaire, il n’était pas concerné par une quelconque fatigue. Mais ces multiples lectures l’assommaient. Il décida donc de sortir prendre l’air un moment, histoire de se dégourdir les jambes et profiter des cieux doux de la planète.

Dehors, la nuit était tombée sur Icarion. Un silence glacial régnait sur la cité endormie d’Alcmène. Se trouvant devant l’entrée de la bibliothèque, Buu inspira une grande bouffée d’air frais avant de prendre son envol, et s’éloigner de la surface.

Le Djinn cogitait toujours. La magie était tellement loin de sa compréhension. Même ses absorbés ne lui étaient pas d’une grande aide. Même les Kaiôshins. Lui-même disposait de pouvoirs magiques. Il pouvait transformer des objets et des êtres vivants en autre chose. Il pouvait guérir les blessures, même mortelles, et certaines maladies. La régénération de son corps était due à la magie. Mais il atteignait rapidement des limites absolues en la matière. Dans l’ordre de l’univers, les sorciers étaient une espèce bien à part. Il possédait en lui des génies du combat brut, et des experts de la science. Il savait manipuler le Ki, tout comme il savait maintenant assembler des ogives nucléaires, s’il en ressentait l’envie.

Mais la magie… Il ne comprenait pas comment elle fonctionnait, d’où elle provenait, quels étaient ses effets et à quel point elle pouvait l’atteindre. Cette entité inconnue qui lui dissimulaient tant de réponses l’effrayait. Et si un sortilège lui retirait tous ses absorbés ? Si une formule magique impactait son corps pour l’obliger à reprendre ses anciennes formes, jusqu’à celle d’origine ? Redevenir un gamin était sa plus grande hantise. Il chérissait trop son intelligence pour effleurer la perspective de la perdre.

Au moins, ces dernières semaines avaient été instructives. Il avait eu une agréable surprise en la présence du jeune Thorn, dont il appréciait la compagnie. L’Alcménien montrait un enthousiasme certain aux côtés de Buu, qui avait commencé à le soumettre à des entraînements de base. En moins de vingt jours, Thorn était parvenu à manipuler son Ki et à créer de faibles boules d’énergie. Bientôt, Buu lui apprendrait à le manier afin qu’il puisse voler. Le Djinn trouvait une joie réelle à transmettre son savoir. Il était plongé dans une quête éternelle d’acquisitions de connaissances et de talents en tous genres ; il savait ce que cela faisait, d’apprendre et de grandir au fil des rencontres et des épreuves.

En entraînant Thorn, Buu avait des visions de Son Gohan conseillant Videl avant le début du Tenkaichi Budokaï. Avec cette prise de conscience qu’il avait eue sur Terre avec Satan et les autres, Buu comprenait la richesse de ces moments qu’avaient vécu ces mortels. Alors que lui n’avait connu que la haine et le goût du sang. Ces expériences, ces souvenirs… Ils étaient des trésors à ses yeux, qu’il ne céderait jamais. Il avait tout donné, il avait survécu, et il avait gagné pour devenir l’incroyable entité qu’il était maintenant. S’il était influencé par les esprits endormis de ses absorbés, ainsi soit-il. Il en tirerait profit pour savourer au mieux toutes ses futures rencontres.

Alors qu’il laissait ses pensées vagabonder, Buu remarqua un bouleversement dans l’atmosphère ambiante. Le ciel paisible grondait de plus en plus, et se couvrait d’un voile de nuages ténébreux. Soudain, un flash l’éblouit, l’obligeant à placer ses mains devant les yeux. Il ressentit alors une incroyable aura en face de lui.

– Qu’est-ce que... ? commença-t-il à dire avant de ressentir un puissant choc à la tête.

Il fut propulsé en arrière, et il parvint à se stabiliser. Choqué, il vit un individu se tenir devant lui, ramenant sa jambe droite dont il s’était servi pour frapper le démon rose. Buu ne reconnaissait pas l’espèce dont cet être était issu, son corps verdâtre et les tatouages recouvrant son visage lui étaient inconnues. Mais ce qu’il savait, c’est que cette personne possédait une puissance hors normes. Stupéfait dans un premier temps, Buu se ressaisit et poussa un rire plein de joie.

– Ah, il était temps ! Je n’en demandais pas tant, un homme aussi puissant qui vient me défier, se réjouit Buu en se mettant en position de combat. J’ignore qui tu es, mais tu dois savoir que maintenant, il est trop tard pour avoir des regrets. Je vais te démolir et te dévorer juste après !

– Tes menaces m’importent peu, monstre, articula l’inconnu en affichant un regard meurtrier. Je ne suis ici que pour une chose : t’éliminer.

Le guerrier s’évanouit d’un coup, sidérant Buu qui le chercha partout autour de lui, sans succès. Il ressentit un violent impact dans la nuque qui lui donna le vertige. Avant qu’il n’ait pu reprendre ses esprits, un autre coup vint s’enfoncer dans son abdomen, lui coupant le souffle. C’est alors qu’au fond de lui, le Djinn retrouva une sensation détestée qu’il ne pensait pas ressentir de nouveau un jour.

La douleur.

Le guerrier inconnu asséna Buu d’une tempête de coups ultra-rapides qui creusa des marques de plus en plus profondes dans le corps moelleux de la créature rose. Sonné, Buu mit du temps à se reprendre, et ressentit rapidement une immense rage l’envahir. Il tenta de frapper à plusieurs reprises son adversaire qui l’esquiva aisément, et répliqua avec autant de facilité.

Au bout de quelques minutes de combat, Buu fut propulsé à la surface, sur laquelle il s’écrasa en faisant trembler le continent entier. Dans l’amas de poussières qui s’élevait, Buu se releva difficilement, son corps tremblant sous la douleur et la confusion. Depuis le bord du cratère, l’inconnu le scrutait avec sévérité.

– Cesse de résister, Buu, l’interpella-t-il en tendant le bras vers lui. Je sais tout de toi. Tu ne peux pas gagner… Pour une fois.

– Dans tes rêves ! enragea Buu en s’élançant sur lui.

Le guerrier envoya une déferlante d’énergie que Buu esquiva en formant un trou dans son ventre. Employant la téléportation, Buu réapparut derrière lui pour le surprendre, mais son ennemi bloqua son coup et répliqua avec un puissant mouvement du coude dans son abdomen. Crachant un filet de bave, Buu s’effondra au sol, tandis que son ennemi le contournait en l’observant.

Empli d’une fureur sans bornes, Buu se redressa et déploya toute l’étendue de son ingéniosité. Il possédait le génie des Saiyans : Son Gokû, Vegeta, Son Gohan… Il avait le sens tactique de Piccolo et son propre talent inné du combat. Qu’importe qui était ce guerrier mystérieux, il ne pourrait jamais lutter contre Buu, la quintessence de l’art du combat incarnée !

Se jetant sur son adversaire qui s’apprêtait à le contrer, Buu se divisa soudainement en une vague de minuscules versions fantomatiques de lui-même, tandis que son corps principal fonçait en direction du ciel. En l’espace d’une seconde, tous ses morceaux explosèrent dans de violentes conflagrations tout autour de l’ennemi, alors qu’il se mettait déjà en position depuis les airs.

– Kaaaa… Meee... Haaaa... Me...

Buu concentra environ la moitié de sa puissance dans sa technique, voulant éviter de détruire Icarion au passage. Mais il lui fallait se débarrasser de cet inconnu rapidement, avant qu’il ne devienne une véritable plaie.

– Ha !

La vague déferlante vint frapper le sol avec un impact écrasant. Cependant, au lieu d’annihiler la zone comme Buu s’y attendait, l’énergie fut lentement repoussée par une petite boule de Ki qui était projetée contre elle. Plus bas, l’assaillant avait le bras tendu vers le Kamehameha, donnant de l’élan à son attaque.

Puis il ferma le poing. Aussitôt, sa sphère de Ki grandit et fonça en direction de Buu, dont le Kamehameha semblait ne plus avoir aucun effet. Foudroyé par la surprise, Buu n’esquiva pas l’attaque à temps et fut désintégré. La boule d’énergie alla se perdre dans l’espace tandis que l’inconnu s’envolait à nouveau. D’une voix glaciale, il cria :

– Allez, régénère-toi, démon. Cette attaque de pacotille ne peut pas t’avoir fait autant de mal. Montre-toi.

Divers courants de fumée apparurent et vinrent se réunir en un point précis. Rapidement, Buu se reconstitua, haletant et tremblant.

– Bordel… Tu te prends pour qui, enfoiré ? Tu sais qui je suis, pas vrai ? J’ai écrasé des types bien plus balèzes, t’arrives pas à la cheville de Vegetto, espèce de microbe, et encore moins à la mienne !

Buu fit émerger une épaisse fumée des trous de son corps, couvrant ainsi la vue de son adversaire. Depuis son combat contre Vegetto, il avait appris de ses erreurs, et savait maintenant ressentir le moindre mouvement dans les airs, se fiant davantage à ses sens qu’à ses yeux. Mais ce n’était que l’apéritif de son génie combattif.

Tendant les mains vers lui, il créa deux boules d’énergie qui prirent la forme de deux fantômes kamikazes à son effigie. Poussant des rires cruels, les fantômes foncèrent dans la brume et s’écrièrent :

– Donut Galactique !

Satisfait, Buu se positionna afin de lancer un Final Flash monumental. Il sentait que son adversaire n’avait pas bougé, il devait être immobilisé par l’attaque des fantômes. Prêt à attaquer, Buu s’écria :

– Mange-ça, ordu --

Mais avant de pouvoir finir ni même amorcer son mouvement, sa bouche fut transpercé par un long trait d’énergie. Deux explosions retentirent plus loin, expulsant la fumée pour révéler son ennemi, toujours libre de se mouvoir, une lame de Ki émanant de sa main tendue en avant.

“C’est… C’est impossible !” s’affola Buu intérieurement.

– C’est drôle que tu parles de lui, dit l’inconnu. C’est lui qui a été ton combat le plus intense et le plus difficile, n’est-ce pas ? Si tu as été incapable de le battre, comment pourras-tu t’en sortir face à un être infiniment plus fort qui a les mêmes techniques ?

Relâchant sa lame, il fonça sans prévenir vers Buu qui ne parvint pas à se reprendre à temps. L’ennemi le trancha en deux avec son épée énergétique et la dissipa pour envoyer ensuite des dizaines de Kikoha sur le Djinn qui fut de nouveau désintégré. Mais celui-ci se régénéra immédiatement, un air d’horreur sur le visage.

– Comment ça se fait que tu saches faire ça, toi ? Comment peux-tu me résister ainsi ? s’écria Buu avec fureur.

– Simplement parce que je t’ai étudié durant mille années entières, répliqua l’inconnu. Je viens d’un lointain futur, dans lequel tu as régné de façon tyrannique dans l’univers. Grâce à d’innombrables sacrifices d’innocents et de guerriers, j’ai pu tout connaître de toi. J’ai pu voir tes combats, ta défaite contre la fusion des Saiyans. Les plus grands talents de l’univers qui t’ont échappé m’ont donné tous leurs pouvoirs. Magiciens, combattants, scientifiques, mon corps est devenu l’arme ultime de leurs espoirs et de leur courroux. Tu ne pourras rien faire contre moi. Tu es trop faible, trop fragile, dans ton état d’aujourd’hui. Je vais pouvoir libérer des milliards d’innocents du destin funeste que tu leur réserves ! Et je vais t’éliminer avec les techniques efficaces de mon ancêtre Vegetto !

L’inconnu tendit le bras vers Buu, et les jambes du Djinn disparurent aussitôt. Instantanément, Buu se mit à trembler d’effroi. Cette ordure possédait vraiment la même technique que Vegetto !

Désespéré, il se jeta sur son ennemi et le frappa à pleine puissance, en plein visage. Mais son assurance se transforma en désespoir en voyant que son adversaire avait encaissé son coup sans broncher, la joue à peine déformée. De son regard sévère, l’inconnu toisa Buu tandis que ses tatouages se mettaient à briller.

– C’est terminé, démon. Tu es encore trop faible à cette époque. L’avenir de ce monde sera sauvé des horreurs que tu aurais perpétrés. Disparais !

Les tatouages brillèrent au point d’éblouir Buu, tandis qu’il se sentait attiré inexorablement en une simple boule sans bras ni jambes. Terrifié, il ne parvint pas à se défaire de ce maléfice, tandis que son ennemi tendait à nouveau le bras vers lui.

– Adieu, dit-il simplement.

– NON ! poussa Buu dans un ultime cri.

– AH ! s’écria Buu en s’effondrant en arrière sur le sol.

Sa chute provoqua un fracas retentissant qui fit tressaillir toutes les personnes présentes dans la bibliothèque. Aucune n’osa émettre un son, hormis Thorn qui se précipita vers Buu pour l’aider à se relever.

– Maître Buu ! Vous allez bien ? s’inquiéta-t-il en s’agenouillant auprès de lui.

– Que… Que s’est-il passé ? bégaya Buu en regardant son élève d’un air confus.

– Vous vous êtes assoupi, maître. Je n’ai pas voulu vous réveiller, mais vous sembliez agité dans votre sommeil.

– Je vois… Est-ce que j’ai dit quelque chose pendant que je dormais ? dit le Djinn en se redressant.

– Vous disiez que vous élimineriez toutes les menaces, maître, répondit Thorn en lâchant un sourire timide. Vous êtes vraiment notre protecteur !

– D’accord… En effet, je vous défendrai, sourit Buu avant de s’éloigner et plonger dans ses pensées.

C’était donc un mauvais rêve. Mais quel affreux cauchemar !

Parvenu à l’extérieur, Buu prit son envol, et voyant que cela correspondait au songe qu’il venait de voir, regarda autour de lui avec anxiété. Mais rien ne semblait arriver. Il poussa un soupir et se mit à réfléchir.

Il était très rare qu’il s’endorme ainsi. Tout ce temps consacré à l’étude des textes de magie et à l’entraînement de son élève l’avait mentalement épuisé. Et ce moment de faiblesse avait fait surgir ses pires craintes en une puissante claque onirique.

Il se savait éternel, il se savait tout-puissant. Mais des millions d’années, c’était très long. Et le destin pouvait se montrer scélérat. Trunks était bien revenu du futur pour prévenir les siens de l’arrivée des cyborgs. N’importe qui possédant la même technologie pouvait le faire pour venir l’affronter. Soudainement, il se sentait extrêmement faible et vulnérable. Quelqu’un de suffisamment préparé pouvait facilement en venir à bout. Surtout ces misérables magiciens…

Buu demeura silencieux un moment. Puis, quelques instants après, il commença à rire, une lueur malicieuse dans les yeux.

Il était vulnérable ? Eh bien soit.

Si d’éventuels ennemis pouvaient se préparer à le combattre, alors lui aussi, il se préparerait.

Et il serait prêt.

Il était temps d’accélérer les choses, et de reprendre du service. À explorer l’univers et tout étudier, il avait délaissé sa puissance, et se reposait uniquement sur sa force actuelle. Mais un jour viendrait où cela ne suffirait peut-être pas. Il devait devenir bien plus fort. Si, par un quelconque miracle, un être comme Vegetto venait à se retrouver sur sa route, il serait prêt à l’accueillir.

Buu se téléporta sur-le-champ dans le Kaiôshin-Kai qui était désormais désert et, sans perdre un instant, déploya toute sa puissance à son maximum. La terre des dieux trembla violemment, le grondement du tonnerre retentissant dans les cieux tandis que des cercles électriques parcouraient l’aura mauve de Buu, dont de larges veines creusaient les muscles. Peu à peu, il réduisit l’intensité de son énergie pour revenir à une aura stable, et regarda ses mains, perplexe.

De mémoire, Vegetto avait à peu près employé le même niveau d’énergie en se battant en Super Saiyan. Cette comparaison suffisait à mettre ses sens en alerte. Ce salopard ne s’était même pas battu à fond, et sa pleine puissance parvenait à peine au niveau du Saiyan désormais disparu.

Il lui fallait atteindre des niveaux inégalables. Devenir tellement puissant que le désespoir lui-même en serait tourmenté.

S’il était étudié, il devait alors être imprévisible, et toujours garder un dernier atout dans sa manche. Ne jamais révéler toutes ses capacités, afin de surprendre l’adversaire en toutes circonstances.

Buu ignorait si un entraînement traditionnel pouvait lui faire faire des progrès. Mais son corps réclamait des efforts. Son esprit influencé par les Saiyans exigeait de lui qu’il se surpasse. Et au fond, il n’avait jamais réellement changé sa nature première. Celle d’un guerrier.

Buu poussa un immense rire dans l’immensité de la terre divine complètement vide qui lui renvoyait l’écho de sa volonté. Il était maintenant enivré par cette nouvelle certitude.

Il deviendrait insurpassable dans tous les domaines.

Buu revint dans l’enceinte de la bibliothèque d’Icarion, surprenant Thorn qui n’était pas habitué à la téléportation de son maître. Ce dernier tapota gentiment son épaule pour le rassurer, et lui dit :

– Tout va bien, ne t’inquiète pas. J’ai eu une vision assez néfaste alors que je dormais, mais ma motivation n’en est que plus forte. Es-tu toujours prêt à tout donner pour m’assister, Thorn ?

– O… Oui, je le suis ! répliqua l’Alcménien avec une voix résolue.

– Tu m’en vois ravi ! s’exclama Buu en lui donnant une tape dans le dos. Prépare-toi, car nous allons accélérer le mouvement. Au-delà de ton entraînement, tu m’aideras également à m’améliorer. Quant à tous ces textes qui sont ici… Je pense avoir une bonne idée en tête.

Buu arracha un morceau de son bras et le fit léviter dans les airs sous les yeux ébahis de Thorn. Peu à peu, le fragment prit la forme d’un mini-Buu identique à sa version d’origine.

– Cette partie de moi se chargera de te faire poursuivre les bases du combat à ma place dès demain, précisa Buu. De mon côté, je vais continuer à lire ces oeuvres sur la magie. Je dois comprendre certaines choses sur le temps…

– Le temps ? s’interrogea Thorn.

– Je t’expliquerai plus tard. Nous reprendrons nos activités à partir de demain. Laisse-moi, maintenant.

Thorn n’insista pas davantage et s’éclipsa, tandis que Buu et son double miniature se mirent à plancher sur les livres. Le Djinn réfléchissait en même temps qu’il lisait : il était bien pratique de pouvoir se séparer en deux entités différentes. En combat, tous ses morceaux étaient synchrones. Mais pour des activités plus… Intellectuelles, il sentait quelques difficultés à suivre deux points de vue à la fois. Il lui faudrait s’entraîner à garder le contrôle. Se diviser était en effet une manière bien plus rapide pour lui de faire de nombreuses choses à la fois. Il consacrerait du temps à cet exercice.

Il eut un petit sourire alors qu’il concluait un nouveau chapitre. La suite promettait d’être fort intéressante.

Chargement des commentaires...
Langue News Lire DBM Minicomic Les auteurs Flux Rss Fanarts FAQ Aide tournoi Aide univers Bonus Événements Promos Partenaires
EnglishFrançais日本語中文EspañolItalianoPortuguêsDeutschPolskiNederlandsParodie SalagirTurcPortuguês BrasileiroMagyarGalegoCatalàNorskРусскийRomâniaEuskeraLietuviškaiCroatianKoreanSuomeksiעִבְרִיתБългарскиSvenskaΕλληνικάEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDanskCorsuBrezhonegVèneto